Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

Tous les livres d'André Lefebvre

Cliquez sur la couverture de votre choix - Le fonds de couleur indique que vous êtes sur la page de ce livre : défiler la page vers le bas

 

Histoire de ma nation !

Les souliers d’beu !

L'histoire de... l'univers !

Les hommes d’avant le déluge.

(Par Élie l’Artiste)

Tome I : La science secrète

Les hommes d’avant le déluge.

(Par Élie l’Artiste)

Tome II : Le mystère sumérien

Les hommes d’avant le déluge.

(Par Élie l’Artiste)

Tome III : L'énigme égyptienne

Les Lefebvre de Batiscan

Tome I : « L'apprentissage Canadien »

Les Lefebvre de Batiscan

Tome II : Les Canadiens « pure laine »

Les Lefebvre de Batiscan

Tome III : La politique ou l'honneur

 

André Lefebvre nous révèle la science secrète

[ Du même auteur  ]

 

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste)
Tome I : La science secrète

 

André Lefebvre

 

Essai


Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 256 pages.

ISBN 978-2-89612-484-8

Format 8,5 X 11 pouces (Lettre)

 

Exemplaire numérique (PDF) : GRATUIT

Couvertures

Présentation

Sommaire

Extrait

Suivi médias et Internet

Au sujet de l'auteur

Du même auteur

Communiquer avec l'auteur

Télécharger votre exemplaire numérique

-

PARTAGER

CETTE PAGE

 

COUVERTURES

 

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste) Tome I : La science secrète,

essai, André Lefebvre, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste) Tome I : La science secrète,

essai, André Lefebvre, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

MOT DE L'AUTEUR

Je ne crois pas qu’il existe des individus ignorants. Je pense plutôt qu’il existe des individus possédant des connaissances différentes issues d’intérêts différents. Ce qui donne à chacun le loisir de laisser son esprit cheminer librement vers la solution d’un problème qui le tarabiscote.

Si, par exemple, nous prenons l’interprétation officielle au sujet de l’Égypte, nous découvrons que les « sommités » ne sont pas d’accord sur plusieurs points et surtout, au niveau des datations. Je ne peux donc pas choisir une référence définitive parmi ces différentes données. Je dois donc faire ma propre recherche pour arriver à une opinion personnelle. Ce qui n’efface pas le fait que les auteurs de cette opinion officielle soient des « maîtres » et que je ne sois qu’un amateur.

Par contre, je peux posséder l’avantage d’avoir la même passion et le même « désir de découvrir » qu’eut Schliemann, découvreur de la mythologique ville de Troy, qui était un amateur lui aussi, mais un amateur « motivé » et « tenace ».

Il est même possible que cette passion soit plus prolifique qu’un certificat confirmant déposséder les mêmes opinions que ses prédécesseurs. La question est à être jaugée par chacun.

Une chose est certaine, je ne me moque de personne dans aucun de mes écrits; car je laisse chacun de vous, décider par lui-même, ce qui est plausible et ce qui ne l’est pas. Je n’enseigne rien. Je ne fais que fournir des informations quant à la logique possible des événements. En fait, votre opinion finale sur le sujet ne m’intéresse pas expressément. Mon but est de vous apporter du plaisir en faisant « frissonner » vos neurones. Par contre, vos objections me passionnent au plus haut point, puisqu’elles font « frémir » les miens. Elles représentent notre « différence » qui est ce que je respecte le plus chez chacun de vous, autant que je respecte ma propre différence.

Je ne cherche pas à influencer l’opinion de personne; mais je me suis rendu compte, suite à mes travaux que ma vision de l’histoire (car tout ce qui existe n’est qu’histoire en réalité) éliminait les raisons qui font que les humains ne se respectent pas entre eux. Ce constat résulte de l’acceptation du fait que plusieurs d’entre nous, acceptent d’être des demi-portions face à une illusoire « self made » élite irrationnelle, mais qui se dit absolument objective. Finalement, si je combats pour quelque chose, c’est bien pour le droit de chacun « d’être différent » tout en étant « équivalent ».

La réalité humaine est que chacun possède des aptitudes différentes qui se doivent d’être reconnues et respectées. Pour prendre un exemple radical et simple, un médecin n’est pas plus respectable, individuellement, qu’un vidangeur. D’ailleurs tous ont besoin du vidangeur continuellement; ce qui n’est pas le cas pour un médecin. (Ceci n’est qu’un exemple fictif et pris au hasard. Si cet exemple s’applique à quiconque, cela ne peut être qu’une coïncidence).

André Lefebvre (Alias Élie l’Artiste)

 

 

PRÉSENTATION

Depuis l’âge de 9 ou 10 ans, j’ai toujours été porté vers l’histoire. Celle de ma propre nation, celle des anciennes grandes civilisations, celle des anciennes grandes religions. Sur ce dernier sujet, je me suis rapidement aperçu que le terme de « religion » s’appliquait difficilement à ces anciens cultes. Leur enseignement n’était pas du tout du même « acabit » que nos religions chrétiennes ou que la religion musulmane. L’enseignement moral que l’on y retrouve est très discutable et met beaucoup plus l’emphase sur des récits perçus comme historiques que des récits présentant une morale. Évidemment, l’enseignement de Lao Tseu et celui de Confucius ne sont pas des religions, mais bien des philosophies.

Avec le temps, mes recherches sur les grandes civilisations et leur religion ont créé un drôle d’amalgame dans mon esprit qui s’est graduellement transformé en une entité qui m’a semblé originaire d’un enseignement civilisateur commun. Ce premier tome est le premier pas de la promenade à laquelle je vous convie qui nous mènera vers cette civilisation originelle problématique… pour l’instant.

Je vous souhaite du plaisir à percevoir la beauté du panorama dans lequel vous avancerez.

Amicalement


André Lefebvre


 

[ Consulter le sommaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

SOMMAIRE

 

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste) Tome I : La science secrète,

essai, André Lefebvre, Fondation littéraire Fleur de Lys


Mot de l’auteur
 

Présentation
 

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste)

Tome I : La science secrète
 

Préambule
 

L’enquête de la Sûreté
 

Harcèlement sexuel
 

Réflexion constabulaire
 

Téléphone hors service
 

Rien ne va plus
 

La centrifugeuse
 

Une pile d’assiettes
 

L’administration gouverne-mentale
 

Les quatre ères.
 

Castration ou émasculation ?
 

Lorsque la gauche devint la droite
 

Dieu est une femme !
 

Les ME sumériens
 

5 000 ans avant Socrate
 

Ouf!!!
 

Religion, Philo ou Science ???
 

Svastika positif
 

Il était une fois…
 

Tentative unique dans l’histoire
 

La mégère apprivoisée !
 

Le fonctionnement du cerveau
 

Dans la vie de chacun !
 

L’expérience de l’embryon humain !
 

Le dernier quart !
 

Informations sur cette époque reculée
 

Le tout pour le tout !
 

On perd la tête !
 

Autorité spirituelle !
 

Du même auteur
 

Communiquer avec l’auteur
 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste) Tome I : La science secrète,

essai, André Lefebvre, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

CHAPITRE 1

L’enquête de la Sûreté

Normalement, il est toujours un peu inquiétant de s’aventurer sur un sol inconnu; mais pour un esprit intrépide, ça provoque toujours une bouffée de chaleur exaltante dont le feu s’alimente inlassablement du combustible de la curiosité.

Je vous demande, cependant, de me suivre, car j’avoue que j’ai une certaine appréhension de farfouiller partout en relevant toutes les pierres et toutes les vieilleries qui traînent devant moi. Je ne sais vraiment pas quel genre d’animal rampant, quelle couleuvre, scorpion ou serpent, pourraient ressurgir et m’attaquer, lorsque je déplacerai des objets qui traînent depuis des millénaires. Donc, « intrépide », je suis d’accord, mais pas fou. Soyons un peu prévoyants et prenons le soin d’enfiler une paire de gants.

Bon ! Il n’est évidemment pas nécessaire de prendre des gants blancs, d’ailleurs ce n’est pas mon habitude. Il est préférable de choisir des gants solides qui nous préserveront, vous et moi, des mauvaises surprises. Je vous laisse le temps de vous trouver des gants.

 

* * *

 

Partir à la recherche d’une « science secrète » qui date de millénaires peut sembler, à première vue, une entreprise impossible et surtout farfelue. Mais est-ce vraiment le cas ? D’autant plus que… je n’ai rien d’autre à faire aujourd’hui; alors…
Mon expérience antérieure de chercheur aventurier m’a appris que tout dépend toujours de l’angle d’attaque adopté envers le sujet choisi. Allons-y donc de la façon la plus naturelle possible en commençant par déterminer les informations qui nous furent inculquées lors de l’initiation à notre propre culture.

La première question à se poser devient alors : Existe-t-il une science secrète millénaire qui est véhiculée par notre propre culture ?

Aussi surprenant que cela puisse nous paraître, la réponse est : « Oui, il y en a une ».
De plus, le concept de cette science secrète millénaire nous a été inculqué au tout début de notre initiation à la culture occidentale. Aussi inconcevable que cela puisse se révéler, aussi inacceptable que cela puisse sembler à ceux qui défendent la « rationalité-objective-matérialiste-terre à terre », déjà à l’âge de 6 ou 7 ans, notre culture nous présente le concept d’une « science secrète » datant de l’origine de l’humanité.

Lorsque nos pédagogues commencent à ouvrir l’esprit des enfants sur le monde de la connaissance, ils dépensent une assez grande partie de leur énergie et de leur temps disponibles, à développer chez eux, ce fameux concept de « science secrète ». Il n’est pas nécessairement souligné expressément ni présenté avec emphase, mais il est quand même présent au tout début de l’enseignement; et chacun de nous avons été sujets à son influence.

Je parle évidemment de « la Science du Bonheur et du Malheur » que l’on rencontre lors de notre tout premier cours sur la religion ou sur l’histoire de l’humanité selon la tradition.

Évidemment, on doit admettre que depuis l’exclusion des cours de religions dans notre système d’éducation, ce questionnement tend à disparaître peu à peu; mais on ne peut refuser qu’il ait existé et existe toujours bel et bien. D’autant plus que de qualifier ce questionnement d’affabulation est de nier l’importance d’être heureux ou malheureux dans notre société.


La Bible, ayant été considérée longtemps comme le plus ancien écrit de l’humanité, mais n’est plus, en réalité, qu’une réédition nuancée d’écrits encore plus anciens, nous parle quand même d’une époque, dans la Genèse, où la femme et l’homme originels sont confinés à l’intérieur d’un jardin qu’ils doivent entretenir et dont le propriétaire est appelé : Le Seigneur. Curieusement, dans ce jardin, toutes sortes de choses leur sont disponibles. Ils ont accès à absolument tout. Parmi ces choses auxquelles ils ont accès, il y en a une, cependant, qui leur est strictement défendue. On appelle cet objet : «le fruit de l’arbre de la science du Bonheur et du Malheur».

Eh bien, en voilà la preuve! Tout dépend toujours de l’angle avec lequel on aborde un problème. Un simple retour en arrière dans notre jeunesse nous a permis de repérer en 3 secondes ce que nous croyions, à première vue, ne jamais trouver. La science secrète millénaire existe bel et bien dans la tradition! Bon ! Évidemment, on peut toujours balayer cette information du revers de la main; mais ce serait balayer inconsidérément une des premières bases de notre culture occidentale. C’est exactement, cependant, ce qui se fait actuellement sous la « bénédiction laïque » des autorités à la vue courte. Et cela, même s’il est évident que le pire des imbéciles refuserait d’enlever et de jeter l’un de ses souliers qui sont la première base pour marcher sur un sol empierré. On doit, cependant, remarquer que la base de nos traditions n’est plus du tout protégée et même acceptée dans notre société. J’ai déjà défendu la base historique de notre culture québécoise dans des livres précédents; je vais tenter de défendre notre culture historique « humaine » dans les trois prochains écrits.

J’ai conseillé, au tout début de ce livre, de nous protéger les mains avec des gants; nous n’allons certainement pas accepter maintenant d’enlever l’un de nos souliers; enfin, pas moi, en tous les cas ! Cependant, il serait sûrement préférable qu’à partir de ce moment-ci, nous adoptions le comportement d’un détective enquêteur de la Sûreté (Provinciale du Québec, mais pas nécessairement de l’UPAC) pour nous assurer de garder une objectivité raisonnable dans notre recherche.

Commençons donc par appréhender ce fameux « Seigneur » pour le mener à la salle d’interrogation.

— Passez-lui les menottes, sergent !

— Bien, lieutenant. Allez ouste ! Au poste citoyen ! Et baissez la tête pour monter dans la voiture.

Venez avec moi! Nous allons les suivre. Voici le prétexte que j’ai fourni aux policiers pour provoquer cette arrestation. Bon! D’accord, c’est de la délation; mais on semble vouloir l’encourager de plus en plus dans notre société; alors …

Le récit de la Genèse, dans la Bible, nous indique que le propriétaire du jardin d’Éden laisse toute liberté à l’homme de prendre tout ce qui lui plaît. Il émet cependant la première loi divine : «-Ne t’avise surtout pas de goûter au fruit de l’arbre de la science du Bonheur et du Malheur ! Cette science est la seule chose qui te soit défendue ici ! Compris homme ? (Capice homo? Dixit El Papa)»

Il est facile de saisir que si cette science est défendue aux humains, elle devient illico une science «secrète». Ce n’est pas très sorcier à comprendre, non ? Sans oublier que ceci est «le premier commandement de Dieu». Ce qui n’est jamais relevé nulle part. Probablement parce qu’il avait été omis des tablettes en pierre de Moïse. Ce qui est assez normal puisque même à son époque, le jardin d’Éden qui avait fait faillite, était fermé depuis belle lurette.

Peut-être, donc, que si nous regardions d’un peu plus près en quoi consiste cette science secrète, nous pourrions nous servir de nos observations pour peaufiner notre recherche. Si nous ne trouvons aucune information dans le texte de la Genèse, il ne nous restera qu’à chercher ailleurs. Ce n’est pas les « ailleurs » qui manquent; même si, malheureusement, ils ne sont jamais ici.

Par contre, si cette science est aussi importante qu’elle en a la réputation, celui qui la connaît, Seigneur ou pas, aura des difficultés à s’empêcher de nous en livrer quelques signalements. Car, il est tout à fait «humain» de se vanter de ce que l’on sait et que les autres ne connaissent pas. J’avoue, humblement d’ailleurs, que c’est exactement ce que je pense faire avec ce livre. J’ajoute que, puisque l’homme est supposé avoir «inventé» un Dieu à son image et à sa ressemblance, il serait étonnant que le Seigneur ne se laisse pas aller à cette faiblesse humaine lors de son interrogatoire.

— Messieurs, que pouvons-nous trouver au sujet de cette sââcrée science secrète ?

— Premièrement, lieutenant, il paraît que cette science est le fruit d’un arbre qui se tient au milieu du jardin; c’est l’arbre de la science de la connaissance de ce qui est Bon ou

Mauvais; on l’appelle aussi l’arbre de vie.
Note de l’auteur : Ce qui ne veut pas, du tout, dire que ses racines baignent dans « l’eau de vie »; malgré les commentaires avinés qui pourraient fuser à la fin de la lecture de ce livre. Disons simplement qu’il ne faut pas tout mêler. Par contre, comme il est question d’un fruit, il me semble que « bon ou mauvais » est plutôt une question de goût; mais enfin…

La voix du « Seigneur » s’éleva comme un grondement sourd dans la salle d’interrogation. Il est, cependant, important de le souligner, aucune écriture n’apparut au haut d’aucun des murs :

— «...L’arbre de vie au milieu du jardin est l’arbre de la connaissance de ce qui est Bon ou Mauvais. »

Qu’est-ce que je vous disais ! C’est plus fort que lui, le vieux veut nous impressionner avec son « savoir ». Il ne faut pas l’interrompre et faisons comme si le sujet ne nous intéressait pas; cela le poussera probablement à nous en dire plus long. Souhaitons qu’il en dise trop.

— «Un fleuve sortait d’Éden pour irriguer le jardin; de là, il se partageait pour former quatre bras.»

Ça aussi je vous l’avais dit. L’arbre est arrosé avec de l’eau ordinaire et non de « l’eau de vie ». Mais écoutons les enquêteurs :

— Bon ! Un instant, messieurs ! Nous allons déléguer deux d’entre nous pour continuer à enregistrer la déposition du Seigneur. Je demanderais aux autres de venir avec moi discuter du problème que ces premières déclarations créent dans le dossier.

Tous les inspecteurs (sauf deux, l’un Bad et l’autre, pas du tout) se rassemblèrent tout de suite dans la salle commune et le lieutenant prit la parole :

— Messieurs, révisons ce que nous avons. Au début, le Seigneur a planté un jardin «en Éden». Il est donc clair que le jardin est à l’intérieur de l’Éden. Maintenant, le vieux vient d’affirmer qu’un fleuve sortait d’Éden pour irriguer le jardin. Avouez que ça ne tient pas debout. Comment un jardin à l’intérieur de l’Éden peut-il être irrigué par un fleuve qui sort de l’Éden ? Je crois que le bonhomme radote quelque peu. C’est peut-être dû à son âge. Qu’en pensez-vous ?

L’un des détectives répliqua :

— Personnellement, je n’ai vraiment pas l’impression que le vieux est déficient, lieutenant. Nous dirions plutôt qu’il a sa façon à lui de présenter les événements. Il est un peu tôt pour le cataloguer. D’autant plus qu’il ne parle pas d’un boyau d’arrosage pour le gazon; il parle d’un fleuve. Connaissez-vous un jardin assez grand pour contenir un fleuve, vous, lieutenant?

— Bon d’accord ! Retenons pour l’instant que son fleuve se sépare en 4 bras et que ces bras sont ceux qui irriguent le jardin en le traversant. Et tout cela, pour faire plaisir au sergent Poireau, ici présent, qui doit nécessairement s’y connaître en jardin. Si on dit tout de suite au vieux qu’il radote, il ne dira plus un seul mot et nous perdrons toute possibilité d’acquérir d’autres informations. Retournons à la salle d’interrogation.

 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste) Tome I : La science secrète,

essai, André Lefebvre, Fondation littéraire Fleur de Lys

Cliquez sur les logos ci-dessous

 

À VENIR À VENIR

 

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR

 

André Lefebvre

 

Vous dire qui est André Lefebvre?


Comment le pourrait-il?


Il n’est ni son nom, ni son numéro d’assurance sociale, ni sa profession, ni sa race, ni son âge. Il n’est rien de tout cela. Curieusement, personne d’autre ne l’est non plus.


Il est … lui-même. Celui qui a écrit ce livre. Il l’a justement écrit pour connaître QUI il était. Alors s’il vous le dévoilait ici, vous n’aurez plus besoin de lire ce livre et il l’aura écrit pour absolument rien.
Donc, pas question! Si vous voulez savoir qui il est, il vous faudra lire ce bouquin. D’ailleurs vous en trouverez sûrement un avantage, selon lui, car il vous dira également QUI vous êtes. Du moins si vous êtes de sa nation. Sinon, il vous dévoilera comment faire pour découvrir votre identité nationale.


Ne croyez pas que ce soit évident. Au contraire les informations « officielles » sont, la plupart du temps, biaisées et déformées. D’autant plus que, le plus souvent, elles n’ont aucun rapport avec QUI nous sommes. Vous le découvrirez en lisant son histoire.


Son vécu?


Pas meilleur ni pire que toute autre personne. Oui il a voyagé. Oui il a travaillé quelques années sur un autre continent. Oui il a des amis de différentes nationalités et oui il a connu des difficultés; mais rien de pire que tout autre être humain. Et l’ensemble de tout ça à fait de lui CE QU’il est; mais cela n’a rien à voir, ou si peu, avec QUI il est.


A-t-il fait quelque chose d’important dans sa vie?


Effectivement il a fait quatre enfants; trois garçons et une fille. À part cela, la seule chose importante qu’il ait faite, dit-il, est d’écrire ce livre qui l’identifie, ainsi que près de 7 millions de personnes.


Pourquoi a-t-il écrit ce livre?


Excellente question à la quelle il vous laisse répondre. Vous le découvrirez certainement.


Qu’est-ce qui le passionne?


L’histoire et la science.

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

DU MÊME AUTEUR

 

Histoire de ma nation !

André Lefebvre

Essai

Fondation littéraire Fleur de Lys


Lévis, Québec

 

2014

 

474 pages


ISBN 978-2-89612-464-0

 

http://www.manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.1.htm

   

Les souliers d’beu !

André Lefebvre

Essai

Fondation littéraire Fleur de Lys


Lévis, Québec

 

2015

 

266 pages


ISBN 978-2-89612-472-5

 

http://www.manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.2.htm

   

L'histoire de... l'univers !

André Lefebvre

Essai

Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 202 pages.
ISBN 978-2-89612-479-4

Format 8,5 X 11 pouces (Lettre)
Exemplaire numérique :
Gratuit (PDF)
 

http://www.manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.3.htm

   

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste)
Tome I : La science secrète


André Lefebvre

Essai

Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 256 pages.

ISBN 978-2-89612-484-8

Format 8,5 X 11 pouces (Lettre)
Exemplaire numérique (PDF) : 7.00$

 

http://www.manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.4.htm

   

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste)
Tome II - Le mystère sumérien


André Lefebvre

Essai

Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 250 pages.

ISBN 978-2-89612-409-9

Format 8,5 X 11 pouces (Lettre)
Exemplaire numérique (PDF) : 7.00$

 

http://www.manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.5.htm

   

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste)
Tome III : L'énigme égyptienne


André Lefebvre

Essai

Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2016, 346 pages.

ISBN 978-2-89612-498-5

Format 8,5 X 11 pouces (Lettre)
Exemplaire numérique (PDF) :
GRATUIT

 

http://www.manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.6.htm

   
   

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

André Lefebvre

 

André Lefebvre se fera un plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique :
andre.lefebvre@id-3.ca

 

 

[ Obtenir un exemplaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

 

Les hommes d’avant le déluge. (Par Élie l’Artiste) Tome II : Le mystère sumérien,

essai, André Lefebvre, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

► NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d'offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d'utiliser un lien vers cette page web.

 

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit,

cliquez sur l'un des deux logos ci dessous.

 

 

Format PDF

Format ZIP (fichier compressé)

 

 

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

[ Exemplaire numérique ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 581-988-7146

Télécopieur : 418-903-5178

Courriel : contact@manuscritdepot.com

 

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.