Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

LIVRE POLITIQUE - ÉLECTION CANADIENNE 2015

 

L’auteur propose de disposer du legs Trudeau et de chasser
du pouvoir le Premier Ministre qui nous gouverne.

 

MES DEUX FOSSOYEURS

 

À propos des ravages de la droite

et de l’unité nationale autrement

 

Souvenirs d’un vieux croulant

franco-ontarien

 

ELMER SMITH

 

Récit − Essai

 

Fondation littéraire Fleur de Lys

Lévis, Québec, 2015, 77 pages.

 

ISBN 978-2-89612-491-6

 

Exemplaire numérique gratuit (PDF)

 

Couvertures

Présentation

Sommaire

Extrait

Communiquer avec l'auteur

Exemplaire numérique gratuit

-

PARTAGER

CETTE PAGE

 

COUVERTURES

 

MES DEUX FOSSOYEURS - À propos des ravages de la droite et de l’unité nationale autrement
Souvenirs d’un vieux croulant franco-ontarien, Récit - Essai, Elmer Smith,
Fondation littéraire Fleur de Lys
 

 

 

 

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

MES DEUX FOSSOYEURS - À propos des ravages de la droite et de l’unité nationale autrement

Souvenirs d’un vieux croulant franco-ontarien, Récit - Essai, Elmer Smith,
Fondation littéraire Fleur de Lys
 


Affublé d’une identité bicéphale, l’auteur Franco-Ontarien dénonce les politiques des deux Premiers Ministres Pierre Elliott Trudeau et Stephen Harper, qui ont eu l’effet de livrer ses deux appartenances aux déchets de l’histoire.


Les deux fossoyeurs ont marché dans un même sillon machiavélique à bien des égards. Tous deux autocrates rigides, rarement à l’écoute, multiculturels de pensée et d’attitude, ennemis acharnés des droits collectifs et disciples d’une même vision religieuse individualiste, à la mouture personnaliste à la Mounier pour l’un et évangéliste pour l’autre.


Le premier a mis le Québec à sa place au moyen d’une vue pancanadienne des deux peuples fondateurs ainsi que de l’adoption de la Charte des Droits de 1982, mettant fin au rêve de son peuple de bâtir une patrie sur les bords du Saint-Laurent et vouant par là les francophones de la diaspora canadienne à une mort à petit feu.


Le deuxième, depuis qu’il est au pouvoir, a sonné la charge dans un combat de tous les instants à bride abattue contre tout ce qui bougeait de démocratie et d’humanité dans la nation.


L’auteur propose de disposer du legs Trudeau et de chasser du pouvoir le Premier Ministre qui nous gouverne.

 


 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

SOMMAIRE

 

MES DEUX FOSSOYEURS - À propos des ravages de la droite et de l’unité nationale autrement
Souvenirs d’un vieux croulant franco-ontarien, Récit - Essai, Elmer Smith,
Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Résumé

Avant-propos

Introduction

Les premiers pas

Le Parti Libéral de Lester Pearson

Les deux visions du pays (rappel historique)

Le grand mythe

Les fossoyeurs

La mort de Pierre Trudeau, citoyen du monde (Fossoyeur # 1)

La droite

Le chevalier de l’ouest (Fossoyeur # 2)

Conclusion

Communiquer avec l’auteur

4

5

8

15

20

26

34

44

50

60

65

72

74



 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT

 

MES DEUX FOSSOYEURS - À propos des ravages de la droite et de l’unité nationale autrement
Souvenirs d’un vieux croulant franco-ontarien, Récit - Essai, Elmer Smith,
Fondation littéraire Fleur de Lys
 

AVANT-PROPOS


Nous sommes au premier janvier 2015. Partout en ce début d’année jaillit l’espoir d’une vie heureuse. Bonne et heureuse année, se souhaite-t-on à satiété. Certains sont heureux ou croient l’être, d’autres malheureux: une naissance pour l’un ou l’une, l’accession à un poste convoité pour l’autre, une noce ou à l’inverse un divorce qui chemine mal, un licenciement, un fâcheux accident de voiture, un cancer en rémission.


Mais les moments de joie et les calamités personnelles particulières ainsi énumérées qui assaillent les humains sont anecdotiques et passagers. Si un jour ou l’autre les humains en sont tous touchés, même ceux qui habitent les pays inscrits au palmarès des gens heureux, c’est sur les causes profondes d’un autre ordre que je veux discourir, qui engendrent de façon plus durable le malheur ou le bonheur des humains.


Vient d’abord à l’esprit le fouillis généré par les humains dans leurs relations les uns avec les autres, comme si c’était naturel de ne pas s’entendre avec son prochain. Si le problème est génétique il est insoluble. L’homme serait condamné à s’autodétruire sans qu’il ne puisse jamais exercer une quelconque influence sur son espèce pour contrer cette haine du prochain à laquelle il est prédestiné.


S’il s’agit de cupidité causant les inégalités sociales intolérables que nous observons tout autour de la planète entraînant à tour de bras les conflits et la violence, ou si encore ce sont les idéologies radicales qui sont à l’œuvre, religieuses ou autres, alors les travers sont d’invention humaine et peuvent être réparés.


Il y a aussi les ravages que nous faisons subir à notre environnement avec comme résultat un monde qui s’en porte si mal qu’il disparaîtra beaucoup plus tôt que prévu si ses habitants ne prennent garde de le mieux soigner. Et si du même coup ils refusent justement de promouvoir l’égalité dans le commerce avec leurs semblables, comme le respect de leur dignité le requiert, quels que soient leur état civil, leur statut social, leur couleur, l’habit qu’ils portent, la religion qu’ils pratiquent ou l’identité qu’ils réclament, nous serons tous châtiés prématurément non seulement par cette nature revancharde à laquelle nous avons refusé d’obéir en la saccageant impitoyablement, mais aussi par les victimes de ces institutions économiques, politiques ou religieuses qui respectent trop peu la dignité des humains; bref, nous serons alors à la merci des mal en point, des laissés pour compte, trop longtemps bafoués, tellement en colère qu’un jour ils prendront les armes. Ils y sont déjà ou s’y préparent. Les inégalités sociales et les changements climatiques forment à eux deux la recette infaillible pour mettre fin à l’aventure humaine.


Or nous savons d’instinct que la nature nous a fourni les outils pour nous défendre. Ce qui nous sauvera, nous faisant sortir de notre misère, c’est notre humanité. Elle est à portée de main et viendra en renfort pour peu que nous lui fassions signe ; ce n’est pas la peine d’aller chercher ailleurs. Aussi longtemps que nous misons sur notre humanité plutôt que sur les dieux et les orthodoxies de tout acabit qui nous tendent la main faisant miroiter le paradis, nous savons que nous ne sommes pas condamnés à subir une telle apocalypse. Il s’agit, jeunes et vieux, de nous retrousser les manches et nous mettre à l’œuvre.


Certains disent d’une part, que la tendance aux dérèglements climatiques est irréversible et d’autre part que la violence des humains tient à leur nature même qui en est une de concurrence, la palme à être remportée par le plus fort. Plutôt qu’adhérer à leur pessimisme et puisque nous avons confiance en l’humanité et en sa capacité de s’amender, nous réclamerons de ceux qui nous gouvernent, sans jamais nous lasser, le respect de la nature autant que la fin du mépris des droits et libertés fondamentales des humains, du droit à l’égalité au premier chef, confiants que c’est à ce prix que nous mettrons un terme à la descente aux enfers qui nous guette.

C’est en effet littéralement sauver la planète dont il s’agit, des dégâts environnementaux d’abord, et ensuite épargner à l’humanité les carnages inhumains et insensés de millions de décapités, de réfugiés, de victimes de la machette, de la faim ou des sécheresses dont elle fait l’objet. Car, il n’est plus permis d’en douter, du bien-être de la nature de concert avec l’égalité des chances au royaume des humains, dépendra en grande partie notre mieux-être et somme toute notre propre bonheur.


Si les problèmes ici au pays ainsi qu’au pays de nos voisins situés au sud de nous et dans l’occident en général sont moins prononcés qu’au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, ne nous en félicitons pas. Ils sont de ce côté de l’Atlantique de même nature et participent du même illogisme contre-productif de la gratification immédiate au détriment des autres. Au milieu des agitations et des tractations auxquelles ils se livrent, les humains ignorent que le bonheur les éludera toujours s’il ne provient de l’intérieur.


S’il est vrai qu’il revient à chacun de nous qui croyons en l’humanité malgré ses travers et ses revers, à nous qui sommes par nécessité solidaires, tous à bord du même vaisseau, de plonger et sauver l’humanité de la noyade, avouons sans ambages que notre bagage génétique, notre expérience de vie, le groupe auquel nous nous référons, à eux trois nous retirent une bonne part de notre marge de liberté. Nous n’abandonnerons pas pour autant notre devoir de mettre à profit ce qui en reste. Notre propre bonheur est à ce prix.

 

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Elmer Smith

Elmer Smith se fera un plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : elmersmith@sympatico.ca

 

 

[ Obtenir votre exemplaire numérique gratuit (PDF) ]

[ Retour au menu ]

 

 

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

 

MES DEUX FOSSOYEURS - À propos des ravages de la droite et de l’unité nationale autrement
Souvenirs d’un vieux croulant franco-ontarien, Récit - Essai, Elmer Smith,
Fondation littéraire Fleur de Lys
 

 

► NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d'offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d'utiliser un lien vers cette page web.

 

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit, cliquez sur l'un des deux logos ci dessous.

 

 

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8   Téléphone : 418-903-5148


Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu
des autres sites auxquels elle pourrait se référer.