Accueil  |  Auteurs  |  Titres  |  Genres  |  Livres gratuits  |  Nouveaux titres  |  Recherche  |  Nous joindre 

 

Page personnelle de l'auteur Mouloud Belabdi

1

2

Chant de l'espérance

et de la douleur algériennes

Poésie, 102 pages.

6 X 9 pouces ou 15 X 23 centimètres

ISBN 2-89612-143-9

-

Obtenir un exemplaire

 

Mouloud Belabdi est journaliste, auteur, poète, écrivain. D'origine algérienne, il habite à Montréal depuis quelques années et il vient de faire éditer un recueil de poèmes à la Fondation littéraire Fleur de Lys ici à Montréal. Aziz Farès , animateur de l'émission Le Canada en direct - Afrique du Nord à l'antenne de Radio Canada International, discute du livre "Intensément la vie - Cycles" en compagnie de l'auteur.

 

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

Voici un long poème dicté par l’urgence et la pression du temps au cœur de la violence qui a secoué la société algérienne dans les années quatre-vingt-dix. Malgré le pessimisme d’une première lecture, ce recueil exprime une forte affirmation de l’espoir; l’espoir que le changement est possible en Algérie comme ailleurs et qu’aucune situation n’est totalement bloquée.

L’auteur nous rappelle en effet que la nuit la plus sombre doit nécessairement céder la place au matin nouveau.

Chant de la mémoire et de la douleur algériennes fait suite à une émission radiophonique qui a obtenu la médaille d’argent en 1994, à Paris, dans le cadre d’un concours de l’Université radiophonique et télévisuelle internationale (URTI) sur le thème de l’Éloge à la tolérance.
 

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

 

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

Avant-propos

En 1994, alors journaliste à la Chaîne francophone de Radio Alger, j’avais participé au Grand Prix de l’Université radiophonique et télévisuelle internationale (URTI) sur le thème de l’Éloge à la tolérance. L’émission que j’avais présentée, Journal de la douleur et de l’espérance algérienne avait été bien accueillie par le jury et obtint la médaille d’argent. D’une quinzaine de minutes, elle avait été diffusée sur les ondes de France-Culture en mars 1995 et d’autres radios francophones.
Ce long poème avait été produit sous la pression du temps et donc, ressenti davantage comme une urgence. C’était à la fois un TÉMOIGNAGE et un MOMENT de mon itinéraire de journaliste.

Depuis, j’ai eu ce Journal en tête. Je l’ai relu et revu. Avec des interruptions. Quelques jours. Quelques semaines. Et il est devenu Chant de la douleur et de l’espérance algériennes que voici. En fait, je n’ai fait qu’égrener et partager des fragments de souvenirs douloureux. La mémoire éprouve parfois ce besoin de s’exprimer et de se libérer. Les événements dramatiques que l’Algérie a vécus, ont traversé par médias interposés, le Québec et le Canada à l’instar du reste du monde.

J’aurais pu écrire, comme des amis me l’ont suggéré un essai ou une analyse journalistique pour expliquer une situation que les lecteurs ne connaissent que trop bien depuis. Que pourrai-je dire de plus que ce qui avait déjà été dit? Au milieu de l’année 1997, lors d’un passage à Dimanche magazine de la radio de Radio-Canada, j’avais expliqué la difficulté de faire une lecture explicite des événements qui ont eu pour théâtre l’Algérie.

Je crois que la poésie réussit parfois à mieux exprimer les sensations vécues, les angoisses intraduisibles autrement, les non-dits.

C’est justement sur l’insistance d’un petit groupe d’amis et de lecteurs que je me suis décidé de publier ce recueil. C’est un devoir de mémoire. L’Algérie change. Elle est en train de changer. Et c’est à mon corps défendant qu’en relisant le passé, des noms, des lieux, des situations émergent. Avec le temps les pistes se brouillent. Et l’on reste prostré devant l’inexplicable.

Je ne cherche ni à éclairer ni à expliquer. Ce recueil est juste un regard posé sur une situation à un moment donné. Certes, dans toute lecture offerte, c’est l’auteur que l’on retrouve. En parcourant ses lignes de force, le lecteur plonge avec furie dans la tragédie algérienne. Le cauchemar est encore là bien que la violence n’est plus celle des années quatre-vingt-dix.

Ce recueil exprime malgré le pessimisme d’une première lecture, une forte affirmation de l’espoir; l’espoir que le changement est possible et qu’aucune situation n’est totalement bloquée. Il se veut à cet égard, une stèle de la mémoire dans l’archéologie de la douleur algérienne.
Je sais que là-bas, la danse de la folie se poursuit parfois face au regard effrayé des enfants. Je sais aussi que sous les zones les plus sombres, il y a une ouverture qui dit tous les possibles.
En fin de compte, l’Algérie n’est pas une île pour peu que l’on accorde une attention aux événements qui se dessinent sur la planète. C’est la raison pour laquelle j’ai ajouté vers la fin du recueil un poème qui a été présenté à Gijon, en Espagne et qui a obtenu le premier prix de poésie lors de la Foire mondiale d’idées pour la paix en marge de la conférence mondiale Habitat II.

L’espérance est ainsi souhaitée pour toute l’Humanité; car, nous vivons des temps extrêmement dangereux. Partout les feux sont au rouge. Ce serait regrettable que l’aventure humaine s’achève ainsi. D’où ce poème d’espérance, l’Ile-Monde qui clôt ce recueil.

Que les roses fleurissent sur nos chemins croisés.

Montréal, Novembre 2005

 

* * *

 

I

Algérie
Capitale Alger
Confiait Anna Gréki
Au cœur de son cœur

Alger
Ville au corps brûlé
Devant le bourreau
Qui bave
De son rire
Sanguinolent

Alger
À la naissance des espérances
Ternie
Aujourd’hui
Par l’ombre des assassins
Quand
en ces temps incertains
Se dressent dans ses murs
La terreur
Le feu de la géhenne
Et
la détresse



II

Le soleil blafard
Consume notre peau
Dans la fongosité du malheur

La lumière crue et insolente
Nous pousse à fermer les paupières
Sur la terre en naufrage

Le bleu de la Méditerranée
Est
Un linceul
Qui couvre nos visages et nos cœurs

Algérie douleur…

Comment te dire
Te décrire
Sur le chemin trop fréquenté des cimetières

La tristesse
Est sur tous les airs
De la vieillesse
Avant l’heure

Seuls
Les youyous déchirants nous soutiennent
Dans notre marche
Accablante



III

Aujourd’hui
Nous emmenons un ami
Vers sa demeure au bout du jour

Aujourd’hui
Cruel
Nous emmenons un frère
Une sœur
Et
Les noms multiples
Se brisent
Contre nos regards vitreux et incrédules

Nous marchons
De nos pas pesants
Et mal ajustés
Sur la poussière
Des élans d’amertume
Et
De colère
Tue


 

 

Résumé     Extrait     Auteur

[ Retour ]

 

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée   Site internet

[ Retour ]

 

Mouloud BELABDI, universitaire et journaliste, a travaillé à la Radio algérienne et à Radio Canada international tout en collaborant à divers journaux et magazines. Il a déjà publié des nouvelles dans la presse et un recueil de poésie Mandala.

 

En 1994, il a obtenu la médaille d’argent de l’URTI (Université radiophonique et télévisuelle internationale) pour son émission Journal de la douleur et de l’espérance algérienne. En 1996, il a remporté le premier prix de poésie adulte de la ville de Gijon  en Espagne, à l’occasion de la tenue de la Foire mondiale d’idées pour la paix.

 

Depuis janvier 1997, l’auteur réside à Montréal.

 

 

Lettre d'appui de l'auteur à la fondation
 

 

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée   Site internet

[ Retour ]

 

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée   Site internet

[ Retour ]

Mouloud Belabdi se fera un plaisir de lire

et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique :

mbelabdi@supernet.ca

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée   Site internet

[ Retour ]

 

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée   Site internet

[ Retour ]

Mouloud Belabdi se fera un plaisir

de vous accueillir sur son site Internet :

 

http://site.voila.fr/mouloud.belabdi

Au sujet de l'auteur   Biographie   Coordonnée   Site internet

[ Retour ]

 

Lettre d'appui de Mouloud Belabdi

à la Fondation littéraire Fleur de Lys

[ Retour ]

 

Bonjour,

 

La Fondation Fleur de Lys fait œuvre utile en offrant la possibilité à des auteurs jeunes et moins jeunes de se faire connaître, de faire connaître leur travail, leur passion, leur amour pour les lettres.

L’écriture, en ce début du 21ème siècle, n’est un privilège. Ceux qui écrivent sont nos contemporains. De par l’imaginaire qui les porte, ils sont notre miroir et le reflet de la société dans laquelle nous évolutions. Ils disent notre présent et notre mémoire. Ils sont une présence dans la galaxie Gutenberg et celle, nouvelle, du numérique. Demain, peut-être, nous l’espérons, certains de ces auteurs de la Fondation seront reconnus à leur juste valeur. Demain, peut-être, ces auteurs seront également publiés dans les circuits traditionnels du livre.

C’est donc avec enthousiasme que j’apporte mon appui à la Fondation. Son œuvre est certes de longue haleine. Mais elle finira grâce à ses membres, d’attirer l’attention des éditeurs traditionnels et des gouvernants pour un soutien plus conséquent.

Je vous souhaite bonne chance avec cette initiative relativement jeune et déjà riche avec tout le potentiel qu’elle possède.

Veuillez agréer mes sincères salutations.

 

 

Mouloud Belabdi, auteur,

Montréal, Québec.

 

 

 

[ Retour ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les couvertures

Envoyer une carte virtuelle avec la couverture de ce livre

 

Autre titre du même auteur

Cliquez sur la couvertures

 

Lettre d'appui

de l'auteur à la fondation

 
Vous aimerez aussi

Cliquez sur la couverture

 

Toute la poésie

 
RECHERCHE

Recherche par titre

Recherche par auteur

Recherche par genre

Livres gratuits

 

Page d'accueil de la librairie

© 2005 Fondation littéraire Fleur de Lys inc., organisme sans but lucratif.