Accueil  |  Auteurs  |  Titres  |  Genres  |  Livres gratuits  |  Nouveaux titres  |  Recherche  |  Nous joindre 

 

Page personnelle de l'auteure Mélanie Desmeules

 

Corp(u)s en dé(composition)

Poésie, 114 pages.

 

6 X 9 pouces ou 15 X 23 centimètres

ISBN 2-89612-14603

 

Obtenir un exemplaire

 

-

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

À lui seul, le titre indique quel contenu se cache derrière la première page du recueil. Le corps est d'abord en décomposition. L'allusion qui se cache derrière ces mots se rapporte à la maladie, une longue descente vers la mort. Depuis lors, je sais que l'enfer existe mais, contrairement à ce qu'en dit la théologie chrétienne, on peut en sortir, après avoir connut les affres des ténèbres de l'inconstance. Cela se produit lorsque survient une réconciliation jugée improbable avec le jour. La vie est alors de nouveau possible.

Suite à la remontée vers la lumière, on assiste à la création : un corpus – ici poétique – est en composition. La parole nouvelle s'étant insérée au plus profond de la personne, sans qu'on l'ait vraiment invitée, elle déborde de toutes parts pour apporter le secours essentiel au retour vers le monde lumineux des vivants.

Cette parole est là pour rester; elle bouleverse la vie quotidienne et rend possible l'exorcisation des terreurs de la nuit. C'est la parole libératrice qui permettra l'expression de l'identité profonde de la personne naturelle et l'accomplissement de la destinée.

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

 

 

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

Préface

J’ai toujours été fascinée par l’étonnante plasticité de la langue française qui permet l’expression de tout ce qui nous habite et nous touche. La seule limite réside dans notre capacité à faire vivre cette expression, à la rendre crédible, à la restituer le plus exactement possible de ce qu’elle est au fond de soi. La réussite ou l’échec de cet acte d’écriture ne dépend que d’une chose : l’engagement de l’écrivain, du poète, dans un cheminement suprême d’humilité. Ce n’est d’abord qu’en passant par l’écoute humble que le poète parvient à subtiliser à la nuit la parole qui sans cela resterait cachée dans sa demeure. C’est dans ce sens que je comprends la citation suivante d’Anne Hébert : « Écrire un poème c’est tenter de faire venir au grand jour quelque chose qui est caché. (…) La moindre distraction de sa part [le poète] suffirait pour que disparaisse et se cache ailleurs ce souffle d’eau dans le noir, cette petite voix impérieuse qui cogne contre son cœur et qui demande la parole. » (Anne Hébert, « Préface », Poèmes, 1960) Il suffit d’un rien pour que cette voix soit submergée et qu’elle renvoie sa parole là où elle est née. Mais l’écoute reste possible.

Une seconde exigence d’humilité est nécessaire à la captation de cette voix : l’acceptation, sans condition, de son contenu et de sa portée. Si le poète se met des barrières ou s’il tente de forcer la porte, la parole restera cachée derrière elle et ne montera jamais à la surface du jour. C’est pourquoi, je crois, comme l’a écrit Anne Hébert, que « la ferveur ne suffit pas, [qu’]il faut la patience quotidienne de celui qui attend et qui cherche et le silence et l’espoir, sans cesse ranimés, au bord du désespoir, afin que la parole surgisse, intacte et fraîche, juste et vigoureuse. Et alors vient la joie. » (Ibid.)

La joie, c’est l’étincelle de parole qui s’est laissée apprivoisée par le poète, lui donnant tout juste le temps de l’attraper et de l’imprimer sur une feuille. Mais puisque le poète prend au monde de la nuit une part de ce qui normalement serait resté caché, n’y a-t-il pas danger pour que cette parole se retrouve emprisonnée dans un écrin de mots ? Il n’en est rien, car le poète offre au monde du jour un morceau de ce qui est devenu le fruit de son écoute.

 

* * *

 

Dérives du corps


Mon corps ne m’appartient pas,
depuis le jour du commencement du monde.
Traversé de courants inverses,
bienfaits et méfaits,
désastres continuels des sens,
tous ligués contre moi.

Mon corps ne m’appartient plus.
Y sont entrées des forces obscures,
incertaines et dissimulées.
Des forces fortes de leurs avantages,
car elles connaissent mes faiblesses,
mes peurs et mes reproches.

Mon corps m’a-t-il déjà appartenu ?
Distanciée et détachée,
je ris du rire du moribond.
Je riais pour ne pas sombrer. Mais :
je pleure dans un corps qui se détache de moi,
je pleure sur un corps qui ne veut plus de moi.
 


Mai 2001
 

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

 
Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée

[ Retour ]

 

Mélanie Desmeules est née en 1976 à Chicoutimi. Elle écrit des poèmes depuis l’âge de 13 ans. La voix de la poésie s’est particulièrement manifestée en 2001 ; elle accepta de l’écouter.

 

Historienne et naturaliste (B.A. spécialisé en histoire et Certificat en rédaction, Université de Montréal ; Maîtrise en études régionales et Certificat en gestion des documents et des archives, Université du Québec à Chicoutimi ; Doctorat en histoire, Université Laval, en préparation).

 

Mélanie Desmeules a également publié :

 

L’étude des Hyménoptères au temps de Provancher.

Corporation Entomofaune du Québec et Société historique

du Saguenay, Chicoutimi, 2005. 144 p.

 

L’abbé Léon Provancher. Le naturaliste polyvalent.

Montréal, Éditions LIDEC, 2004. 64 p.

(Collection « CÉLÉBRITÉS/Collection biographique »).

 

 

En préparation

 

Jacques Ferron. Le libre penseur.

Montréal, Éditions LIDEC

(Collection « CÉLÉBRITÉS/Collection biographique »).


 

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée

[ Retour ]

 

 

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée

[ Retour ]

Mélanie Desmeules se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique :

melanie.desmeules.1@ulaval.ca 

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les couvertures

Envoyer une carte virtuelle avec la couverture de ce livre

 

Vous aimerez aussi

Cliquez sur la couverture

 

Toute la poésie

 
RECHERCHE

Recherche par titre

Recherche par auteur

Recherche par genre

Livres gratuits

 

Page d'accueil de la librairie

© 2005 Fondation littéraire Fleur de Lys inc., organisme sans but lucratif.