Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

Les livres de SERGE-ANDRÉ GUAY

 

Cliquer sur les couvertures pour découvrir chacun des livres de cet auteur

ESSAI

Numérique gratuit

Papier en vente

ESSAI

Numérique gratuit

Papier en vente

ESSAI

Numérique gratuit

Papier en vente

HISTORIOGRAPHIE

de LS RADIO 1970-71

Numérique gratuit

 

La belle aventure de LS Radio
ou l'imagination au pouvoir

 

Serge-André Guay

Historiographie
Antenne, Revue québécoise des communications, No 20, 4è trimestre,

Ministère des communications du Québec,

1980, 9 pages.

 

 

Exemplaire papier : pas disponible

 

Exemplaire numérique : GRATUIT

 

Obtenir votre exemplaire

Couvertures

Présentation

Intégral du texte

Quarantième anniversaire

Au sujet de l'auteur 

Communiquer avec l'auteur

-

PARTAGER

CETTE PAGE

 

COUVERTURES

 

La belle aventure de LS Radio ou l'imagination au pouvoir

Historiographie Antenne, Revue québécoise des communications,

No 20, 4è trimestre,  Ministère des communications du Québec
 

 

 

 

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

La belle aventure de LS Radio ou l'imagination au pouvoir

Historiographie Antenne, Revue québécoise des communications,

No 20, 4è trimestre,  Ministère des communications du Québec
 

 

En 1970-71, Michel Trahan et son équipe d'animateurs vivaient une épopée radiophonique qui allait devenir l'une des plus importantes pages d'histoires des médias au Québec. Ce n'est que dix ans plus tard que j'en pris connaissance.

J'ai rencontré plusieurs membres de cette équipe afin de recueillir leurs témoignages. La revue Antennes accepta de publier mon texte. Le voici.

 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

INTÉGRAL DU TEXTE
 

La belle aventure de LS Radio ou l'imagination au pouvoir

Historiographie Antenne, Revue québécoise des communications,

No 20, 4è trimestre,  Ministère des communications du Québec
 

 

Dans la galerie des «Jeunes ancêtres»

 

La belle aventure de LS Radio

ou l'imagination au pouvoir

 

par André Guay*

 

* L'article qui suit est basé sur un texte fourni par le signataire et remanié par la Rédaction d'Antennes. Monsieur Guay, qui se veut une sorte d'historiographe de la regrettée LS radio, possède une importante documentation sur le sujet.

 

L'équipe de LS-Radio (presque au grand complet selon l'auteur de l'article) ci-contre, en 1970. Cette photo orne actuellement les murs d'un estaminet du Vieux Québec où se rencontrent les nostalgiques du temps de la «Vraie radio».

 

 

À l'automne 80, la nouvelle formule de radio initiée par Michel Trahan sur les ondes de station LS Radio de Lévis aurait fêté normalement son dixième anniversaire (1). Née en 1970, en pleine Crise d'octobre, dans un petit poste de banlieue (CFLS) à l'instigation de Michel Trahan et d'une équipe de personnes décidées, cette «radio différente», qui se voulait véritablement au service du public et non à celui de la société marchande ou de ce qu'il est convenu d'appeler «le Système», fait encore parler d'elle. Grâce à son dynamisme, LS est devenue l'un de ces archétypes évocateurs de belles nostalgies et de précurseurs sur lesquels s'acharne perpétuellement la malédiction des pouvoirs en place. L'organisateur des Fêtes commémoratives de LS Radio, André Guay, nous a raconté à sa façon les débuts, l'apogée et la chute d'une station unique dans les  annales de la radio québécoise.

 

 

 

Vers la fin de 1970, en quête d'un emploi, un jeune animateur de 26 ans, Michel Trahan se présente dans ce qu'il appelle une «petite station de campagne». Il s'agit de CFLS, à Lévis, une banlieue qui, face à la ville de Québec, a toujours semblé vouloir défier les orgueilleuses murailles de la capitale. Après un mois d'observation, il propose à son patron, Yvon Dufour, une radio non point «meilleure que les autres», mais «différente». Face à une radio stéréotypée, abrutissante et limitée dans ses formules, la station lévisienne pourrait enfin faire des émissions au service du public et non de l'establishment local. Le projet est audacieux et, sans plus tarder, la direction l'accepte.

 

 

Michel Trahan, l'un des pionniers de LS-Radio, en 1980. Les autres anciens de l'équipe de 1970 sont toujours actifs dans le milieu mais ont préféré ne pas se faire photographier.

 

 

 

Entouré d'une équipe multidisciplinaire où l'on retrouve des noms tels que Gilles de Lalonde, André Rhéaume, Gaston Binet, Henri de Cotret, Jean Desaulniers et autres jeunes lions du milieu, Michel Trahan a des ambitions: créer une radio qui soit à la fois typiquement québécoise, tout en se ménageant une fenêtre ouverte sur le monde. En quelques semaines seulement, basée sur une communication radiophonique inédite et une participation avant-gardiste, la «formule Trahan» fait parler d'elle, fait même dire au sociologue Fernand Dumont que «CFLS constitue un exemple de participation populaire, de rétro-information». Avec ses rencontres d'auditeurs se retrouvant lors d'activités collectives, sa cohorte d'animateurs prônant le Beau, la Justice, la Poésie, la Joie de vivre ou décrivant encore les efforts du peuple québécois pour affirmer son identité, il y avait de quoi faire honte aux bavardages émasculés et à la musiquette insipide de la très grande majorité des stations qui déversaient et déversent encore, heure après heure, jour après jour, des camions-citernes d'insignifiances sur une population captive.

 

Les réactions ne tardent pas et bientôt les grands quotidiens, les périodiques, les journaux étudiants témoignent abondamment de l'échappée LS Radio. Si dans la Presse et le Devoir on salue la nouvelle formule, dans le Soleil, l'éloge frise le dithyrambe: huit fois de suite en neuf jours ce ne sont que louanges pour l'équipe Trahan. La très sérieuse société Radio-Canada consacre un reportage de vingt minutes à LS. Bref, c'est la consécration. Cette expérience, venue peut-être un peu, trop tôt, au mauvais moment (elle se déroule en pleine Crise d'octobre) était fort audacieuse. Ses plus chauds partisans affirmaient qu'elle avait dix ans d'avance. Lorsqu'on écoute ce qui passe aujourd'hui sur les réseaux privés, on se demande s'ils n'ont pas toujours raison. Même en 1980, on ne peut se permettre d'aborder l'histoire de la radio au Québec sans mentionner LS. C'est ainsi que Gilles Proulx, dans son dernier livre, affirme que LS fut probablement la première radio organisée à susciter l'éclosion des postes communautaires.

 

Dix ans après, on sollicite encore régulièrement des témoignages de Michel Trahan, Henri de Cotret commente encore le «bon vieux temps de LS» sur les ondes de Radio-Canada et, au Figaro comme au Chantauteuil, deux cafés de la rue Saint-Jean que fréquentaient assidûment une foule de fans de la radio lévisienne à Québec, on évoque encore avec beaucoup de nostalgie «le temps de la vraie radio». Il existe même des particuliers qui conservent religieusement d'anciens enregistrements d'émissions, des documents d'époque. La matière est riche et on attend les chercheurs qui désireraient approfondir le phénomène.

 

 

«Enfin, la radio québécoise»

 

La Crise d'octobre fait connaître au Québec les rigueurs de la Loi des mesures de guerre. Les médias montréalais, impliqués malgré eux, deviennent boîtes aux lettres (les méchants diront «des poubelles du FLQ») et Montréal vit des heures pénibles. Pendant ce temps, à Lévis, Michel Trahan décrit ainsi la situation: «Montréal est devenue un pôle négatif, tandis que nous, ici, nous essayons de rétablir l'équilibre en devenant un pôle positif». Pour arriver à ce but plutôt ambigu, il donne à ses animateurs pleine liberté d'expression. Chacun peut donc «tripper» selon sa personnalité ou sa spécialisation. Trahan, qui annonce fièrement: «Nous avons enfin une vraie radio québécoise», souligne que chaque animateur est qualifié dans sa discipline. Par exemple Gilles de Lalonde fait découvrir la belle chanson française, celle qui est pratiquement inconnue ici; André Rhéaume, un étudiant en musique, représente la génération Woodstock et tente de sensibiliser les auditeurs aux nouvelles formes musicales; Gaston Binet, l'animateur du soir, prolonge au cours de son émission De personne  à personne, les discussions qu'il a pu avoir au cours de la journée.

 

Peu à peu, LS Radio se définit comme une radio de communication, même si à l'époque les spécialistes soutiennent que les vrais échanges ne peuvent être. Réalisés qu'au sein de petits groupes. On veut justement prouver le contraire, faire valoir que la communication peut tout aussi bien se matérialiser dans un grand rassemblement. Et on le prouvera! L'un des idéaux les plus tenaces depuis l'Antiquité, le Beau, est remis à l'honneur. À ce propos, le poète Jean Royer, déclare: «LS-Radio veut animer le Beau qu'ignore la radio privée, axée sur les seuls intérêts commerciaux. Il est étonnant que LS soit né à un moment douloureux pour le Québec. Alors qu'on s'attendait à un long hiver silencieux, on découvre le Beau. On veut retrouver tout ce qui a fait que les gens se retrouvent en beauté...».

 

L'auditoire de LS Radio devient de ce fait très diversifié, quoiqu'on attribue souvent à cette station de radio collective un public plutôt marginal. Le journaliste Jacques Dumais, du Soleil, qui suivait de près l'initiative de l'équipe Trahan, écrit: «LS Radio délaissait la méthode de tâtonnement radiophonique pour s'engager à fond dans la recherche des auditoires marginaux, ceux que la radio conventionnelle flatte sans vraiment toucher, les 16-18-25, une génération oubliée dans cette masse anonyme que convoitent les firmes de sondage d'opinion pour le bon plaisir des commanditaires.»

 

Pour sa part, Québec Presse écrit: «LS Radio personnifie la radio qui parle au peuple. Ainsi l'animateur vit avec les auditeurs sa bonne ou sa mauvaise humeur, sa satisfaction, son mécontentement. On ne refoule rien et, sans trop s'en rendre compte, on joue le jeu, on devient partie du dialogue. S'il vient à l'animateur l'idée de faire tourner du Vivaldi à trois heures le Vendredi saint, il le fait librement. Et s'il y avait tant de justesse dans les propos des animateurs, c'est qu'il existait à LS un climat d'échange, d'ouverture sur l'extérieur, de perméabilité qui faisait que tout événement, gai, ou triste se ressentait aussi bien dans la musique que dans les commentaires.

 

 

Du Miron dans la mercerie

 

L'expérience de l'avocat montréalais et globe-trotter Paul Unterberg avec Gilles de Lalonde illustre bien l'atmosphère d'improvisation et de souplesse qui existait alors dans la station. Il la rapporte ainsi: «Je présumais que ce Gilles de Lalonde avait lu mes articles sur le Pakistan dans Point de Mire, car je ne le connaissais pas et n'avais jamais entendu parler de LS Radio (...) J'ai fini par rejoindre de Lalonde et, quand je l'ai eu au bout du fil, il m'a demandé si je ne pouvais pas faire un tour à Québec pour passer sur les ondes de son poste. Je lui ai répondu que je n'avais pas envie de me taper quatre heures de route et lui proposai de lui envoyer une bande sonore par le courrier. (..,) de Lalonde m'a répondu que je n'avais probablement pas de bandes assez longues pour ça.»

 

«Je peux t'accorder dix minutes, si tu veux...» déclara Me Unterberg à Gilles de Lalonde. «Je ne crois malheureusement pas que cela fournirait à nos auditeurs l'information à laquelle ils ont droit», rétorqua l'animateur. Lorsque son interlocuteur lui demanda combien de temps il désirait, de Lalonde répondit: «Je ne sais pas... On pourrait commencer à discuter et lorsque nos auditeurs ou nous-mêmes serons fatigués, on s'arrêtera...» C'est ainsi que, de la manière la plus détendue, Paul Unterberg eut droit à quatre heures et non seulement sur le Pakistan, mais aussi sur la révolution au Bengladesh. Entre les commentaires, on insérait de la musique pakistanaise, du jazz, des appels provenant du public, des bulletins de nouvelles. Émerveillé, l'invité rapporte dans son article: «Les appels des auditeurs ne recevaient pas ces réponses précipitées et minutées dont souffrent trop souvent les émissions du genre. Toute cette conversation faisait honneur à l'enseigne de ce poste et respectait la communication, la participation!»

 

Il va sans dire que lorsque la formule accrochait ou oubliait l'horaire, on laissait de côté les messages publicitaires ou encore faisait-on habilement de l'humour à leurs dépens. LS se révéla probablement la seule station au Québec où le commanditaire ne fut jamais roi. Gilles de Lalonde aime raconter qu'un jour on lui demande de faire de la publicité en direct de chez un commerçant de la région. Il n'aimait guère l'idée, mais on lui promit que cela ne se reproduirait pas. Une fois sur les lieux, un auditeur lui apporta un recueil de poèmes de Gaston Miron qu'il lut en direct. Plusieurs curieux se rendirent alors à la boutique du commerçant en question - une mercerie - pour rencontrer celui qui laissait de côté le verbiage publicitaire pour la poésie. Dans une certaine mesure, il s'agissait d'un massacre de la commandite mais, malgré tout, les animateurs soutiennent encore qu'en dépit de la formule les ventes augmentaient à un point tel que les espérances de rentabilité de la station inquiétaient les puissants concurrents de la région.

 

Un journal étudiant commente ainsi cette politique publicitaire originale: «Au lieu de dire qu'il faut faire des émissions cool pour gagner de l'argent, LS Radio se dit que pour continuer à faire des émissions auxquelles elle croit, il faut un minimum de possibilités financières. Accepter de faire de la publicité n'est pas un compromis, mais une victoire; c'est l'économie qui s'intègre à l'homme». Les auditeurs ne reprochent pas à la station de faire de la publicité, mais lui en voudraient d'en produire une de mauvaise qualité, qui ne cadre pas avec une radio de communication. Malheureusement, au fur et à mesure que LS Radio avance, un fossé meurtrier se creuse entre l'équipe d'animation et celles des ventes.

 

 

Une station subversive?

 

À la différence des autres stations, dont la contribution à la culture se limite à faire connaître aux citoyens l'heure, la météo ou les sacro-saints potinages sportifs, LS veut redonner aux auditeurs un statut d' êtres pensants. «Le Québec parle, le monde écoute», lance Trahan sur les ondes. Le Québec, les gens de LS l'expriment comme ils le perçoivent, dans son combat quotidien pour défendre sa dignité et son authenticité. Ils l'expriment avec amour, parfois avec jalousie, jamais avec chauvinisme. Qu'on pense à cet auditeur qui, ayant entendu le poème «L'homme rapaillé» de Miron, s'adresse à la station pour en avoir une copie, croyant qu'il s'agissait là de l'éditorial du jour! Trahan déclare: «Nous ne sommes ni de droite, ni de gauche. Nous voulons tout simplement orchestrer, par une radio qui cesse de dire des sottises, un mouvement d'ensemble qui soit cohérent, qui touche le cœur humain».

 

 

Que dire d'une telle déclaration en ondes: «Tu écoutes une radio propre, alors lave-toi»? Enfantillage ou volonté de réveiller la population? La méthode est un peu brutale mais n'en est pas moins originale. Que dire aussi de la surprise générale lorsqu'on s'en prend ouvertement aux Premiers ministres Pierre Elliot-Trudeau et Robert Bourassa en dénonçant la Loi des mesures de guerre, en diffusant l'Internationale, hymne communiste dont la diffusion est interdite dans la plupart des pays occidentaux? De là à sauter aux conclusions hâtives, il n'y a qu'un pas, que la droite rétrograde de la ville de Champlain s'empresse de franchir.

 

Il faut dire que l'équipe de LS se veut provocatrice et que l'interdit l'attire. Les journaux commencent à parler de «Radio Liberté» et, malgré les apparences, on transcende la politique. Entre des extraits d'un discours du général de Gaulle, on glisse un poème de Jean Genêt (interdit sur les ondes françaises) ou une pièce de Theodorakis (interdit en Grèce par la clique des Colonels). Au moment où le Premier ministre Bourassa lance sa politique de création de cent mille emplois (Les cent mille «positions»), Gilles de Lalonde décide de commencer son émission en lisant chaque jour au micro les noms de cinquante nouveaux chômeurs...

 

LS Radio saisit non seulement l'interdit mais désire faire le contrepoids dans la balance en défendant certains dossiers brûlants ou en donnant une longueur d'avance à certaines prises de position pour le mieux-être de la communauté. On peut distinguer une nette orientation éducative des ondes. Ainsi on s'engage à défendre, en dépit d'une campagne de dénigrement par Roger Lemelin, la Murale du Grand Théâtre de Québec où le sculpteur Jordi Bonet a inscrit cette phrase-cri de Claude Péloquin: «Vous êtes pas écœurés de mourir bande de caves? C'est assez!» Le magazine Québec Science alimente en textes l'équipe de LS, ce qui répond à la préoccupation écologique des animateurs. Jocelyne Dugas, fondatrice du magazine, se souvient entre autres de la lecture de son éditorial «II est encore temps...» A l'époque dire: «Donnons à nos jeunes des outils et non des armes» était plus qu'osé. Il y a dix ans, pareille initiative radiophonique plaçait LS Radio dans une catégorie quasi subversive.

 

LS Radio bouleverse le milieu. Des représentants de stations de radio de Montréal, de Drummondville, du bas du Fleuve et même de l'Acadie, viennent s'entretenir avec ses permanents pour scruter les possibilités de la radio de demain. Des professeurs du département de journalisme de l'Université Laval invitent Trahan à discuter de sa nouvelle formule radiophonique. Les étudiants de cette même université organisent un débat-midi par étudiants interposés, opposant Michel Trahan et Michel Montpetit de CJRP (la station MA de radio Mutuel à Québec).

 

La renommée de la station déborde les frontières du Québec. Un quotidien de Vancouver lui consacre un éloquent reportage. Le caractère universel de la formule Trahan captive même le Service de radiodiffusion de l'Organisation des Nations Unies. En avril 1971, à la suite de la visite à Québec de l'ambassadeur d'Haïti, qui exprime sur les ondes de LS les angoisses des Noirs du Tiers-Monde, Michel Trahan est invité à l'ONU en compagnie d'André Rhéaume.

 

 

Pas de confessionnal sur ondes

 

LS est accessible au plus grand nombre possible de personnes. À peu près n'importe qui peut composer l'un des deux numéros de la station et se retrouver en ondes. D'ailleurs, l'appel n'a pas besoin de se rapporter à l'émission en cours. On peut tout bonnement avoir envie de communiquer, d'exprimer ses commentaires sur l'actualité ou encore avoir besoin d'être dépanné. Animateurs et auditeurs tiennent à faire valoir ces qualités bien québécoises que sont la cordialité, l'hospitalité, voire la simple charité chrétienne. C'est ainsi que nombre de jeunes drogués ne font pas l'objet d'opprobre ou de risée et sont ramenés d'un «bad trip» par les animateurs qui prennent le temps de leur parler tout en leur diffusant de la musique douce. Des déracinés trouvent un gîte pour la nuit chez des auditeurs. Des automobilistes proposent régulièrement de dépanner des voyageurs impécunieux.

 

Le téléphone devient le principal outil de cette participation et les auditeurs l'utilisent intelligemment. LS Radio devient une «ligne ouverte» permanente, «24 heures sur 24». Ceci ne veut pas dire que les auditeurs appellent seulement pour le plaisir d'exposer leurs petits problèmes personnels. Si l'animateur vous trouve intéressant, si vous avez un sujet qui peut se révéler intéressant pour l'ensemble de la communauté, on vous invite à en parler sur les ondes. On se défend bien de faire du commérage comme à la plupart des «lignes ouvertes», ces inquiétants confessionnaux sur ondes où l'on expose, quelquefois de façon malsaine, ses problèmes affectifs ou sexuels, ensuite jetés en pâture à la curiosité du grand public par des psychologues improvisés. La liberté d'expression est poussée au maximum à LS. C'est ainsi qu'un jour, Gilles de Lalonde n'hésite pas à faire entendre la célèbre Madame Belley, personnage excentrique et haut en couleur, véritable «Folle de Chaillot» locale, dont la sagesse et le gros bon sens n'avaient d'égal que l'extravagance de ses toilettes.

 

 

La série des «LS»

 

«Tout le monde a quelque chose à dire et à apprendre aux autres et celui qui écoute LS n'est plus pareil: il a peut-être appris que d'autres pensent comme lui» souligne l'omniprésent Jean Royer qui invite, au micro, de LS les gens «à faire leur radio eux-mêmes», Cette participation dépasse largement les appels téléphoniques. Par exemple, l'animateur qui désirait faire entendre un disque non encore disponible ou quelque respectable antiquité n'avait qu'à lancer un appel aux auditeurs qui, quelquefois, parcouraient plus de 30km en voiture ou empruntaient le traversier de Lévis pour apporter, tel le saint sacrement, le précieux enregistrement à la station. Ces exploits ne représentaient toutefois que la pointe de l'iceberg de la participation; il y avait aussi les LS Beaux Dimanches qui déplaçaient des centaines et parfois des milliers de Québécois. Né d'une improvisation à la suite d'appels de trois adeptes de la raquette se cherchant des copains, le premier L S Beaux Dimanches regroupa quelque 400 personnes à l'île d'Orléans. Il suffisait de récidiver...

 

C'est ainsi que succédèrent LS-Quilles, L S-Chercheurs d'or (revivre la ruée vers l'or en explorant une mine désaffectée à St-Simon, dans la Beauce), LS-Pommes, LS-Cochonnailles (un fermier invite tout le monde à manger du porc), LS-Sucres, LS- Champignons (grande cueillette dans les bois avec un mycologue), LS-Déjeuner sur l'herbe (le vin, le pain et le fromage sont gracieusement offerts par des compagnies de la région), LS-Eau de Pâques (tout le monde se rend sur la Terrasse de Québec en compagnie de Madame Belley déguisée en œuf de Pâques), LS-Cinéma (week-end pendant lequel 4 000 personnes visionnant des films québécois à l'université Laval), LS-Baignade (service d'autobus et accès à la plage gratuits), LS-Motoneige, LS-Patinage, LS- Terrasse (promenade sur la terrasse à Québec), LS-Âge d'or, LS-Solitude, LS-Natation, LS-Concert (tous apportent un instrument), LS-Mouton (dégustation), LS-Glissade (Valcartier ouvre gratuitement ses pentes)... Et le fameux LS-Rencontre: pendant une semaine, on ouvre une ligne téléphonique pour les filles et une autre pour les garçons. Chacun se représente en donnant un aperçu de ses goûts de sa personnalité et de la façon dont il sera habillé pour une éventuelle rencontre sur les traversiers entre Québec et Lévis. Le dimanche venu, on voit des gens se faire signe d'un traversier à l'autre, tandis que certains attendent leur partenaire éventuel dans les salles d'attente dans l'espoir de pouvoir le retrouver sur l'autre bateau. Gilles de Lalonde précise qu'il a même assisté à un mariage consécutif à ce LS-Beau Dimanche.

 

Ceux et celles qui ont participé au LS-Bain d'algues marines s'en souviennent encore. Un jour, un groupe d'handicapés se présente à la station et demande à Gilles de Lalonde s'il accepterait de leur donner un coup de main en faisant, à titre gracieux, la promotion d'un produit aux algues marines qu’il utilisait pour renflouer leur caisse d'entraide. Le «Sénateur» - c'était le surnom de De Lalonde - passa à l'action: il invita ses auditeurs et auditrices à prendre des bains aux algues en tenant des propos sensuels, en faisant tourner de la musique de circonstance, en prenant des appels d'auditeurs atteignant - présumément - un état d'extase avancé. L'émission ayant lieu un samedi soir, on devine son effet décrispant et sa popularité. Une autre fois, c'est l'exposition LS-Beaux dimanches Belley d'Amour: les nombreux costumes de l'excentrique Madame Belley prennent place au Musée du Québec dans le cadre du Carnaval et attirent les foules en ce temple de la culture.

 

Fait à signaler: tous les lieux de ces rencontres improvisées restent aussi propres après le départ des convives qu'avant leur arrivée. Pas un papier gras, pas un mégot de cigarette ne sont oubliés. Au LS-Déjeuner sur l'herbe, par exemple, les gardiens du parc Montmorency, étonnés de la conduite exemplaire des pique-niqueurs, félicitent l'équipe de LS qui a su si bien insuffler aux participants un tel esprit écologique. Il faut préciser que ces fêtes, qui s'appuient sur le principe qui veut que les meilleures choses de l'existence soient souvent gratuites, sont très différentes de ces réunions populacières où les gens laissent derrière eux des monceaux d'immondices ou se livrent au vandalisme.

 

Si la presse écrite et audiovisuelle faisait constamment écho à ces participations originales, ce fut sans doute la Nuitte de la couleur qui fit le plus parler d'elle. Un peu avant le Carnaval de Québec, un groupe d'étudiants du CEGEP de Limoilou, sans doute en réaction contre cette manifestation qu'ils jugeaient commerciale à outrance, proposa à de Lalonde d'organiser une sorte de fête parallèle qui éleverait les esprits tout en demeurant résolument populaire. C'est alors qu'on suggéra une «Nuit de la couleur et de la poésie» où le Carnaval, si décrié par certains, pourrait néanmoins s'insérer. LS Radio organise une grande réunion publique des États généraux des arts à Québec pour mettre au point la formule de cette manifestation rebaptisée «La nuit des peintres et de la poésie». Il est entendu que des ateliers seront ouverts, une semaine avant l'explosion de la couleur, afin de permettre la préparation du matériel: dessins, mobiles, fleurs de papier. Ici encore les commerces de la région participent à la fête. Une entreprise fournit une centaine de gallons de peinture, une autre, des panneaux de contreplaqué. Dans les écoles, des professeurs invitent les jeunes à dessiner. Michel Trahan déclare: «C'est peut être la première fois qu'on demande aux gens de choisir le Carnaval qu'ils désirent, et ça marche ».

 

 

 

La «Nuitte de la couleur»

 

La fameuse nuit impliqua quelques milliers de personnes. Elle est toujours considérée comme l'une des plus spectaculaires participations suscitées par l'équipe de la station de Lévis. Québec est coloré: la gare du Palais perd sa grisaille, la gare centrale d'autobus est bariolée sous l'oeil amusé des voyageurs, Place de l'Hôtel de ville rêve de poésie et de chant avec ses centaines de panneaux illustrés, Place d'Armes voit ses bancs de neige colorés au «Cool Aid» et des fleurs de papier pousser aux branches de ses arbres, Place royale, avec ses toits peints, devient une grande mosaïque... Partout, dans le Vieux Québec, les poteaux de téléphone s'habillent d'œuvres de peintres et de poètes. En ondes, pendant ce temps, de minuit à six heures du matin, tout en maintenant la communication entre «les travailleurs de la fête», des poètes tels que Pierre Morency, Jean-Paul Filion, Jean Royer, Robert Tremblay, Suzanne Paradis et Raoul Duguay accompagnés de plusieurs musiciens poursuivent une «jam session» pour donner à cet événement sa vraie dimension. Besoin d'un marteau, d'un camion, de peinture, de contreplaqué? L'équipe transmet la requête sur-le-champ et, comme par miracle, ce matériel arrive au bon endroit. Rarement la vieille Capitale, si réservée d'habitude, si fonctionnarisée, connut-elle semblable débordement de joie. Tels des chamanes ou des prêtres Vaudou, les animateurs de LS menèrent, une aigre nuit d'hiver, leurs ouailles vers les verts pâturages de la participation populaire.

 

Après avoir ainsi orchestré ce phénoménal succès, les animateurs de LS décidèrent de récidiver en organisant une fête spéciale pour la Saint-Jean Baptiste. Afin d'éviter que cette initiative ne devienne, dans l'optique des stations concurrentes de plus en plus hargneuses, un autre «gadget», une autre «bébelle LS», on impliqua sept personnes dont cinq animateurs de radio et un journaliste en provenance des médias suivants: CBV, CHRC, CKCV, CJRP, LS Radio, l'Action. C'est au Galendor, où se trouve actuellement le Théâtre de l'Île d'Orléans, que se déroula cette nouvelle Nuit de la poésie. Le 23 juin, une quarantaine de poètes - les Miron, Langevin, Préfontaine, Godin, Duguay - et une dizaine de milliers de personnes se mirent de la partie. Dès 17 heures, on dut fermer le pont de l'Île. Jazz, folklore, spectacles de chansonniers, saynettes alternent devant un auditoire électrisé qui, le 24 juin, déborde le campus de l'Université Laval où l'on dénombre 30 000 personnes. Aujourd'hui Denise Maltais, membre de la Fête nationale des Québécois, ancienne coordonnatrice du «bal à l'huile à l'Île d'Orléans», affirme que c'est bien LS Radio qui fut à l'origine de ce qu'il est convenu d'appeler «Les nouvelles Fêtes de la Saint-Jean» et qu'il faut voir dans cette station la première radio coopérative du Québec.

 

 

 

La mise au pas

 

Mais, en pleine apogée, la fusée LS a des ratés. Dans le Soleil du 7 août 1971 on peut lire: «Sur les ondes de LS Radio, silence de Michel Trahan. Rumeurs de départ. Rumeurs de retour possible... non confirmées par le directeur de la station Yvon Dufour, Absent. Il semble bien maintenant que le retour du réanimateur de LS Radio soit sans appel. Il a remis sa démission comme directeur des programmes et comme animateur à la station de Lévis.»

 

Dans les autres journaux, les titres ne sont pas moins explicites: « Bombe dans le milieu radiophonique! Michel Trahan a quitté LS Radio », «LS Radio serait achetée par Power Corporation », «La faillite de la participation », «L S Radio: la mise au pas », «L S-Récupération », «À Québec, la radio de demain est Morte», «La magnifique expérience de LS Radio est bien terminée », «Requiem pour L S Radio: le beau rêve a totalement sombré ».

 

En fait, que s'est-il passé? Pour avoir certains éléments de réponse on ne peut guère faire appel qu'aux journalistes qui s'entendent pour dire que la disparition de ce que beaucoup de communicateurs appelaient «la radio de demain» fut principalement provoquée par une rupture fatale entre l'équipe d'animation et celle des vendeurs d'annonces. Rapportant les propos issus d'une table ronde organisée en juillet 1971, un journaliste du Soleil souligne que les participants avaient évoqué les difficultés de réalisation d'une bonne programmation lorsqu'elle était, selon leurs propres termes, «assujettie à des normes fondées sur le caractère commercial de l'exploitation des ondes... normes qui permettent et compromettent, dans les limites strictes de règlements valables pour tous, la menée de tentatives nouvelles...».

 

Le journaliste en question, Jean Giroux, précise que les animateurs dénoncent le climat pour le moins bizarre qui règne à LS Radio: disques rayés volontairement par de mystérieux vandales, mémos arbitraires, menaces proférées à l'endroit des animateurs, mépris des représentants, absence totale de communication entre les artisans de LS et le service de nouvelles. Il ya en effet, mille moyens de pratiquer une politique abrasive lorsqu'on tient à se débarrasser de personnes qui dérangent. Ainsi, des œuvres comme «Le petit Prince», de Saint-Exupéry étaient ouvertement qualifiées de «niaiseries», les chansonniers québécois un tant soit peu engagés étiquetés «extrémistes» et certains employés de LS écoutaient ostensiblement les stations concurrentes. Toujours selon Jean Giroux, la radio de l'imagination commença à s'éteindre au printemps après que les publicitaires eurent découvert un nouveau marché et les directeurs, de nouvelles sources financières. A cette époque, seul Gilles de Lalonde essaie  de poursuivre son travail d'animateur. Il abandonne toutefois son poste à l'automne en affirmant: «LS Radio devient quétaine.» Dans un certain rapport «Z», (Rapport préliminaire du groupe d'étude en communication au Comité d'orientation. Québec, le 19 novembre 1971. Ce projet prit corps grâce à un protocole d'entente intervenu entre le ministère des Communications du Québec et l'Université du Québec) qui réunit les premières conclusions d'un groupe d'étude formé au ministère des Communications au début de septembre 1971 en vue de  l'implantation d'une radio éducative au Québec et dont le chargé de projet est l'ubiquitaire Jean Royer, on lit: «L'échec de CFLS, c'est l'histoire d'une entreprise privée de petite dimension et aux structures d'autorité et d'organisation traditionnelles qui a voulu traiter un produit de nature fondamentalement nouvelle sans consentir aux ajustements nécessaires.

 

Dans ce groupe, Michel Trahan et trois autres ex-animateurs de la défunte équipe de LS Radio déposent un rapport minoritaire intitulé: «Vos cœurs connaissent en silence les secrets des jours et des nuits. Mais vos oreilles espèrent entendre l'écho de la connaissance de votre cœur». Sur la deuxième page: une seule phrase: «Peut-être pour la suite...» Ce document, comme des milliers d'autres, accumule aujourd'hui la poussière dans les archives de l'État.

 

Dix ans après, Michel Trahan affirme que s'il devait y avoir une suite à cette seule radio québécoise de l'histoire, ce ne serait pas un deuxième LS, car les temps changent. Il constate que l'animation se débilite partout au Québec, que la radio se dépersonnalise, que la diffusion de nuit se centralise à Montréal, et surtout, que Radio Québec ne fait pas de radio et utilise donc une fausse appellation. Il propose que cette société d'État consacre un infime partie de son budget à la radio et propose également qu'on écrive une fois pour toutes l'histoire de la radio au Québec...

 

Mais ce qui semble le plus probable après dix ans d'oubli est que la formule d'une radio typiquement québécoise et universelle réside sans aucun doute chez ceux qui ont déjà l'équipement nécessaire, soit les stations communautaires. La lecture du Rapport Z donne envie de refaire une radio québécoise enfin ouverte à ses auditeurs. Quoique utopique à maints égards, ce rapport demeure une Bible d'inspiration et la meilleure incitation pour redonner à notre jeunesse l'espoir d'un renouveau des ondes et prouver que la radio au Québec peut non seulement survivre mais exploser!

 

 

Serge-André Guay

Septembre 1980

 

 

* * *

 

 

Notes : Lors de la réécriture de mon texte, la direction d'Antenne a commis une erreur au sujet de l'événement souligné par cet article. Le texte publié se lisait comme suit : «À l'automne 80, la station LS Radio, de Lévis aurait fêté normalement son dixième anniversaire». Or, ce n'est pas la station elle-même qui aurait fêté son dixième anniversaire en 1980 mais la formule radiophonique initiée par Michel Trahan sur les ondes de la station. CFLS est entrée en ondes en décembre 1967. Retour au texte

 

Voir aussi : Entrevue exclusive avec Michel Trahan et Gaston Binet à l'occasion du quarantième anniversaire de la belle aventure de LS-Radio

 

 

* * *

 

 

Michel Trahan et Serge-André Guay

à l'été 2004 à Québec

 

 

 

Où est passé Michel Trahan ?

 

DERNIÈRE HEURE (18 MARS 2010) : Michel Trahan est maintenant à la retraite. Il habite la région de Montréal.

 

 

À la radio de Radio Canada où il animait deux émissions :

 

Au détroit de la nuit

 

C'est samedi, allez-y Trahanquillement!

 

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

ENTREVUE QUARANTIÈME ANNIVERSAIRE

 

En 1970, le Québec se barricade
sauf la petite maison de la radio à Lévis

 

 

(Lévis, le 6 octobre 2010 – Il n’y a que la belle aventure de LS-Radio qui peut donner lieu à un communiqué de presse de 5 pages) Il y a quarante ans, en septembre 1970, Michel Trahan, un animateur de radio pas comme les autres, et sa bande de copains à l'imagination sans limites, révolutionnent le monde des médias québécois sur les ondes de CFLS (LS-Radio) à Lévis. L'aventure dura à peine neuf mois mais s'inscrira à jamais dans l'histoire grâce à l'innovation de sa formule caractérisée par la participation des auditeurs et la flexibilité de la programmation. On en parlera jusque dans le Vancouver Sun et même à l'ONU qui offre à l’équipe de passer sur ondes courtes pour une diffusion internationale.

Dans une entrevue exclusive accordée par Michel Trahan, directeur des programmes, et Gaston Binet, animateur, le 22 septembre dernier au siège social de la Fondation littéraire Fleur de Lys à Lévis, les deux artisans de LS-Radio nous ont livré de nouveaux détails croustillants au sujet de cette aventure radiophonique historique.

 

 

Les p’tits hommes verts débarquent !

Gaston Binet entre en ondes pour la soirée. Un auditeur lui téléphone et l’appel est transmis en ondes : «Il y a des p’tits hommes verts de chaque côté de la station». Il abandonne son micro pour aller voir de ses propres yeux ce qui se passe dehors et, chose faite, il revient en studio : «Oui, il y a des p’tits hommes verts dehors». Puis, un autre auditeur intervient : «Je viens de traverser le pont de Québec et moi aussi j’ai vu des p’tits hommes verts». Les appels des auditeurs voyant ici et là des p’tits hommes verts se succèdent et on sent une certaine inquiétude. Soudainement, une panne de courant se produit dans la région; la rive-sud et le rive-nord sont plongées dans le noir. L’inquiétude grandit. «Les p’tits hommes verts, raconte Gaston Binet, sont entrés dans la station, ont regardé ce qui se passait et sont sortis sans dire un mot.» Les rapports d’auditeurs inquiets par les p’tits hommes verts arrivant un peu partout se multiplient en ondes. Certains téléphonent à la police. Gaston Binet, qui devrait fermer la station à 1 heure du matin décide de rester en ondes jusqu’à trois heures devant l’insistance de son auditoire.

Le matin venu, Michel Trahan arrive à la station et se retrouve devant une énorme pile de messages. Parmi ces derniers, une note de rappeler la police de Ste-Foy. «Vous avez fait peur au monde hier avec vos p’tits hommes verts en pleine panne de courant», lui rapporte l’agent de police.

Les p’tits hommes verts, c’était le nom donné par le premier auditeur en ligne ce soir-là aux soldats de l’armée canadienne en déploiement au Québec lors de la Crise d’octobre. Mais jamais personne ne les désigna de leur vrai nom, préférant l’expression «les p’tits hommes verts, sans doute pour éviter les représailles. Mais pour les auditeurs ne pouvant pas constater de visu la présence de ces p’tits hommes verts, l’expression laissait planer l’idée… d’extraterrestres.

«Ce n’est que plus tard dans la journée que nous avons fait le rapprochement entre notre soirée des p’tits hommes verts et le canular d’Orson Welles» se rappelle Trahan et Binet. En effet, le 4 octobre 1938 sur les ondes radio de CBS à New York, le dramaturge Orson Welles diffuse une adaptation théâtrale de «La guerre des mondes» de HG Wells au cours de laquelle un présentateur de CBS annonce et commente l’arrivée des Martiens sur Terre. Près d’un million d’auditeurs se feront prendre au jeu et croiront alors que les États-Unis sont attaqués par les Martiens. Les soldats en permission de l’armée stationnée au port de New York seront rappelés en service pendant l’émission. LS-Radio venait donc de répéter, à une moindre échelle, l’expérience à Lévis à une différence prêt : Orson Welles avait tout planifié lui-même tandis qu’à LS-Radio l’initiative revient aux auditeurs, et ce, grâce à la formule d’animation qui permettait aux animateurs de transmettre en ondes les appels des auditeurs en tout temps.


La «visite» est arrivée

Moins d’un mois après son entrée en ondes à LS-Radio, Michel Trahan et son équipe se retrouvaient donc en pleine Crise d’octobre. Pendant cette période, Yvon Dufour, le directeur général de la station, avise son directeur des programmes, Michel Trahan, de se préparer à se joindre à lui pour recevoir la «visite». Puis, un matin, monsieur Dufour joint Michel Trahan : «La «visite» est arrivée, viens me rejoindre à mon bureau». La «visite», c’était le code pour les autorités policières impliquées dans la Crise d’octobre. Dans le bureau de monsieur Dufour, la police provinciale, la Gendarmerie royale du Canada et l’armée. Michel Trahan arrive avec une petite boîte qu’il place à ses côtés le temps de la rencontre. À la fin de cette dernière, les invités rassurés sur les intentions de LS-Radio, monsieur Dufour donne la parole à Michel Trahan. Il saisit sa petite boîte, se lève et en sort quelques exemplaires d’un quarante-cinq tours de Ginette Reno et en remet un à chaque invité. Seul Michel Trahan pouvait penser à une pareille conclusion de la rencontre avec la «visite». Comble du succès de l’opération, l’un des invités demande une deuxième copie du disque de Ginette Reno. À LS-Radio, on savait comment déstabiliser toutes appréhensions possibles face à la liberté des ondes, ce qui n’était rien en pleine Crise d’octobre.

La station se présentait avec succès comme le pôle positif face à Montréal alors devenue bien malgré elle un pôle négatif avec cette Crise d’octobre.


La visite à l’Organisation des Nations Unies (ONU)

De retour d’un voyage à Haïti, Michel Trahan est accueilli en ondes par un collègue qui lui pose une question toute simple : «Pis, ton voyage en Haïti, Michel ?». La réponse vient après une courte hésitation et a tout pour surprendre l’auditoire : «Il a neigé à Port-au-Prince», lance Michel Trahan… en référence à la chanson de Jean-Pierre Ferland. Puis le téléphone sonne, on demande monsieur Trahan. «Comme ça il a neigé à Port-au-Prince» reprend l’auditeur qui se présente : «Je suis l’ambassadeur d’Haïti à l’ONU. Je suis de passage à Québec et j’aimerais vous rencontrer». Les échanges entre les deux hommes se concluront sur une invitation à venir présenter la formule de LS-Radio à la direction de la radiodiffusion de l’ONU à son siège social à New York. Une lettre d’invitation officielle suivra et Michel Trahan invite son collègue animateur André Rhéaume à l’accompagner dans la «Big Apple».

La nouvelle fera rapidement le tour du Québec. À la veille de son départ, Michel Trahan reçoit quelques appels de menaces : «Ne va pas vendre notre radio aux Américains.» Sur la première page de l’hebdomadaire la Tribune de Lévis on voit les deux représentants de LS-Radio monter à bord de l’avion sur le tarmac de l’aéroport de Québec.

L’objectif de la rencontre a tout pour permettre de cerner la nouveauté de la formule radiophonique expérimentée à Lévis. L’ONU veut que l’équipe de LS-Radio déménage à son siège social, dans les locaux de la direction de la radiodiffusion, et diffuse sur ondes courtes pour devenir internationale.

Michel Trahan se souvient de la réaction des Français lors de cette réunion à l’ONU : «Votre formule de radio n’est pas bonne pour l’Afrique». Michel Trahan rétorque : «Notre formule est universelle». Michel Trahan garde aussi en mémoire la question adressée à André Rhéaume, jusque-là plutôt silencieux : «Qu’est-ce que vous pensez de l’ONU ?». La réponse témoigne de la franchise qui fait alors la marque de plusieurs animateurs de LS-Radio : «C’est une patente qui ne marche pas. Je n’ai aucune confiance dans l’ONU.»

Finalement, André Rhéaume dira qu’il n’a pas l’intention de faire de la radio dans un «bunker» et Michel Trahan ajoutera «Nous autres, ça se passe à Lévis». Ainsi venait de prendre fin le rêve de l’ONU de s’approprier la formule de Lévis. Quarante ans plus tard, Michel Trahan n’a aucun regret.

Mais avant de quitter l’édifice, les deux comparses de LS-Radio rendent une petite visite au bar de l’ONU. «Je me rappelle, raconte Michel Trahan, que l’un des deux ambassadeurs sur place m’a demandé, en regardant la carte du monde en bronze : «Pourquoi voulez-vous vous séparer, le Québec ? Le Canada est un si beau pays.» Et seul Michel Trahan pouvait servir une telle réponse : «On ne veut pas se séparer. On veut se souder (au reste du monde)».

Une visite de courtoisie à l’ambassadeur du Canada conclut le voyage. À la suite de la réception de la lettre d’invitation officielle de l’ONU, Michel Trahan s’était demandé s’il devait en aviser le l’ambassadeur canadien. «Non, c’est LS-Radio l’invitée, non pas le gouvernement canadien» se dit-il. Il prit l’initiative d’une courte visite improvisée à l’ambassadeur du Canada. «Oui, nous sommes au courant de votre visite à l’ONU» affirma l’ambassadeur en ajoutant : «Si vous voulez, je peux vous mettre en contact avec Pierre Elliot Trudeau (alors Premier ministre du Canada)». «Non, non, ce ne sera pas nécessaire» répondit Michel Trahan, davantage préoccupé par les aspirations du Québec que celles du Canada.
«Où vous prenez ça cette musique-là ?»

La programmation musicale de LS-Radio se distinguait de celles de toutes les autres stations parce qu’elle se soustrayait volontairement à l’influence de l’industrie et des agents d’artistes. À la question «Où vous prenez ça cette musique-là ?», Gaston Binet répondait simplement «Il y a deux côtés à un 45 tours» ou «Une plage plus loin que celle de l’industrie» en parlant des 33 tours. «Quand on entrait en studio, on était en plein contrôle. On avait le volant dans les mains.» explique Gaston Binet.

«Je me souviens de la sortie de la chanson «My Sweet Lord» de George Harrison. On l’a fait joué au moins six fois en boucle. L’aventure nous demandait beaucoup d’énergie et nous étions un peu fatigués au moment de la sortie de cette chanson et elle agit sur l’équipe comme un «Red Bull», raconte Gaston Binet.

Improviser au lieu de suivre des feuilles de route préétablies en discothèque requiert effectivement beaucoup plus d’énergie mais l’aventure de LS-Radio a transformé à jamais à la fois les animateurs et les auditeurs de l’époque, tout comme leurs relations.


Invités partout, même là où on ne l’attendait pas !

«Nous étions invités partout, des communes aux petits fours» se souvient Gaston Binet. «Un soir, on soupait à la bonne franquette avec des jeunes, et le lendemain, nous dégustions des petits-fours chez un médecin ou on prononçait un discours devant le personnel d’une commission scolaire» LS-Radio rejoignait toutes les classes de la société pour ne pas dire qu’elle fondait toutes les classes en une seule.

Michel Trahan se rappelle de l’invitation faite à LS-Radio pour participer à une soirée de débat au sujet de la fameuse murale de Jordi Bonet au Grand Théâtre de Québec. Lorsque LS-Radio s’installe sur la scène avec les autres participants au débat, un fonctionnaire présent dans la salle s’interroge : «Mais qu’est-ce qu’LS-Radio fait là ? Ce n’est pas un parti politique.» En effet, seuls les partis politiques intéressés pouvaient occuper la scène du débat. Mais les organisateurs ne pouvaient pas entrevoir la discussion sans la participation de LS-Radio. Voilà une belle démonstration des privilèges accordés aux animateurs de LS-Radio invités partout, vraiment partout, même là où on ne l’attendait pas.


Meilleurs moments

Michel Trahan ─ «Mon meilleur moment, s’il faut en choisir un, c’est lorsque les gens de CHOM-FM, la radio anglophone la plus populaire de Montréal, sont venus nous rencontrer à Lévis. Jusque-là, on disait que la meilleure radio était anglophone. Par exemple, quand les gens revenaient de voyage aux États-Unis, ils s’empressaient de souligner l’originalité de la radio à Los Angeles et à New York. Et là, pour la première fois, sans doute, c’était les anglophones qui s’intéressaient à notre radio, à LS-Radio, l’embryon d’une radio purement québécoise. Je me souviens encore d’attendre les gens de CHOM-FM sur le perron de la station, fier comme un Maire français en apparats accueillant ses petits cousins d’Amérique. Je me voyais avec une ceinture fléchée autour de la taille. Je n’oublierai jamais cet événement.»

Gaston Binet ─ «Mon meilleur moment de LS-Radio… C’est l’aventure elle-même, toute l’aventure, parce qu’elle m’a transformé profondément, tant sur le plan personnel que professionnel. Je ne voyais plus les choses comme avant, j’en avais désormais une conscience plus large et plus profonde. À la fin de l’aventure, il m’était impossible de revenir en arrière, de faire de la radio traditionnelle. Par exemple, après LS-Radio, je suis entrée à Radio-Canada dans l’équipe de l’émission de contre-culture. Un soir, nous nous sommes mis plusieurs stations de radio ensemble et nous nous répondions en chanson. Le Saguenay choisissait une chanson et Montréal lui répondait avec une autre chanson. Ça, c’est purement et simplement du LS-Radio. C’était de l’improvisation. On était nous-mêmes, au bon endroit, au bon moment, avec la bonne équipe. Et on était conscients que l’aventure ne durerait pas, ce qui nous incitait à vivre intensément chaque moment. Il n’est donc pas étonnant qu’on nous parle encore de cette expérience radiophonique unique quarante ans plus tard.»


Le Rapport Z

En 1970, quelques mois avant l’arrivée de l’équipe de LS-Radio à l’antenne, le gouvernement du Québec se dote d’un ministère des communications et Jean-Paul L'Allier y sera nommé par le Premier ministre Robert Bourassa. Évidemment, le nouveau ministère suit de près l’aventure de LS-Radio et les pressions se font sentir à la fin de l’expérience pour une intervention gouvernementale assurant l’avenir de la formule. Monsieur L’Allier mandate alors un sous-ministre afin de lui faire rapport, ce sera le fameux «Rapport Z». Michel Trahan aura l’occasion de rencontrer le ministre pour en discuter. «Dites-moi, qu’est-ce qui s’est passé à LS-Radio ?» demande le ministre à Michel Trahan. «Ce qui s’est passé… Vous le savez, vous étiez à l’écoute. Nous avons là les prémisses d’une vraie radio québécoise.» de répondre l’ancien directeur de programme de LS-Radio. La discussion ne faisait que commencer. Quelques mois plus tard naissait sur le campus de l’Université Laval la première radio communautaire au Québec (CKRL-FM) avec l’appui du ministère des Communications du Québec.


Appel à tous

La Fondation littéraire Fleur de Lys s’est donnée pour mission de perpétuer la mémoire de la belle aventure de LS-Radio (1970-71). À l’occasion du quarantième anniversaire de cette révolution radiophonique, l’organisme lance un appel à tous afin de recueillir souvenirs et commentaires en vue de la publication d’un livre. Déjà, on trouve sur le site Internet de la Fondation un article dévoilant d’autres détails intéressants qui permettent de comprendre toute l’ampleur de l’aventure.


http://manuscritdepot.com/a.serge-andre-guay.4.htm


 


– 30 –

 


SOURCE

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys
Téléphone : 581-988-7146 Courriel : contact@manuscritdepot.com
 

 

SUIVI MÉDIAS

 

▲Cliquez sur l'article pour agrandir▲

 

▲ Le quarantième anniversaire de LS-Radio (1970-71) à la une d'AmériQuébec.net ▲

Cliquez ici pour consulter l'article sur le site d'AmériQuébec.net

 

Merci à Patrick White pour sa couverture du quarantième anniversaire de LS-Radio

 

Merci à Cent Papiers

 

Merci à RADIORÉVEIL.COM


 

 

Partager sur Facebook

 

 

Rejoignez le groupe LS-Radio sur Facebook

 

Participer à la discussion sur les sites Internet Radio Monde ET Radio Réveil

 

Télécharger le communiqué de presse du quarantième anniversaire

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

AU SUJET DE L'AUTEUR - BIOGRAPHIE
 

Serge-André Guay

 

Marié et père de quatre enfants, Serge-André Guay est né à Lévis (Québec, Canada) en 1957. De formation autodidacte et travailleur autonome depuis 25 ans, il a tout d'abord été animateur, commentateur, chroniqueur, journaliste, recherchiste et rédacteur en chef au service de différents médias québécois et ontariens.

 

Puis, son expérience des médias et un stage de formation en Europe font de lui un éducateur aux médias dont les interventions sont recherchées par le milieu scolaire. Ensuite, à titre de consultant, l'utilité de ses plans d'action en communication et en marketing est vite appréciée.

 

Depuis 1990, il développe une expertise hautement spécialisée en recherche marketing, soit l'étude des motivations d'achat des consommateurs, axée sur l'évaluation prédictive du potentiel commercial des produits et des services, nouveaux et améliorés.

Pour ce faire, il retient la méthode et l'approche indirecte proposées par le chercheur américain Louis Cheskin, à qui il accorde le titre de premier scientifique du marketing.

Depuis, il a étudié les réactions sensorielles involontaires et les réactions inconscientes de plus de 25,000 consommateurs dans le cadre de plus d'une centaine d'études des motivations d'achat pour différents manufacturiers et distributeurs canadiens.

Il a signé de nombreux articles et donné plusieurs conférences percutantes. Il a aussi publié une série de vingt-quatre études traitant du caractère scientifique du marketing sous le titre “Science & Marketing ”, Prédire le potentiel commercial des biens et des services”. À ses yeux, le marketing doit renouveler son efficacité sur des bases scientifiques rigoureuses.

Il n'hésite pas à questionner les idées reçues. Animé par une profonde réflexion sur la conscience et la condition humaine, il est un « penseur-entrepreneur », à la fois fonceur et analytique.

En 2000, il écrit un essai de gouvernance personnel sous le titre J’aime penser – Comment prendre plaisir à penser dans un monde où tout un chacun se donne raison.

 


 

En juin 2003, il met sur pied la Fondation littéraire Fleur de Lys, premier éditeur libraire francophone sans but lucratif en ligne sur Internet (http://www.manuscritdepot.com/).

 

 

[ Du même auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

BIBLIOGRAPHIE - DU MÊME AUTEUR

 

Serge-André Guay

 

Comment motiver les consommateurs à l'achat

Tout ce que vous n'apprendrez jamais à l'université

Essai sur les travaux du chercheur américain Louis Cheskin,

pionnier des études des motivations des consommateurs

Fondation littéraire Fleur de Lys, 486 pages, 2007

 

Science & Marketing

Études - Comment prédire le succès commercial des biens et des services

La compagnie d'enquête de motivation, 288 pages, 1997-2000

 

Comment motiver les Québécois à voter pour ou contre l'indépendance du Québec

Analyse et point de vue strictement marketing

Essai d'après les travaux du chercheur américain Louis Cheskin,

pionnier des études des motivations des consommateurs

Fondation littéraire Fleur de Lys, 386 pages, 2004

 

J'aime penser

Comment prendre plaisir à penser dans un monde

où tout un chacun se donne raison

Essai et témoignage de gouvernance personnelle

Fondation littéraire Fleur de Lys, 430 pages, 2004

 

La belle aventure de LS Radio

Historiographie - Antenne - La revue québécoise des communications

Ministère des communications du Québec, 1980

 

Lueur de solitude

Recueil de poésie

Société des poètes canadiens français et Collège de Lévis, 1973

 

La conscience aux heures de pointe

Recueil de poésie

Société des poètes canadiens français et Collège de Lévis, 1974

 

Infusion

Revue de poésie

Société des poètes canadiens français et Collège de Lévis, 1975

 

Serge-André Guay a signé également de nombreux articles et de nombreuses chroniques dans les médias écrits et électroniques et il a animé plus de 500 conférences sur divers sujets dont le marketing et les médias.

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Serge-André Guay

 

Serge-André Guay se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

ADRESSE DE COURRIER ÉLECTRONIQUE : contact@manuscritdepot.com

 

 

 

[ Retour au menu ]

 

 

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

 

La belle aventure de LS Radio ou l'imagination au pouvoir

Historiographie Antenne, Revue québécoise des communications,

No 20, 4è trimestre,  Ministère des communications du Québec
 

 

PDF à télécharger gratuitement

 

NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d'offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d'utiliser un lien vers cette page web.

 

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit,

cliquez sur l'un des deux logos ci dessous.

 

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 581-988-7146 (interurbain gratuit pour les abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.