Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

 

L'UNIVERS FANTASTIQUE DE LAURENT BOISCLAIR
LA SAGA DE L'ÉVEIL

[ Cliquez sur la couverture de votre choix ]

TOME 1

TOME 2

TOME 3

TOME 4

TOME 5

 

La Saga de l'Éveil

Tome 3 - Vers la liberté

 

LAURENT BOISCLAIR

 

Roman Fantastique

Fondation littéraire Fleur de Lys

Lévis, Québec, 2011, 306 pages.

ISBN 978-2-89612-371-1

Édition papier : 24.95$

Édition numérique : 7.00$ (PDF)

Couvertures

Présentation

Extrait

Au sujet de l'auteur

Du même auteur

Communiquer avec l'auteur

Commander votre exemplaire

-

PARTAGER

CETTE PAGE

 

COUVERTURES

 

LA SAGA DE L'ÉVEIL - Tome 3 - Vers la liberté, roman fantastique,
Laurent Boisclair, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

 

 

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

LA SAGA DE L'ÉVEIL - Tome 3 - Vers la liberté, roman fantastique,
Laurent Boisclair, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Dans un monde soumis par le destin
et déchiré par les conflits
les sauveurs peuvent être
des destructeurs

Maître et disciple

Dans le Vieux Monde, les grands seigneurs attendent avec angoisse la guerre à venir entre Estalie, un jeune royaume, et le Saint Empire de Neathar. Entretemps, des hommes et des femmes vont accélérer l’approche de l’inévitable. Et dans les Hautes-Terres, rien ne semble arrêter un sombre mal qui ne souhaite que dominer par la terreur, le feu et la mort.

Pourtant, tout espoir n’est pas perdu. Ardan Palan et ses compagnons, devenus des mercenaires, se sont engagés à vaincre ce mal. Bientôt, ils devront survivre aux Cavaliers Noirs et à bien pire encore. De son côté, le demi-elfe Damien, à présent un esclave en Andoria, pourra-t-il se décider à regagner sa liberté dans le sang, ou sombrera-t-il dans la déchéance des lieux ?

Le maître et le disciple devront ouvrir leur propre chemin pour le bien de tous, même si le prix à payer peut être ce qu’ils ont de plus précieux.

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT

 

LA SAGA DE L'ÉVEIL - Tome 3 - Vers la liberté, roman fantastique,
Laurent Boisclair, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Prologue

Un cavalier solitaire faisait avancer lentement son cheval dans les collines qui étaient parsemées au milieu de la région de Morvan. Il suivait à la trace une caravane de réfugiés. Sans se presser, car il n’avait nullement besoin de boire, de manger ou de dormir, et cela valait aussi pour son coursier.


Le cavalier en armure noire dégaina de son dos sa grande hache d’armes. Reçues des mains de son maître, c’était une arme magique grâce aux runes gravées sur le long manche. Sa contemplation fut soudainement coupée, car la vision restreinte par son casque cornu devint subitement noire. Cela se passait toujours ainsi quand son maître entrait en contact avec lui, une capacité qu’il possédait sur tous ses serviteurs.


Même s’il ne le voyait pas, la présence de son maître était évidente dans sa tête. Cela lui rappela l’impossibilité qu’il soit un simple mortel. Le cavalier savait à quoi s’en tenir puisque, de toute façon, ce dernier avait sa vie entre ses mains.


— Chasseur, où en sont nos plans ?


Bien que ce ne fût pas le nom de son vivant, avec lequel il avait marché sur cette terre, ce nouveau nom de guerre était à présent tout ce qui l’identifiait.


— La cible est en approche, rapporta-t-il. Ils prendront un accès par le sud, entre la forêt et les montagnes, afin d’éviter nos hommes sur la grande route.


Bien sûr, le Chasseur avait deviné leurs intentions. Une troupe de Cavaliers Noirs était en place pour les attaquer. Ils étaient prêts à les tuer jusqu’au dernier. Cette prochaine rencontre serait bel et bien un combat à mort.


— Tu as bien travaillé, mon cher lieutenant, lui dit son sinistre maître. Maintenant, libère les chiens de chasse.


— Maître, est-ce bien judicieux ? Cela ne risque-t-il pas de dire que nous avons deviné leur itinéraire ?
Le Chasseur s’agrippa

 juste à temps sur la poignée de la selle quand le choc psychique lui parcourut l’esprit. Son maître le châtiait, une fois de plus, pour lui rappeler qu’il n’était pas en position de questionner les ordres. Qu’il n’était qu’un pantin.


— Cela fait peu de temps que tu es parmi nous. Je vais donc en rester là, lui expliqua son maître quand la douleur se dissipa. Tu vas comprendre rapidement, mon jeune lieutenant, que la peur, la terreur sont de meilleures armes contre nos ennemis que l’effet de surprise.


Désireux de plaire à nouveau à son maître, le cavalier tendit sa main et murmura une sombre invocation. Le sol devant lui explosa dans un geyser de flammes pour en faire sortir une douzaine de chiens au regard de feu.


— Allez-y, mes bêtes, souffla le maître à travers la bouche de son serviteur. Votre gibier est tout proche.


Dans un concert de féroces aboiements, les chiens démoniaques partirent en chasse.

 

 

* * *

 

La nuit était tombée sur la vaste caravane installée en bordure de la forêt, ayant l’avantage d’être mieux à l’abri des regards que dans la plaine. Ardan était seul, dans un coin isolé du camp, pour être tranquille. Pris d’un sentiment de mélancolie, il songeait à la communauté paisible de Braille. Il se disait que les réparations devaient être terminées depuis son départ. Cassandra serait de retour chez elle. Ses parents s’occuperaient d’elle mieux qu’il ne l’aurait fait. Surtout alors qu’il marchait en ce moment même sur une terre maudite par les dieux.


Désireux d’oublier ses sombres pensées, il dégaina lentement à deux mains l’épée accrochée à son dos. Cette arme énigmatique était l’épée qui avait appartenu à son mentor, le demi-elfe Damien. Par un concours de circonstances, il l’avait en sa possession depuis un an déjà, même si l’épée appartenait de droit à son mentor.


À la suite de son combat à Morvan, Ardan n’était plus certain qu’il rendrait l’épée au demi-elfe. Il savait, sans trop comprendre la cause de ce changement, que cette étrange épée l’avait accepté comme son nouveau propriétaire. Pour confirmer l’acquisition, il l’avait baptisé Taillefer. Cela s’expliquait par sa terrible capacité à fendre une arme et même une armure.


Toutefois, cela ne voulait pas dire qu’il pouvait se servir aisément de l’épée en question. Par sa transformation, l’épée était devenue une arme démesurée et lourde. Taillefer pesait trois fois le poids d’une épée ordinaire et sa lame était très épaisse.


Dans le but d’améliorer son maniement avec, il ne fit qu’abattre Taillefer en contrôlant sa chute pour l’arrêter au niveau de ses hanches. Ses bras ne tardèrent pas à trembler sous l’effet de l’effort. Incapable de poursuivre l’exercice plus longtemps, il s’appuya sur son épée.


Il était encore loin de pouvoir vraiment l’utiliser dans un combat, mais, têtu comme Ardan pouvait l’être, il refusait d’abandonner si vite. Les mâchoires serrées, il se remit à son entraînement.


Sélène Cornelle, tapie derrière une tente, l’observa avec un mélange d’admiration et d’incompréhension. Son obstination à manier cette arme magique forçait le respect, mais elle ne comprenait pas l’obsession (c’est ainsi qu’elle le voyait) qu’il mettait dans son entraînement.


À quelle fin cela lui apporterait, alors qu’ils étaient encore menacés ? La caravane ne manquait pas d’autres épées ou d’armes de rechange, plus utiles pour se défendre que l’énorme morceau de ferraille qui lui servait à présent d’épée.


Stoïque, Sigmund se joignit à elle. Comme d’habitude, il semblait être capable de faire éloigner le Mal et sa présence apaisait la peur qui suintait chez tous les réfugiés.


— Messire Danath, j’ai une question, dit-elle. Comprenez-vous quelque chose dans le comportement du jeune mercenaire ?


Depuis leur départ de Morvan, Ardan était méconnaissable avec ses joues creuses et les yeux enfoncés sous ses sourcils froncés. Son expression faciale était toujours sérieuse. Son regard restait fixé sur un objectif que lui seul pouvait voir.


— Nous portons tous un lourd fardeau qui nous est propre, lui expliqua le vieux chevalier. J’ignore ce qui a été la cause de la survie du jeune guerrier à Morvan, et je crois qu’il craint la réponse tapie dans l’ombre. (Il eut le regard lointain.) C’est une épreuve pour tout guerrier qui vit continuellement par l’épée.


— Quelle épreuve ?


— Nous pouvons résumer la vie du guerrier par une phrase: Tuer ou être tué. Cela peut paraître simple, mais les guerriers ne peuvent pas toujours accepter sereinement leur mort ou l’horreur de la guerre. Cela produit parfois des changements radicaux chez eux. Et hélas, j’ai été témoin de cette transformation chez plusieurs compagnons pendant la Grande Guerre. Certains avaient acquis un état d’esprit bestial… ils s’éloignaient de leur humanité. (Sélène laissa paraître son horreur à cette idée.) D’après moi, Ardan passe au travers de ces troubles et il essaie, à sa façon, de les accepter.


Cornelle réfléchit à ces paroles lourdes de sens. Messire Sigmund avait probablement raison, mais à quoi bon s’attarder maintenant sur ces problèmes ? À Morvan, elle avait pris conscience de la situation périlleuse où ils se trouvaient. À pareil moment, pourquoi s’encombrer d’un tel fardeau ?


— Messire, dit Sélène, je n’ai pas autant d’intérêt pour le métier des armes et je ne peux pas vraiment comprendre. (Il voulut parler, mais la noble refusa de se faire interrompre.) Vous, par contre, vous devriez l’aider dans cette épreuve.


Tout à coup, le chevalier eut le visage crispé, ses épais sourcils réunis à son front. Il se glissa devant elle et dégaina son épée. Elle réalisa alors que le Mal s’abattait sur eux.


Deux chiens bondirent des ténèbres. La sainte épée de Sigmund embrocha le premier, qui tomba en poussière dans un cri plaintif. Le deuxième le contourna pour foncer vers sa proie. Sélène Cornelle le vit clairement et fut paralysée d’horreur; cet animal n’était couvert que de ses muscles et son regard brûlait d’un feu infernal. Elle posa une main sur son épée rengainée, mais elle savait qu’elle était perdue. Sigmund pivota et envoya son épée dans un arc mortel qui cueillit le chien des enfers avant son attaque.


— Alerte ! clama-t-il dans la nuit. On nous attaque !


Le reste de la meute apparut alors, encerclant Sigmund et Sélène. Cette fois, le chevalier ne pourrait pas abattre toutes ces engeances des Neufs Enfers avant qu’un d’entre eux ne les morde à la gorge. Une lame inespérée s’abattant sur un monstre à sa gauche ramena un peu d’espoir à Sélène. Alerté, Ardan était accouru à son cri. Déjà, on entendait des hommes armés s’approcher.


Pressés par l’arrivée imminente des gêneurs, les chiens des Enfers passèrent à l’offensive. À huit contre trois, ils avaient l’avantage du nombre, et ils ne craignaient pas de mourir. Ardan et Sigmund eurent fort à faire pour garder ces créatures en respect. Au moins, Sélène reprit courage et se défendit de son mieux avec sa propre épée courte.


Cela n’empêcha pas qu’Ardan eut un bras figé dans la gueule d’une des bêtes. Sa pave, aussi corrosive que de l’acide, brûla le membre atteint du jeune homme. La douleur était atroce. Poussant un cri de rage, Ardan décapita net son agresseur.


— J’en ai marre de ces horreurs ! beugla-t-il. Ils me donnent envie de vomir.


Il passa à l’attaque, la tête de la bête mordant son bras. Taillefer, à une vitesse incroyable, vit un arc mortel et tailla en pièces quatre des chiens démoniaques. Il se débarrassa des survivants dans sa deuxième foulée, laissant ses compagnons sans voix. Sigmund et Sélène le rejoignirent alors qu’il arracha de son bras la tête bestiale qui le mordait encore. Il l’écrasa de sa botte d’un geste sec.


— Nous devons nous occuper de votre bras, dit Sélène avec souci.


La blessure avait sûrement rendu la main inutilisable.


— Laissez-moi faire, leur assura Barran tandis qu’il arrivait.


Soufflant une prière à la Lumière, Barran nettoya les morsures et pansa le bras blessé. Sélène fut surprise de voir Ardan capable de bouger son bras librement. Même Ardan affichait une certaine incrédulité.


— Comment est-ce possible ? souffla Sélène. Cette bête a presque déchiré ce bras. Est-ce un miracle ?


— C’est un simple sortilège de guérison, dame Cornelle, déclara Barran. Par contre, la blessure n’est pas complètement guérie. Alors, mon ami, tu ne devrais pas trop en abuser.


— Et qu’est-ce qu’on fait, maintenant ? demanda Jeffrand.


— Je crains que ces monstres ne soient que des éclaireurs, leur admit Sigmund. Les Cavaliers Noirs ne doivent pas être loin; une troupe nombreuse sans doute.


Sa déclaration fit réaliser à tous qu’ils étaient à nouveau en danger, alors qu’ils étaient encore épuisés par l’implacable assaut des morts-vivants à Morvan. Leur désespoir grandit.


— En êtes-vous certain ? dit Sélène.


— Je sens leur aura maléfique, dame Cornelle.


Jeffrand en haussa des épaules, peu convaincu des dires de leur aîné sur ces choses si mystiques.


— Comment est-ce possible ? questionna-t-il. Messire Sigmund, vous n’avez rien d’un prêtre, comme Barran, et il m’est difficile d’accepter aveuglément votre affirmation.


— Je suis un membre du Cercle Intérieure des Chevaliers d’Estalie, jeune homme, répliqua le vieux chevalier. Nous sommes tous des paladins, de pieux chevaliers protégés par la Lumière qui nous accorde sa Bénédiction.


— J’ai entendu bien des contes à propos de ces paladins. En particulier chez les Hospitaliers à Orian, affirma Barran. On dit que les paladins peuvent sentir la présence du Mal et se protéger contre ses maléfices.


Jeffrand leva les bras au ciel, vaincu par l’érudition de son ami. Une fois encore, ce monde lui montrait la partie réelle dans les histoires des anciens qu’il préférait rester ignorant.


— Cela veut dire que nous ne pouvons plus compter sur le facteur de la discrétion, dit sombrement Sigmund. Cela ne prendra que peu de temps avant de les avoir à nos trousses. Notre seule chance est de franchir le plus de distance possible, et ce, dans la plus grande hâte. Mes amis, préparez vos bagages tandis que j’informe maître Danois de la situation.


Ardan, Barran et Jeffrand coururent à leur tente pour tout emballer. En quittant Estalie, leur pays natal, aucun d’entre eux ne s’était attendu à des complications pour arriver à Benmarch, le but du périple. Pour empirer les choses, ils n’avaient plus aucune idée de la nature exacte de l’ennemi qu’ils allaient affronter. Et si ces derniers pouvaient invoquer des chiens infernaux et ramener des cadavres à la vie, il y avait de quoi douter d’une victoire.

 

* * *

 

Réveillé en sursaut, Damien saisit le poignard dissimulé sous sa tunique de nuit et bondit sur son agresseur. Le maîtrisant rapidement au sol, il glissa la lame sous la gorge vulnérable. À un doigt de mourir, ce type était à présent à sa merci.


— Damien !


Reconnaissant le ton rauque de son ami gobelin ainsi que sa physionomie, Damien le lâcha. D’un grognement de frustration, il rengaina son poignard et l’aida à se relever. S’attendant à des reproches, il fut surpris quand Raban n’afficha aucune rancune ou peur à la suite de cet incident. Le gobelin semblait même approuver une telle mesure de prudence.


Il semblerait que c’était une marque de sagesse, à Nithiople, d’être paranoïaque. On ne pouvait jamais savoir quand quelqu’un se déciderait de vous tuer dans votre sommeil. Et par-dessus le marché, Damien ne cessait de se faire des ennemis ou des prétendus rivaux.


Le demi-elfe n’aimait guère ce monde d’intrigants. Cela éveillait en lui sa personnalité d’antan. Dans une guerre, un assassin devait toujours être sur le qui-vive et ne compter que sur soi.


Sans attendre, Raban lui expliqua qu’il venait lui annoncer une nouvelle importante; cette nuit, une délégation impériale était arrivée discrètement dans la métropole. Damien ne comprenait pas pourquoi le gobelin tenait tant à l’informer de cette visite au milieu de la nuit.


— La situation politique est houleuse, ces derniers temps, lui expliqua le gobelin. Les Croisades Impériales contre le Califat, dans le sud, semblent se retourner contre les impériaux. Ça a causé une certaine tension entre les seigneurs d’Andoria et le gouverneur impérial. Les Andoriens crachent sur les explications des Néathariens à propos de leurs échecs. Avec raison, puisqu’ils seraient les premières victimes de la furie du Califat.


« De bien vilaines rumeurs circulent dans la capitale qu’il y a eu des escarmouches entre des troupes des deux nations, mais aucun des partis impliqués n’est assez fou pour se faire une guerre ouverte, alors que la menace d’une contre-attaque des Sudistes est bien réelle. Pour éviter que les choses se dégradent, des diplomates vont et viennent pour arranger la situation… »


Damien fut curieux de savoir ce qui poussait son insolite ami à être si intéressé sur la situation politique d’Andoria. Après tout, Raban n’était qu’un esclave dans la métropole la plus peuplée du monde.


— Tu oublies que si je suis libre de me déplacer si ouvertement, lui répondit Raban, c’est parce que notre maître a trouvé une utilité pour moi. Pour lui, je me tiens au courant de tout ce qui se passe en Andoria, autant là où il y a de l’argent à se faire que pour des intérêts plus… personnels. Et j’ai intérêt à ne pas perdre mon importance, si je suis condamné à devoir faire vivre cette maisonnée.


Damien comprit que le gobelin ne lui pardonnait pas son refus de devenir un gladiateur dans les Jeux à venir. Le pragmatisme était de mise chez Raban, ainsi que l’opportunisme, comme cela semblait être le cas chez tous les habitants de cette métropole.


Raban lui expliqua ensuite qu’il avait pris contact avec un éminent personnage de cette visite. Ce dernier lui avait avoué être secrètement à la recherche d’un demi-elfe.


À cette révélation, Damien se changea prestement et ils partirent pour l’espace réservé aux caravanes. Les gens de son espèce hybride n’étaient pas nombreux à vivre ici. Si quelqu’un était à sa recherche, Damien craignait d’avoir affaire à un chasseur de primes ou pire, à un sorcier neatharien. Il se devait de prendre de vitesse cette personne. En frappant le premier, il augmenterait ses chances de le mettre au silence avant qu’on finisse par trop s’intéresser à sa personne.


Raban le guida vers le lieu prévu et lui désigna un chariot. À l’intérieur, un homme mince dans une robe bleue parcourait un livre à la lumière d’une chandelle. Ses cheveux accentuaient son âge. Devant son visage se trouvait une paire de lunettes. À la surprise de Raban, qui avait deviné les intentions du demi-elfe, ce dernier ouvrit sans gêne la porte arrière du chariot.


— Heureux de te revoir, demi-elfe, dit Durst avec un sourire en coin.

 

 

* * *

 

Étant un esclave privilégié, Damien possédait une chambre privée dans la villa de Fraud, un endroit que les bandes de truands se refusaient d’attaquer. C’était un sanctuaire où un esclave pouvait dormir en sécurité, ou presque. Après leurs retrouvailles, Damien invita le jeune sorcier à déguster une tasse de thé dans la demeure de son maître. Durst accepta et vint le lendemain.


Pendant que Damien préparait tout devant son ancien compagnon, Raban annonça à leur maître qu’un important dignitaire neatharien était dans sa demeure. Sachant que c’était une connaissance du demi-elfe, Greg Fraud était intéressé d’avoir cet étranger à leur table pour prendre son thé matinal.


Damien posa la théière et quatre tasses, écoutant l’histoire de l’infiltration du jeune sorcier dans les coulisses du pouvoir impérial. Sans trop préciser comment il avait caché aux autorités sa supercherie, Durst avoua avoir passé plus d’un an dans la capitale impériale avant d’avoir reçu des ordres officiels d’assumer un poste de diplomate dans la cour d’Andoria.


Damien pâlit visiblement en entendant les derniers moments de la révolte estalienne, en particulier le combat désespéré de Gavin Estal contre la puissante créature qui avait brisé par elle-même une armée impériale. Heureusement, la restauration d’Estalie était déjà une nouvelle connue à travers le Vieux Monde et avoir des précisions ne le choqua pas outre mesure.


— Mais assez parlé du passé, dit Durst. Que comptes-tu faire, demi-elfe ? As-tu prévu de t’évader ?


Fraud fit un effort évident pour ne pas frapper le binoclard. L’idée de payer de sa vie une bavure diplomatique le calma rapidement. Ignorant le déplaisir de son maître, Damien haussa des épaules.


— Aurais-tu oublié que l’Empire ne va pas laisser Estalie s’en tirer à si bon compte ? Vas-tu renier ta parole, demi-elfe ?


Damien ne put faire face au regard du sorcier.


— Tant qu’il sera un esclave, le demi-elfe ne pourra pas quitter ces murs, commença Raban, mais il reste un moyen d’avoir sa liberté, sans avoir à demander grâce à notre maître.


— En effet, ajouta Fraud, comprenant la pensée de son serviteur. La Commission des Jeux lui a offert une chance de participer dans leur championnat. S’il gagne la compétition, il sera affranchi par la grâce de l’Archiduc.


Damien haussa un sourcil. Personne ne lui avait révélé ce détail. Les Andoriens semblaient aussi apprécier garder leurs petits secrets. C’était une autre raison pour justifier son dégoût des lieux.
— Ne serait-ce pas plutôt une fausse promesse ? questionna-t-il.


— Non, c’est la vérité, dit Greg en le fixant. Mais si tu veux vraiment ta liberté, tu devrais commencer par saisir les occasions qui se présentent et faire ce qui se doit pour gagner. Même si tu es fort, tes précédents combats de rue n’ont rien à voir avec la vie d’un gladiateur.


— Vous avez été un gladiateur ? demanda finement Durst.


— Oui, et j’ai regagné ma liberté au prix de maintes vies.


Damien but son thé et réfléchit. À la pensée de Gavin Estal et de son rêve pour rebâtir Estalie, ses doutes se dissipèrent. Il devait tout faire pour retourner là-bas, et il avait vraiment envie d’y revoir tous ses compagnons.


— Je le ferai, répondit-il en reposant sa tasse de thé.


Greg Fraud hocha la tête, approuvant enfin la détermination de son serviteur à vouloir sa liberté.


— Tu pourrais y arriver, petit, dit son maître, mais notre champion actuel est invaincu depuis trois ans.


Damien repensa à Valasek, le demi-orque qui l’avait vaincu. Il lâcha un soupir. En effet, contre un tel guerrier, ce n’était pas gagné d’avance.


— Qui est ce fameux champion ? demanda Durst. L’appréhension du demi-elfe m’indique qu’il doit être un formidable adversaire.


— Il se nomme Valasek et c’est un demi-orque. Il a l’avantage sur le plan physique. Après tout ce temps, il possède assez d’expérience pour conserver son titre encore longtemps. Dans un duel loyal, je ne peux dire qui d’entre nous gagnerait.


Damien raconta sa première rencontre avec le champion et ses séides. Durst écouta tout cela en buvant calmement son thé, mais il ne fit aucun commentaire. Tous restèrent un instant sous ce silence pesant. Raban brisa la tension en tapant dans ses mains.


— Tu peux y arriver, demi-elfe ! (Il se leva.) Avec la permission du maître, je vais aller porter ton accord à la Commission.


Maintenant que tout semblait avoir pris un tour différent, Fraud termina son thé et alla se promener dans son jardin personnel, laissant Damien et Durst bientôt seuls dans la salle commune.


— Qu’est-ce qui te ronge tant, demi-elfe ? dit Durst après être certain que personne ne les écoutait. Certains impérialistes seraient très heureux de te retrouver ici, en plein territoire ennemi. Je crains déjà que tu ne passeras plus inaperçu dans les jours à venir.


Damien n’en fut pas surpris, mais il avait oublié que les ennemis de ses amis étaient également ses propres ennemis. Il pouvait être surveillé, mais rien sur sa personne ne pouvait le faire remonter jusqu’à sa vraie identité. À Nithiople, personne n’avait entendu parler de l’Ombre de l’Elfe.


— C’est peut-être une impression, lui dit Durst en haussant des épaules, mais c’est un rappel à la prudence.


Acceptant le conseil, Damien ramassa la vaisselle et alla à la cuisine. Il put voir du coin de l’œil Durst, silencieux et songeur. Son visage trahissait enfin une émotion; de la peur. Durst affichait de la peur en même temps qu’il le scrutait avec attention.


Finalement, même après un an de disparition, l’apprenti de Luther reprenait sa mission de le surveiller. À présent qu’Estalie était revenu de ses cendres, le vieux magicien devait sûrement avoir de plus grands soucis que garder un œil sur un demi-elfe. Cette preuve que ce n’était pas le cas avait de quoi intriguer et agacer Damien.


L’Ombre de l’elfe prit bonne note de rendre un jour visite au vieux comte d’Orian et de tirer les choses au clair entre eux. Ce n’était pas dans ses habitudes de laisser une menace planer sur sa tête.
 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR - BIOGRAPHIE
 

Laurent Boisclair

 

Né en 1983 à Montréal, Laurent Boisclair possède maints passe-temps tels le dessin, la lecture et l’écriture, ce dernier commencé à quinze ans et qu’il continue de faire encore aujourd’hui.


À la suite de maintes études, il s’engagea dans les Forces Canadiennes en 2005. Il accomplira son entraînement de base, puis sa formation de sapeur de combat. Ce métier consiste en autres à bâtir des fortifications, des voix d’accès et de détruire celles de l’ennemi à l’aide d’explosifs ou de tous autres moyens. Il sera affecté par la suite au 5e Régiment du Génie de Combat, basé à Valcartier.


À peine sa formation terminée en 2006, il sera assigné au 53e Escadron de Génie Léger dépêché en Afghanistan après un an d’entraînement intensif. Il participa à l’Opération Athéna en Afghanistan durant la FOI 3-07 en 2007-2008. Il reçut la Pièce offerte par le Commandant de la Force Opérationnelle pour ses actions sur le terrain, notamment pour l’identification de sept engins explosifs improvisés. Il participa de nouveau à l’Opération Athéna en Afghanistan avec le 52e Escadron de Génie de Combat durant la FOI 3-10 en 2010-11, clôturant la mission de combat canadienne dans ce pays.


Il est actuellement basé à Valcartier.

 

[ Du même auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

DU MÊME AUTEUR - BIBLIOGRAPHIE

 

Laurent Boisclair

 

LA SAGA DE L'ÉVEIL

LA SAGA DE L'ÉVEIL

Tome I - La rébellion


LAURENT BOISCLAIR


Roman fantastique,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec, 2009, 302 pages.

 

ISBN 978-2-89612-274-5

 

http://manuscritdepot.com/a.laurent-boisclair.1.htm

LA SAGA DE L'ÉVEIL

Tome 2 - La restauration


LAURENT BOISCLAIR


Roman fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2010, 338 pages.


ISBN 978-2-89612-332-2

 

http://manuscritdepot.com/a.laurent-boisclair.2.htm 

LA SAGA DE L'ÉVEIL

Tome 3 - Vers la liberté


LAURENT BOISCLAIR


Roman fantastique,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2011, 306 pages.


ISBN 978-2-89612-371-1

 

http://manuscritdepot.com/a.laurent-boisclair.3.htm

LA SAGA DE L'ÉVEIL

Tome 4 - LHéritage des anciens


LAURENT BOISCLAIR


Roman fantastique,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec, 2012, 538 pages.

 

ISBN 978-2-89612-423-7

 

http://manuscritdepot.com/a.laurent-boisclair.4.htm

LA SAGA DE L'ÉVEIL

Tome 5 - Transition - La Chronique de Mathieu de Maluin


LAURENT BOISCLAIR


Roman fantastique,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec, 2015, 554 pages.

 

ISBN 978-2-89612-492-3

 

http://manuscritdepot.com/a.laurent-boisclair.5.htm

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

Laurent Boisclair

Laurent Boisclair se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

ADRESSE DE COURRIER ÉLECTRONIQUE : gr50laurentb@hotmail.com

 

 

[ Obtenir un exemplaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

LA SAGA DE L'ÉVEIL - Tome 3 - Vers la liberté, roman fantastique,
Laurent Boisclair, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

Faites votre choix :

 

Exemplaire papier : 24.95$

 

Exemplaire numérique : 7.00$

 

 

EXEMPLAIRE PAPIER

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

 

 

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

EXEMPLAIRE PAPIER
CANADA AILLEURS DANS LE MONDE

 

24.95$ CAD

Tout inclus

Livraison : 21 jours ouvrables

 

 

 

Écrivez à l'adresse suivante

car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

 

 

 

Commande postale
EXEMPLAIRE PAPIER
1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom

(prénom et nom de famille)


Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 21 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :


renee-fournier@bell.net

 

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE (PDF)

 

Nous livrerons votre exemplaire numérique en pièce jointe à un courriel. Aucune livraison par la poste régulière. Vous pouvez commander par la poste régulière mais votre exemplaire numérique vous sera livré par courriel.

 

 

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE
Partout dans le monde
PDF

7.00$ CAD

 

Livraison en pièce jointe à un courriel

 

 

 

 

 

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8   Téléphone : 581-988-7146


Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu
des autres sites auxquels elle pourrait se référer.