Accueil  |  Auteurs  |  Titres  |  Genres  |  Livres gratuits  |  Nouveaux titres  |  Recherche  |  Nous joindre 

 

Page personnelle de l'auteur André Nault

Le passage

Roman, 178 pages.

 

Obtenir un exemplaire    Offre aux libraires

 

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

Swanson et Walter McKennitt, deux navigateurs d'expérience, préparent une expédition pour découvrir le passage du Nord-Ouest.

L'histoire se passe dans la ville de Québec en 1845. Walter, qui réside à Québec, meure dans un incendie qui ravage son bateau. Son frère Swanson, venu le rejoindre pour finaliser l'expédition et prendre le départ à ses côtés, apprend son décès dès son arrivée à Québec. Certains détails entourant la mort de Walter laissent croire à un meurtre. Swanson décide de reconstituer les derniers mois de la vie de son frère pour percer le mystère de sa mort.

Sur sa route, il croisera des personnages tels que Jeanne DeLaverdière, la propriétaire d'une auberge, Jean-Baptiste Goudreau, un pilote sur le Saint-Laurent, Joseph Vanier, un médecin, et la mystérieuse Elisabeth Andrews, l'épouse d'un baron du bois.

Le roman Le Passage vous présente un point de vue peu connu de la ville de Québec au milieu du XIXe siècle.

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

Deux semaines plus tard, sur un navire, le Agen, Swanson McKennitt sortit de sa cabine peu après qu’un marin l’eut averti de leur arrivée imminente. Pour lui, l’un des plus beaux spectacles était l’arrivée à un port, surtout si celui-ci lui était inconnu.


Il monta sur le pont avant. Ancien capitaine hauturier, caboteur dans les Antilles, Swanson McKennitt était dans son élément. Sa forte stature, ses cheveux bouclés blond roux et son visage buriné lui donnaient un air de vieux loup de mer. Des yeux gris bleu derrière des sourcils roux broussailleux laissaient deviner un regard perçant.


Le jour se levait en ce mois de juin. Un ruban de brume flottait sur le fleuve qui avait commencé à se resserrer à la pointe de l’île d’Orléans. Il voyait la ville sur son promontoire.


Sur la dunette, le pilote donnait des indications au capitaine. Sur le hauban du mât de misaine, un marin lançait une sonde pour déterminer la profondeur de l’eau.


Bientôt, d’autres passagers arrivèrent sur le pont pour contempler la Citadelle qui se profilait au-dessus de la brume, lui donnant un petit côté médiéval.


Puis le jeune médecin dont il avait fait la connaissance pendant ce voyage depuis New York vint le rejoindre. Il était frêle, avait le teint blanc et les cheveux noirs. Il avait rencontré les autorités de cette ville pour étudier leurs mesures de quarantaine et leur projet de transformer un ancien fort, Castle Garden, en un centre d’accueil pour immigrants.

  • Alors, monsieur Dubreuil, vous avez bien dormi? Demanda McKennitt.

     

  • Non, pas très bien. Je préfère la terre ferme comme vous le savez déjà.

     

  • Regardez cette ville. On dirait l’île flottante de Laputa.

Dubreuil le regarda comme s’il cherchait une explication sur son visage.

  • Vous aimez lire, n’est-ce pas?

     

  • Des livres de médecine surtout, répondit Dubreuil.

     

  • Oh, bien sûr, j’aurais dû le deviner, dit-il avec un sourire narquois. Dans son livre Voyages de Gulliver, Jonathan Switf décrit une île flottante à laquelle il a donné le nom de Laputa. Vous la voyez maintenant cette île suspendue dans le silence?

     

  • Avec un peu d’imagination, oui.

Puis, passant tout près d’eux, un immense navire à trois mâts avec ses voiles carrées remontait le fleuve, une cargaison de poutres de bois empilées jusque sur les ponts.

  • Est-ce que les informations que vous avez obtenues à New York vont vous servir? demanda McKennitt après qu’il eut observé le navire.

     

  • Il est encore trop tôt pour le dire. La dernière épidémie de choléra remonte à 1834. Peut-être que cela ne se reproduira plus.

     

  • À votre place, je n’en serais pas aussi sûr.

McKennitt laissa cette conversation pour regarder les marins, à bord de deux embarcations, qui ramaient en cadence, remorquant leur navire entre les dizaines d’autres en rade.
Puis le navire arriva au bout d’un quai. Les marins le firent pivoter à l’angle de l’appontement. Ceux qui étaient sur le pont lancèrent les câbles d’amarrage. Quelques instants plus tard, on signifia aux passagers, au comble de l’excitation après quatre jours de mer, qu’ils pouvaient enfin mettre pied à terre.


Sur le quai bondé de gens et de marchandises, Dubreuil s’approcha de McKennitt pendant qu’un cocher chargeait ses bagages sur une voiture.

 

  • Je vous souhaite un bon séjour à Québec, lui dit Dubreuil. Et bonne chance!

     

  • Merci.
     

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

QUÉBEC, 28 MAI 1845
LAPUTA
UNE MALLE BIEN LENTE
JOSEPH FRANCIS
INDISCRÉTION
ENTRE MARINS
RÉVÉLATION
UN TRAIT PRÉCIS
LE TRIDENT DE NEPTUNE
TÊTE DE SAUMON
BLANC COMME LE MARBRE
SATURNE
UNE ODEUR DE PÊCHE
HIBISCUS
OTHELLO
CHASSE GARDÉE
UN ARC-EN-CIEL
LE JEU DE LA VIE
MILTON
RUMEURS
SUR UN AIR D’ACCORDÉON
UN PETIT VERRE DE VIN
LE REPOS DU GUERRIER
UN FEU DANS LA NUIT
À BOUT DE SOUFFLE
AINSI VA LA VIE
L’OFFICIER FRANÇAIS
LE HÉRON
LE DÉMON
LA PASSERELLE
ÉPILOGUE
AU SUJET DE L'AUTEUR

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Résumé        Extrait        Table des matières        Auteur

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sujet de l'auteur      Biographie      Coordonnée    

[ Retour ]

 

Originaire de Plessisville dans les Bois-Francs. Vis présentement à Québec. Fais mes études à Trois-Rivières, Montréal et Québec. Travaille dans plusieurs domaines dont la vidéo, l'archéologie et la géomatique.

Viens à la littérature sur le tard sous l'impulsion d'une amie. Deviens par la suite un lecteur insatiable. M'adonne aussi à l'écriture depuis une dizaine d'années. Une des mes nouvelles, Ploc!, est publiée dans un collectif des éditions Botakap, En banlieue de Québec, paru en 2002.

Tiens un site Internet, Cyvelles, pendant un certain temps, dans lequel j'ai présenté quelques unes de mes nouvelles.

Le roman, Le Passage, vient de mon intérêt pour la ville de Québec et son histoire.
 

 

Au sujet de l'auteur      Biographie      Coordonnée    

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sujet de l'auteur      Biographie      Coordonnée    

[ Retour ]

 

André Nault se fera un grand plaisir de lire

et de répondre personnellement à vos courriels.

 

Voici son adresse électronique : a.nault@sympatico.ca


 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre d'appui de l'auteur à la fondation

[ Retour ]

 

Bonjour,

 

Ce projet est important car il change la donne dans le domaine de l'édition du livre. On entreprend enfin le passage du monde du papier à celui du numérique.

De plus, donner la chance à des personnes comme moi dont les manuscrits ont été refusés est vraiment une bonne chose.

Règle générale, si on écrit, c'est pour permettre à d'autres personnes de nous lire et de partager notre passion pour la littérature.
 

 

André Nault, Québec, Québec.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les couvertures

 

APPUI

Lettre d'appui de l'auteur à la fondation

 

AUTRES ROMANS

Romans

Romans policiers

Romans suspense

Romans historiques

Romans épistolaires

Science fiction

 

 

RECHERCHE

Recherche par titre

Recherche par auteur

Recherche par genre

Livres gratuits

 

RETOUR

Page d'accueil de la librairie

© 2005 Fondation littéraire Fleur de Lys inc., organisme sans but lucratif.