Accueil

Librairie

Édition

Actualités

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Maison d'édition et librairie en ligne québécoises sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Service d'éducation populaire: conférences, ateliers et séminaires.

Nouveautés

Titres

Auteurs

Genres littéraires

Livres numériques gratuits

Musique

MP3 audio & DB vidéo

Parole(s) de cerveau, Neuro-pédagogie de la parole, Apprentissage des langues

et troubles de la parole, Jacques Alliaume, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Parole(s) de cerveau

Neuro-pédagogie de la parole,

Apprentissage des langues et troubles de la parole

JACQUES ALLIAUME

 

Pédagogie,

Fondation littéraire Fleur de Lys

Laval, Québec, Canada, 2005, 156 pages.

ISBN  2-89612-086-6 / 978-2-89612-086-4

 

Couvertures

Présentation

Extrait

Table des matières

Biographie

Obtenir un exemplaire

Communiquer avec l'auteur

 Partager sur Facebook

 

 

COUVERTURES
Parole(s) de cerveau, Neuro-pédagogie de la parole,

Apprentissage des langues et troubles de la parole,

Jacques Alliaume, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les couvertures pour agrandir

▲ Cliquez sur la couverture pour agrandir ▲

▲ Cliquez sur la couverture pour agrandir ▲

-

»»» Présentation

[ Retour en haut de la page ]

 

 

PRÉSENTATION

Parole(s) de cerveau, Neuro-pédagogie de la parole,
Apprentissage des langues et troubles de la parole,
Jacques Alliaume, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

La capacité de parole est sans doute la faculté la mieux partagée chez les humains, l’équipement nécessaire à son expression, poumons, pharynx, larynx, cavité buccale, fosses nasales… variant relativement peu entre les individus. Tous les hommes ont d’ailleurs accès à leur langue dite maternelle avec une déconcertante facilité. L’apprentissage d’une langue étrangère, en revanche, se révèle beaucoup plus complexe, comme le montrent les échecs flagrants enregistrés à l’issue de la scolarité dans la plupart des pays. Après un bilan succinct de l’apprentissage des langues en milieu scolaire, cet ouvrage évoque l’appareil productif de la parole et son fonctionnement, puis son aspect perceptif ; enfin, sa composante cérébrale. Dans les quatre chapitres qui suivent sont analysées les raisons de nos difficultés à acquérir une langue étrangère, puis, à partir d’observations de pathologies de la parole est suggérée une hypothèse originale de traitement spécifique des différentes composantes de la parole par les hémisphères cérébraux. Cette hypothèse trouve sa substance dans les travaux et observations de neurologues de tous horizons effectués depuis la fin du XIXe siècle et dont le Professeur Jean Cambier et le Docteur Patrick Verstichel rendent compte à côté de leurs propres travaux de recherche et de terrain. L’esquisse de propositions pour des pédagogies des langues spécifiques en fonction de l’âge des apprenants est ensuite amorcée, et invite à stimuler la coopération complémentaire des deux hémisphères. Enfin, le dernier chapitre offre une technique inédite de stimulation équilibrée et simultanée de chaque hémisphère en parfaite synergie avec son homologue. Le champ des applications, aujourd’hui centré sur l’apprentissage des langues et la rééducation de troubles de la parole, ne peut que s’élargir dans l’avenir.

 

 

* * *

 

 

La parole dans tous ses états : mise au point, perspectives

 

Ce petit livre dédié à la parole a fait appel, sans exclusive, à des approches multiples, anatomiques, physiologiques, pathologiques, neurologiques,  pédagogiques, chacune de manière extrêmement superficielle… mais le but n’était pas l’exhaustivité. Le recours à notre modeste bibliographie permettrait d’ailleurs à quiconque en éprouverait le besoin d’aller bien au-delà dans chacun des domaines évoqués. Une telle approche n’a que peu de choses à voir avec la recherche scientifique institutionnelle d’aujourd’hui où l’existence d’appareils ultra sophistiqués permet d’entrer dans le détail du plus petit composant cérébral et d’étudier les activations spécifiques déclenchées par la parole… ou certaines composantes spécifiques de la parole. Les outils les plus perfectionnés d’imagerie médicale permettent certes, de visualiser une activation cérébrale mais l’interprétation en est toujours délicate, pour ne pas dire hasardeuse… à moins que cette interprétation ne soit facilitée par une observation de terrain, en amont, ayant précédé et orienté le choix de l’étude IRMf.

 

Parole(s) de cerveau permet de suivre en peu de pages la démarche intellectuelle par étapes successives qui a permis d’arriver à une hypothèse concernant l’implication de chaque hémisphère dans la pratique de l’activité langagière (perception, production). Cette hypothèse alimentée par les intuitions lumineuses de linguistes-chercheurs de terrain (Guberina, Rivenc, Renard) et progressivement confortée par les compte rendus d’examens IRMf multiples a suscité le désir d’optimiser les compétences spécifiques de chaque hémisphère et de leur collaboration pour aider les individus à devenir plus performants dans les pratiques langagières (apprentissages, rééducation).

 

Le montage proposé en 1985 à l’Université de Poitiers (IUT de La Rochelle) et réalisé avec l’aide d’un spécialiste de physique acoustique (Prof. Michel Veyssière) a été breveté auprès de l’Institut National de la propriété Industrielle en 1989. (Il est succinctement décrit page 109 de cet ouvrage). Pendant des années son utilisation auprès d’enfants et d’adultes souffrant de problèmes d’expression en langue maternelle et de difficultés à acquérir une prononciation correcte en langue(s) étrangère(s) a donné des résultats positifs, mais difficiles à évaluer scientifiquement.

 

C’est donc avec joie et reconnaissance que nous avons accueilli l’étude effectuée par une équipe du laboratoire d’imagerie Moléculaire et Fonctionnelle de l’Université Victor Segalen de Bordeaux,  publiée dans la Revue américaine Human Brain Mapping, Cerebral mechanisms of prosodic sensory integration using low-frequency bands of connected speech (Hesling, Dilharreguy, Clément, Bordessoules, Allard) qui confirme, quinze ans après le Brevet d’Invention, nos hypothèses …du siècle dernier.

 

 

* * *

 

 

I-LANG: confirmation par l’ IRMf de l’activation cérébrale spécifique

déclenchée par le dispositif i-lang

 

 

Dans le cadre d’une étude IRMf (voir ci-dessus) visant à évaluer l’impact éventuel de l’utilisation du dispositif i-lang sur l’activation cérébrale (blood-flow) dans chaque hémisphère, une équipe de recherche de l’Université de Bordeaux a étudié les variations du flux sanguin dans les quatre conditions suivantes :

  • NN  discours oral normal adressé à chaque oreille par l’intermédiaire d’écouteurs simultanément:

  • FN discours filtré passe-bas adressé à l’oreille gauche (HD), discours oral normal adressé à l’oreille droite (HG) simultanément, cette condition correspond strictement au montage i-lang tel qu’il a été décrit dans le brevet d’invention et différents textes cités en bibliographie.

  • NF discours oral normal adressé à l’oreille gauche (HD), discours filtré passe-bas adressé à l’oreille droite (HG) simultanément,

  • FF discours filtré passe-bas adressé à chaque oreille simultanément.

L’opération effectuée sur dix hommes droitiers (moyenne d’âge 28,6 ans), résumée dans un poster dont les références figurent ci-dessous, révèle que la condition FN (qui schématise l’utilisation du dispositif i-lang décrit au chapitre précédent) présente une activation beaucoup plus importante que les autres conditions en terme de localisation mais aussi en surface activée sur chaque hémisphère.

 

 

Droit                 Gauche

Figure 1 : NN activation

 

Droit                 Gauche

Figure 2 : NF activation

 

Droit                 Gauche

Figure 3 : FN activation

 

Droit                 Gauche

Figure 4 : FF activation

 

 

 

Ce constat ouvre la voie à des recherches plus approfondies mais représente déjà un début de confirmation des résultats « de terrain » obtenus dans l’amélioration de la perception en langues étrangères et l’amélioration de la communication dans certains troubles de la parole chez des enfants ou adultes.

 

 

* * *

 

 

Le Centre de Ressources et de Recherche en Technologie de l'Apprentissage des Langues (CERTAL) de l'Université Paris 8 s’intéresse beaucoup aux travaux de Monsieur Jacques ALLIAUME portant sur les Troubles de la Parole et l’Apprentissage des Langues. Le centre testera le système i-lang développé par M. Alliaume.


En savoir plus

 

-

»»» Table des matières

[ Retour en haut de la page ]

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Parole(s) de cerveau, Neuro-pédagogie de la parole,
Apprentissage des langues et troubles de la parole,
Jacques Alliaume, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Avant-propos

Préambule

1. La Parole : apprentissage des langues

2.La Parole : physiologie

3. La Parole : acoustique

4. La Parole : traitement cérébral

5. La Parole : conditionnement à la langue maternelle

6. La Parole : deux hémisphères pour parler

7. La Parole : les paroles en langues et le développement cérébral

8. La Parole : une pédagogie du cerveau total
(I-lang et la perception subliminaire)
 

 

-

»»» Lire un extrait

[ Retour en haut de la page ]


 

 

EXTRAIT

Parole(s) de cerveau, Neuro-pédagogie de la parole,
Apprentissage des langues et troubles de la parole,
Jacques Alliaume, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Avant-propos

 

Dire que le cerveau de l’homme est équipé pour pouvoir, en théorie, accueillir toutes les langues du monde, c’est une affirmation quelque peu provocante pour tous ceux dont les souvenirs scolaires sont parfois douloureux et qui voient leurs enfants souffrir les mêmes affres. Le fossé est immense, en effet, entre les théories sur les capacités linguistiques de l’homme et les pratiques d’apprentissage.

 

Pourtant l’homme est un « être parlant », équipé pour la parole, équipé pour les paroles, et il est étrange que l’accès aux autres langues (non maternelles) soit considéré, au 21ème siècle, comme une tâche quasi insurmontable. Cela ne peut être que parce que l’homme ne sait pas utiliser les ressources universelles de son cerveau unique.

 

Le Professeur Jean Cambier, membre de l’Académie Nationale de Médecine - auquel il sera souvent fait référence – condense en quelques mots, de façon lumineuse, les capacités complémentaires des hémisphères cérébraux humains :

«L’hémisphère gauche des sujets droitiers a la charge de gérer le langage articulé.

 

Privé d’accès à la parole, le droit ne s’exprime qu’à travers l’autre hémisphère. De ce fait, il est libre de privilégier la pensée non verbale, mettant à profit son mode de fonctionnement connotatif et ses capacités d’imagerie visuo-spatiale, ce qui ne l’empêche pas de participer indirectement à la matérialisation de la pensée et à la communication : comprenant les mots, sinon les phrases, il est le témoin de ce qu’énonce l’autre hémisphère dont il ne manque pas de tempérer les propos par des pauses, des interjections, des adverbes modulateurs, voire par un geste ou une expression mimique ; à la logique dénotative du dictionnaire et de la grammaire propre à l’hémisphère gauche, il juxtapose une acception élargie et une classification analogique du vocabulaire qui font le lit des métaphores et ouvrent la voie au langage des poètes mais aussi aux innovations créatives ; il gère enfin la dimension affective du message, qu’il s’agisse d’expression ou de compréhension. »

 

Ce livre a pour but principal de rappeler aux hommes de toutes langues, de toutes nationalités, qu’ils sont dépositaires de ressources inexploitées (ou pour le moins sous exploitées) de leurs cerveaux. Il propose, après un retour nécessaire sur des connaissances de base, de s’extraire des approches purement « corporelles » (organiques) de la perception-production pour aborder la dimension cérébrale de la parole. Cette approche, qui est celle d’un linguiste, n’a été possible que grâce aux observations minutieuses des pathologies cérébrales décrites par les neuro-praticiens. Le collationnement de milliers d’informations sur le comportement des lésés cérébraux de toutes natures devrait permettre d’élaborer une théorie cérébrale du langage et des langues qui débouche sur une meilleure connaissance du cerveau parlant et donne naissance à des stratégies d’apprentissage efficaces.

 

Dans les pages qui suivent nous proposons quelques résultats de ce regard nouveau sur les paroles, des suggestions pour mieux utiliser les compétences innées de chacun, et une technique de réhabilitation des surdités aux langues non maternelles.

 

Que tous les chercheurs linguistes, neurologues, praticiens de l’éducation nationale soient remerciés tant pour les apports de leurs recherches que pour leurs pratiques de terrain. Les linguistes Petar Guberina , Paul Rivenc, Raymond Renard, Isabelle Hesling, les neurologues Jean Cambier et Roger Gil, par leurs enseignements directs ou indirects ont été les inspirateurs principaux de Paroles de Cerveau.

 

Jacques Alliaume

 

 

* * *

 

 

Préambule

 

Apprentissage des langues- État des lieux

 

  • Les méthodes d’apprentissage des langues sont construites à partir des caractéristiques linguistiques des langues à apprendre. Si les méthodes n’avaient pour seule vocation que d’être des outils descriptifs des langues, les exercices proposés étant destinés à illustrer leur fonctionnement spécifique, un grand nombre des méthodes disponibles sur le marché donnerait totale satisfaction.

 

Mais....

 

  • Les méthodes sont destinées à des êtres humains, enfants ou adultes, qui sont propriétaires d’un cerveau déjà conditionné aux caractéristiques linguistiques et prosodiques de la langue dite maternelle. Aucune méthode actuellement disponible n’est en mesure de prendre en compte cette dimension essentielle qui pose un problème si difficile à résoudre que personne, pédagogues, linguistes, auteurs, éditeurs, n’ose l’aborder. Ce problème de la friction antagoniste entre la langue maternelle et la langue d’étude peut se poser de la manière suivante :

 

  • La langue maternelle acquise par imprégnation depuis le ventre de la mère entraîne un conditionnement de tous les organes impliqués dans la perception et la production de parole maternelle : oreille (perception auditive), ensemble du corps (gestuelle spécifique), organes phonatoires (larynx, pharynx, cavité buccale), poumons (mus pour l’inspiration et l’expiration par des muscles spécifiques).

     

  • La langue étrangère d’apprentissage possède ses caractéristiques linguistiques et musicales (prosodiques) spécifiques. Son assimilation exige un conditionnement physiologique différent qui entre obligatoirement en conflit avec le conditionnement profondément enraciné de la langue maternelle.

 

On pourrait penser que la dimension « intellectuelle » de la langue d’apprentissage puisse s’assimiler par le raisonnement. Il suffirait en fait d’apprendre les règles spécifiques de fonctionnement, syntaxe, formes verbales, lexique...

 

Mais comment enseigner (apprendre) la dimension musicale (prosodique) spécifique de cette langue d’apprentissage, à des apprenants physiologiquement profondément conditionnés à la musique d’une autre langue ? Cela revient à exiger de leur corps conditionné un fonctionnement anarchique. En fait ils ne peuvent que calquer leurs productions en langue étrangère sur celle de leur langue maternelle.

 

Il suffit de penser aux centaines de muscles impliqués simultanément dans la parole pour comprendre à la fois la difficulté de la tâche et le désintérêt des linguistes qui connaissent la situation mais préfèrent l’ignorer parce qu’ils n’ont pas les moyens de l’affronter. Il existe, pour chaque langue, un « schéma corporel vocal » (1) que les méthodes d’apprentissage devraient pouvoir enseigner au même titre qu’elles enseignent la description des langues.

 

Chacun est physiologiquement conditionné par sa langue maternelle, ce qui implique une capacité perceptive réduite aux sons, rythmes, intonations de toute autre langue , mais aussi une sorte de « sclérose » des organes impliqués dans la production de parole dès qu’il s’agit de « dire » dans une autre langue.

 

 

Le cerveau linguiste

 

C’est le cerveau qui gère notre fonctionnement physiologique lorsque nous parlons, dans notre totale inconscience. C’est donc au cerveau qu’il est nécessaire de d’adresser puisque c’est le cerveau qui commande simultanément tous les organes de parole et assure leur coordination. S’adresser au cerveau suppose que l’on ait accès à un minimum de connaissances sur son fonctionnement :

 

  • Le cerveau se compose de deux hémisphères (le gauche - HG, le droit - HD).

     

  • Chaque hémisphère joue un rôle spécifique dans la perception et la production de parole. (Ils ne sont symétriques ni anatomiquement ni fonctionnellement).

     

  • HG est plus impliqué dans le traitement des sons de parole et des intonations linguistiques (accents, accentuations spécifiques de la langue).

     

  • HD est plus spécialisé dans le traitement des intonations affectives qui expriment par la parole l’état émotionnel du sujet.

 

L'expression de la langue et l'expressivité du sujet parlant constituent les deux dimensions complémentaires et indissociables de la communication par le langage. Ces divisions correspondent à l'investissement respectif de chaque hémisphère cérébral (2) l'hémisphère gauche (HG) gérant majoritairement la dimension "Expression" (lexico-grammaticale, syntaxique), l'hémisphère droit (HD) régulant la dimension "Expressivité" (prosodique, kinésique).

 

Modalités de la communication et fonctionnement cérébral. (Alliaume & Hesling, 1998)

 

  • Les deux hémisphères cérébraux jouent donc, dans la perception et la production de la parole, quelle que soit la langue considérée, des rôles essentiels et complémentaires.

     

  • La parole de l’hémisphère gauche isolé (HG), purement mécanique, perdrait son pouvoir de communication humaine qui est la fonction même de la parole.

     

  • La parole de l’hémisphère droit isolé (HD) serait une modulation sans langage exprimant les émotions à la manière d’un animal familier.

     

  • HG et HD entretiennent parfois, sous un même crâne, des relations conflictuelles comme en témoignent les observations de patients au cerveau dédoublé (dont on a séparé les deux hémisphères chirurgicalement). Il apparaît que HG « brime » son jumeau et l’empêche de s’ extérioriser(3) .

     

  • Les méthodes d’apprentissage s’adressent majoritairement à une moitié de cerveau (la moitié gauche) par le recours à l’explication analytique.

     

  • Le fait de proposer des documents sonores (parole) en langue étrangère ne peut, seul, répondre aux objectifs recherchés (apprendre la langue authentique) puisque la parole étrangère est perçue par l’intermédiaire d’une oreille, (d’un cerveau), conditionné à/par la langue maternelle. Les sons, rythmes, intonations spécifiques de la langue étrangère passent par le filtre solidement constitué de la langue maternelle. L’expression en parole « étrangère » se révèle être une parole « étrange », constituée d’une langue étrangère portée par les caractéristiques musicales et acoustiques de la parole maternelle.

 

 

Propositions

 

Pour enseigner la dimension prosodique, musicale, de la parole, sur laquelle viendront se greffer les mots de la langue, il faut :

 

  • adresser à HD la dimension prosodique, musicale de la langue d’apprentissage, porteuse des manifestations émotionnelles.

     

  • adresser simultanément à HG la dimension linguistique du message dans la langue d’apprentissage.

 

Il faut aussi « court-circuiter » l’influence dominatrice de HG qui, en prenant le meilleur sur HD concentre l’attention de l’apprenant sur le seul contenu linguistique au détriment de la dimension prosodique.

 

Le système que nous proposons en fin d’ouvrage (I-lang) (4), en maîtrisant les contraintes évoquées ci-dessus, permet de mettre l’apprenant dans les meilleures conditions de perception et de reproduction de la langue d’apprentissage.

 

Nous suggérons de donner aux méthodes de langues existantes une efficacité qu’elles ne peuvent avoir en l’état en raison de leur non-prise en compte des facteurs cérébraux brièvement évoqués dans ce texte. Il suffit, pour cela, de filtrer sélectivement les données acoustiques adressées au cerveau des apprenants, ce que nous savons faire.

 

Les évaluations positives (5), tant dans le domaine de l’apprentissage qu’en rééducation de certaines pathologies du langage confirment que notre conception de la prise en compte du fonctionnement cérébral - quelle que soit la langue - est primordiale. Les chapitres qui suivent proposent un inventaire des connaissances concernant la parole, décliné sous toutes ses entrées, après le constat d’échec relatif des méthodes pédagogiques actuellement en cours. Les dimensions physiologique, acoustique, cérébrale sont successivement approchées, permettant de proposer, en connaissance de cause, des pédagogies diversifiées en fonction de l’âge des apprenants et de leur statut de débutant ou faux débutant. Enfin une pédagogie du «cerveau total» s’appuyant sur les apport des neurosciences sera proposée par l’intermédiaire du dispositif I-lang et de la communication subliminale.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

  1. SOULAIRAC A., cité par CORNUT G., 1986- La voix, Que sais-je?, PUF, n°627.

     

  2. CAMBIER J.,& P. VERSTICHEL., 1998.- Le cerveau réconcilié, Masson, Paris.

     

  3. CAMBIER J.,& P. VERSTICHEL., 1998.- Le cerveau réconcilié, Masson, Paris.

     

  4. Voir chap. 8.« I-lang - Perception subliminale » en fin d’ouvrage.

     

  5. HESLING I., 2000.- Le rôle de l’hémisphère droit dans la perception et la production de la parole, Thèse de Doctorat d’Université, UFR Langues, P.U.M, Toulouse-Le Mirail.
     

 

-

»»» Biographie de l'auteure

[ Retour en haut de la page ]

 

 

BIOGRAPHIE - Au sujet de l'auteure

Jacques Alliaume

 

Jacques Alliaume est né dans un village de Charente Maritime (France) en Août 1939. Après des études à l'Ecole Normale d'Instituteurs de La Rochelle puis à l'Université de Poitiers il enseigne l'anglais à l'Institut Universitaire de Technologie de La Rochelle puis à l'Université des Antilles Guyane (Fort de France-Martinique). Spécialisé en linguistique et neurolinguistique, inventeur d'un système inédit de rééducation de la parole (médaille d'or au salon international des inventions de Genève), il participe à la mise en place de thérapies destinées à l'amélioration des performances linguistiques de certains lésés cérébraux en langue maternelle en même temps qu'à l'apprentissage des langues étrangères.

Le système repose sur la mobilisation simultanée des ressources de chaque hémisphère cérébral.

Le champ des applications du dispositif i-lang ne peut que s'élargir dans l'avenir pour peu que pédagogues et thérapeutes de la parole acceptent de remettre en cause quelques idées reçues.


 

-

»»» Communiquer avec l'auteure

[ Retour en haut de la page ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

Jacques Alliaume

 

Jacques Alliaume se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique :
 

jacques.alliaume@wanadoo.fr

 

Site Internet de l'auteur :


http://www.quebec.to/f/apprentissage/

--

»»»  Obtenir un exemplaire

[ Retour en haut de la page ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE

Parole(s) de cerveau, Neuro-pédagogie de la parole,
Apprentissage des langues et troubles de la parole,
Jacques Alliaume, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

16.50$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@manuscritdepot.com

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


16.50$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

»»» Retour en haut de la page
 

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 


Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.