Accueil

Librairie

Édition

Formation

Webzine

 Nous

Contact

Recherche

 

Commander

Nouveautés

Auteurs

Titres

Genres

Versions numériques gratuites

Hamlet à la freudienne, théâtre, tragédie en trois actes, Jeanne Zhau

 

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Hamlet à la freudienne

JEANNE ZHAU

Théâtre, tragédie en trois actes

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Montréal, 2004, 180 pages.

ISBN 2-89612-066-2

 

Présentation

Extrait

Biographie

Coordonnées de l'auteur

Obtenir un exemplaire

 

 

Présentation

 

Écrite à partir de la pièce de Shakespeare "Hamlet", cette œuvre en offre une libre interprétation, quoique plusieurs passages (de la traduction française) du texte original soient conservés. L'auteure suit l'intrigue de la pièce shakespearienne mais elle se permet de modifier certains endroits et d'interpoler plusieurs monologues dans lesquelles elle ajoute ses propres réflexions sur des questions d'éthique: la culpabilité et l'essence de l'innocence, la légitimité morale de nos actes et leurs responsabilités conséquentes.

L'auteure met l'accent sur le complexe de culpabilité du héros principal (Hamlet), complexe qui devient pour lui un obstacle insurmontable sur la voie de la vengeance et qui le freine tout au long de la pièce. Selon l'auteure, Hamlet souffre de la prise de conscience de sa propre lâcheté; sa réaction (ses sentiments) à la mort de son père n'est pas adéquate à la morale commune. Il se retrouve face à sa vraie nature qui se révèle lâche et amorale selon les directives et les normes éthiques universellement reconnues. Cette découverte cruelle le pousse à réfléchir sur la nature humaine en général et sur la conscience de la culpabilité. "Mais est-il en notre pouvoir

de maîtriser nos propres sentiments et pensée ? Si ce pouvoir nous échappe, alors pourquoi nous accuser ?" se demande Hamlet. Autrement dit, est-ce que la question de la responsabilité de nos sentiments se pose ou non.

L'auteure croit que l'héritage littéraire est non seulement une source inépuisable de réflexions mais aussi de créations nouvelles, toujours ouvertes à l'exploration et à une lecture inédite, où les découvertes se succèdent.

 

»»» Lire un extrait

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Extrait

 

Acte II - Scène III

 

Une salle du château

Entrent Claudius et Polonius

 

Polonius. - Monseigneur, il se rend chez sa mère. Je m'en vais mе glisser derrière lа tapisserie pour les entendre. Pour sûr elle sera sévère avec lui. Mais, comme vous l'avez dit - et fort sagement – il est bon que quelque autre auditeur qu'une mère - La nature les rendant partiales, entende aussi leurs propos. Dieu vous garde, mon seigneur lige! Je passerai vous voir avant votre coucher, vous dire се que je sais.

Claudius. - Merci, mon cher seigneur.

Polonius sort

Oh! mon crime est fétide ! Il se sent jusqu'au ciel.

Il а sur lui l'antique malédiction des origines,

Le meurtre d'un frère. Prier, je ne lе puis.

J'ai beau у aspirer autant que lе vouloir,

Mon forfait est plus fort que mа bonne intention,

Et comme un homme ayant affaire en deux endroits

Je reste à réfléchir par lequel commencer

Et néglige les deux. Quand cette main maudite

Serait, plus épais qu'elle, souillée du sang d'un frère,

Les cieux bons n'ont-ils pas en eux assez dе pluie

Pour lа laver, lа rendre aussi blanche que neige?

А quoi sert la miséricorde, sinon à s'opposer  

Аu péché face à face? La prière n'a-t-elle pas

La double force en elle dе prévenir lа chute

Ou dе lа pardonner? Alors prenons courage.

C'en est fait dе mon crime - mais oh ! quelle prière

Peut bien mе convenir ? « Pardonnez-moi mon meurtre affreux »?

Cela ne peut se faire, vu que je garde encore  

Les profits pour lesquels j'ai perpétré lе meurtre -

Ма couronne, се que j'ambitionnais et mа reine.

Obtient-on son pardon gardant lе fruit du crime?     

Dans lе cours corrompu des choses dе се monde,

Le coupable peut bien dе sa main pleine d'оr

Écarter lа justice et on lе voit souvent,

C'est lе butin lui-même dе lа scélératesse

Qui achète lе juge. Mais rien dе tel là-haut.

Là, point dе tricherie, là on entend lа cause

Еn toute vérité étant forcé soi-même,

Quand à ses propres crimes on se voit confronté,

D'être témoin à charge. Alors quoi? Que puis-je faire?         

Voir се que peut lе repentir. Que ne peut-il?  

Mais que peut-il quand on ne peut se repentir?

Ô déplorable état, sein noir comme lа mort,

­Âmе engluée qui, luttant pour te dépêtrer,

T'enfonces davantage! А l'aide, anges ! А l'assaut !

Pliez, genoux rebelles; et, coeur aux liens d'acier,

Sois tendre comme sont les nerfs du nouveau-né.

Tout peut encore aller.

 

Il s'agenouille. Entre Hamlet par-derrière lui

Hamlet (à part). - Maintenant. Се serait juste lе moment, maintenant qu'y prie, et maintenant c'est fait, (il tire son épée) et du coup lе voila au ciel, et du coup me voila vengé. C'est се qui reste а voir.

     De quoi dois-je me venger ? De ce que lui, il a fait, et dont moi, sans même le soupçonner, je rêvais dans les replis les plus profonds de mon âme ? A quoi bon transiger avec ma conscience, puisque j’en désirais moi-même! Donc, je n’ai pas а me venger, je dois le remercier !

Alors de quoi ? De ce qu’il a fait а ma mère ? Oh oui, rien que d’y penser j’écume de rage ! Oh, combien de fois j’ai rêvé de lui couper la gorge avec les dents ! Pour le fait qu’il a osé la toucher de ses mains sales ! Toucher celle qui était une sainte pour moi ! Juste pour un seul frôlement de sa main il doit être noyé dans sa propre souillure! Mais bon, comme je ne me suis pas vengé de cela avant, pourquoi le ferais-je maintenant ? Oui, c’est vrai. C’est alors qu’il fallait le tuer, et je ne l’ai pas fait… Je ne l’ai pas tué… Même si je brûlais de désir, même si je le détestais de tout mon coeur, j’ai considéré que cela n’était pas un prétexte pour une vengeance sanglante. Et une fois considéré comme cela, je n’ai pas le droit de changer d’avis. Car le meurtre de mon père ne change en rien cette histoire. Sinon, cela veut dire se mentir а soi-même. Se venger d’une chose, en étant furieux contre tout а fait autre chose… Profiter de son crime juste pour avoir un prétexte de régler ses propres comptes... c’est lâche. Mais, lâche comme je suis au fond de moi, je ne devrais pas tomber encore plus bas dans mes actes… En plus, cela ressemblerait parfaitement а ce que Claudius a fait. En quoi serais-je mieux que lui ? Il a tué son propre frère qui tant d’années lui avait remplacé le père… et cela а cause de la reine. Et voilà que maintenant je veux tuer mon oncle qui actuellement et а son tour me remplace le père, et… tout cela de nouveau а cause de la reine. Oh, les femmes, quelles pensées monstrueuses, quels sombres désirs vous faites naître en nous !  

Donc, cela veut dire qu’il faut écarter cet argument aussi ! Qu’est-ce qui me reste ? De quoi ai-je droit de me venger ? De moi-même ? De ce qu’il a fait de moi ? De ce qu’il m’a montré  ma vraie nature ? De ce qu’il m’a dessillé les yeux ? Me venger de ma jeunesse perdue ! Oh, Claudius ! Je ne pardonnerai jamais tout ce que tu as fait de moi ! Pour le reste, c’est ton affaire ! Mais cela… cela est l’unique chose pour laquelle il n’y a pas d’expiation ! Mais la farce est que cela est en même temps l’unique chose pour laquelle il est injuste de te juger. La culpabilité est en moi, toi, tu n’es qu’un coupable indirect ! Oui, tu as tué mon père, mais sa mort a pu être aussi provoquée par d’autres circonstances. Et quelle que soit sa fin, pour moi la mort signifie toujours la même chose. Car si il était mort autrement, disparu а la guerre ou crevé de maladie, qu’est-ce que cela aurait changé ? Est-ce que mon coeur en aurait-il triomphé autrement ? Oh, mon coeur, pourquoi es-tu si lâche ? Pourquoi tant de méchanceté en toi ?

Eh bien, mon oncle, que dois-je faire avec toi? Je t’aurais tué avec plaisir. Mais c’est bien lа tout le problème, que je ne suis pas mu par de bonnes intentions. En fait, cela ne m’est-il pas égal ? Si les actions déterminent l’homme, quelle est la différence de ce qui se cache derrière ces actions? La vengeance de mon père est mon devoir, et seulement après l’avoir vengé que je deviendrai un homme. Et peu importe ce que je ressens! Si je suis en plein droit de le faire? Mais en effet… ai-je ce droit? Si le droit se transforme en prétexte, n’entraîne-t-il pas sa perte? Peut-être que l’homme n’est pas déterminé par les actions en soi, mais justement par le sens qu’il donne а ses actions? On, mon Dieu, on n’arrête pas de tourner en rond ! Un vrai cercle vicieux… Et quoi que je fasse, de toute façon cela sera lâche. Hélas, je n’y peux rien. L’unique chose qui me reste а faire est de comprendre ce qui sera moins lâche et de choisir le moindre des deux maux… Il me faut encore du temps. Pour enfin me décider. Vaut mieux que je parle d’abord avec ma mère. Le temps de la vengeance n’est pas encore venu. Non.(Il rengaine son épée) Rentre, épée, et attends plus horrible occasion. Continue de régner, mon oncle. Ce n’est qu’une remise, pas le salut. (Il sort)

Claudius (en se levant). - Mes mots volent en haut, mа pensée reste en bas. Des mots sans lа pensée аu ciel ne montent pas. (Il sort).

 

»»» Biographie de l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Biographie

 

Émigrante de l'Europe de l'Est et actuellement installée en France, Jeanne ZHAU est née en 1979 dans l'ex-Union Soviétique. Étant depuis son enfance une grande admiratrice de la culture occidentale, elle a quitté son pays pour découvrir un autre. Se retrouvant face à la culture étrangère, elle a été poussée aux réflexions sur le relativisme culturel, les valeurs et la spécifié des cultures différentes. Ayant pour passion dominante la littérature, elle est également intéressée par le théâtre, l'art, la musique, la philosophie et la psychologie.

Dans ses oeuvres elle s'impose une tâche primordiale de se questionner sur les problèmes différents de la réalité et surtout d'appréhender à l'aide de l'analyse l'essence humaine.

Ayant fait ses études en droit international et en économie mondiale et obtenu deux diplômes de l'Université, elle poursuit aujourd'hui la formation en France. En plus, elle a suivi des cours en Grande Bretagne, Belgique et Allemagne et appris plusieurs langues européennes par amour de la linguistique, ce qui lui a permis de découvrir le charme spécifique de chacune d'entre-elles. Ses nombreux voyages ont également enrichi son esprit et lui ont donné beaucoup d'expérience.

Passionnée par l'écriture depuis son enfance, elle n'a néanmoins jamais publié ses oeuvres et en ce moment fait ses premières démarches auprès des éditions. Son but est devenir une écrivaine professionnelle.

 

 

»»» Communiquer avec l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Communiquer avec l'auteur

 

Jeanne ZHAU se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique :
 

contact@manuscritdepot.com 

 

 

»»» Obtenir un exemplaire

[ Retour en haut de la page ]

 

 

Obtenir un exemplaire

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.
 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Papier

 

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Papier

 

Ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Numérique

 

Partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@manuscritdepot.com

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
6678, 25ème Avenue,
Montréal,
Québec, Canada.
H1T 3L7

 

 

»»» Retour en haut de la page

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 

 


       Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
       La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.