Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

 

LES ROMANS FANTASTIQUES DE TOM ROCK

  

AU TEMPS DE LA LYPSIR

Tome 1

Les ombres oubliées

TOM ROCK

Roman fantastique

 

Fondation littéraire

Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2010

588 pages.

 

ISBN 978-2-89612-356-8

AU TEMPS DE LA LYPSIR

Tome 2

Trahisons

TOM ROCK

Roman fantastique

 

Fondation littéraire

Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2013,

594 pages.

 

ISBN 978-2-89612-430-5

 

AU TEMPS DE LA LYPSIR

Tome 2 - Trahisons

TOM ROCK

Roman fantastique,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2013, 594 pages.

ISBN 978-2-89612-430-5

Couvertures

Présentation

Extrait

Au sujet de l'auteur

Communiquer avec l'auteur

Tom Rock

St-Ignace-de-Loyola, Québec.

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

 

COUVERTURES

 

Au temps de la Lypsir - Tome 2 - Trahisons,
roman fantastique, Tom Rock, Fondation littéraire Fleur de Lys

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Au temps de la Lypsir - Tome 2 - Trahisons,
roman fantastique, Tom Rock, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

Résumé de la trilogie

À l’époque du temps de la Lypsir, la vie entre toutes les races vivantes semble enfin avoir été unifiée. Tout et chacun vit dans la joie et tente d’oublier les tragiques événements qui ont caractérisé cette ère. Malheureusement, aucun d’entre eux ne semble se soucier des plans qui se concrétisent dans l’outre-monde. L’un des plus grands prédateurs que ce monde ait connus vient de refaire surface et tente décidément de se venger de ceux qui l’ont empêché de réaliser son plus grand désir qu’il vient chercher à nouveau : la conquête du monde des vivants. Les plus grands rois devront alors se préparer à accueillir cette abomination infernale qui changera à jamais l’ère des Lypsiriens.



Résumé du tome 2 - Trahisons

Maintenant que le maître a détruit la plupart des villages et des cités du monde des vivants, il commence à ressentir le temps qui l’affaiblit peu à peu. Pire encore, une autre créature qu’il croyait avoir vaincue a refait surface et tente de venger la perte de ses ancêtres. De son côté, Marcius continue de jouer son rôle de dirigeant au sein du petit groupe d’aventuriers. Malheureusement, le temps presse et le chemin qui les sépare de Bartello est toujours aussi dangereux qu’au début. La patience de chacun commence à disparaître et la tension monte…

 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT
 

Au temps de la Lypsir - Tome 2 - Trahisons,
roman fantastique, Tom Rock, Fondation littéraire Fleur de Lys



CHAPITRE 1 - LE CALME AVANT LA TEMPÊTE  (Extrait)


Par une journée si ensoleillée et tant remplie d’innocence, un jeune garçon se dirigeait tout près du lac situé à moins d’un kilomètre à l’arrière du village avec un seau en métal dans les mains. Il était vêtu d’un simple habit de paysan en étoffe de laine brune et ceint d’un cordon.


Il regarda quelques instants le paysage dessiné au loin. Il fut alors apaisé par la beauté de ce dernier. Une rivière séparait en deux une colline laissant une immense forêt garnir un des deux côtés et un champ de fleurs envelopper le second. Ce lit d’eau se terminait abruptement par une chute tombant dans le néant. Derrière cette cascatelle, de majestueuses montagnes semblaient recouvrir le reste du continent. Leur cime se cachait le bout du nez dans les minces nuages du ciel bleu.


Le jeune garçon arriva alors au petit lac et y plongea son seau. Le calme ressenti qui cajolait le cœur du petit enfant se faisait dorloter doucement par tout être et non-être : les arbres, les fleurs, l’eau, le vent, la végétation, les petits insectes et les oiseaux par leur chant mélodieux. Le jeune homme en profita et accompagna ce moment gracieux par une grande inspiration afin de permettre à ses petits poumons de bénéficier de cette réjouissance réconfortante. Il détourna ensuite ses yeux sur l’eau qui pénétrait à l’intérieur du récipient peu à peu. Lorsque ce dernier fut rempli à la satisfaction du garçon, il retourna vers sa demeure, située sur une colline recluse derrière le village, afin de le rapporter à son père qui nettoyait les sabots de son étalon tout près de l’enclos.


Celui-ci, d’imposante posture, était penché vers l’avant, la patte arrière gauche de son cheval dans ses mains. Lorsqu’il entendit des bruits de pas provenant de son arrière, il se retourna, remarquant son jeune fils avec un sourire aux lèvres de son devoir accompli s’approchant de lui, un lourd seau rempli d’eau fraîche. Le père, de ses yeux bleus, observa le jeune enfant arriver.


Cependant, sa joie se transforma vite en frayeur lorsqu’il vit des créatures surgir de la forêt au loin. Aussitôt, il cria à l’enfant. Ce dernier se retourna et remarqua les monstres. Pris de panique, il accourut vers son père laissant tomber le seau qui se vida de son contenu qui imbiba le sol. Ils se ruèrent alors vers le clocher en direction du village, l’endroit où se retrouvaient toujours le roi ainsi que le prêtre à cette heure de la journée.


Ils passèrent les palissades sans sentinelles et pénétrèrent dans le village. Ce dernier très peu peuplé ne démontrait en rien sa grandeur et sa richesse. De simples chaumières étaient construites sur le sol de terre. Un seul chemin en pavé grisâtre parcourait le village entier sur lequel circulaient des charrettes tirées par d’immenses bœufs. Quelques villageois se promenaient nonchalamment se laissant guider par leur accoutumance quotidienne. Certains furent cependant distraits par la course d’un homme et d’un jeune garçon qui se dirigeaient plus profondément dans le village.


Arrivé devant la porte en chêne du clocher, son fils à ses côtés essoufflé par la course, l’homme la poussa durement et pénétra à l’intérieur en vitesse. Quatre personnes étaient réunies dans la petite pièce tout près de l’escalier menant aux cloches, discutant assis autour d’une table. Deux grands chandeliers étaient plantés de chaque côté de celle-ci. Les hommes bavardaient calmement lorsqu’un paysan entra en trombe dans le clocher. L’un d’entre eux, vêtu d’une longue toge noire et le visage couvert de vieillesse, se retourna vers l’homme ne cachant point sa surprise. Les autres portaient tous des vêtements d’étoffes simples et à la fois utiles, et avaient tous un ceinturon garni d’une épée et d’une dague. L’homme s’approcha à souffle coupé, en compagnie de son fils.

— Des monstres, lâcha-t-il entre deux souffles. Des créatures se dirigent vers notre village. Nous les avons vues…


Affaibli par l’âge et son lourd fardeau de père, l’homme se plia sur lui-même, pris d’une grande douleur à la poitrine qui l’empêcha de continuer d’expliquer sa découverte. Son fils s’approcha de lui, le regard inquiet. Il caressa le large dos de son héros. Ce dernier lui rendit un sourire et lui indiqua qu’il allait bien. Il reprit ses esprits, se retourna et se releva afin de bien voir les autres occupants.


Un homme très costaud se leva d’un trait, main au pommeau de son épée.

— Nous devons alerter les chevaliers, répondit-il.

Ce dernier, aux cheveux longs blonds et aux yeux bruns, n’était guère très âgé, la jeunesse de sa volonté et de son courage paraissait dans ses actes et ses paroles.


Un autre homme, plus âgé, aux cheveux et aux yeux noirs se leva à son tour.

— Où avez-vous croisé leur regard ? demanda-t-il au paysan qui reprenait peu à peu son souffle.


— Nous étions près de notre demeure sur la colline, lorsque je les ai aperçus au loin tout près de la forêt. Ils se dirigeaient vers nous.


— Combien étaient-ils ? demanda l’homme aux cheveux blonds.


— Je n’ai eu que très peu de temps, car j’ai tout de suite pensé à mon fils et je me suis empressé de le protéger. C’est pourquoi nous sommes immédiatement partis en direction du clocher.


— Et vous avez bien fait, ajouta l’homme aux cheveux noirs. Wilmur, donnez-lui de votre eau. Cet homme en a un bien grand besoin.

Le jeune garçon s’approcha de la table, laissant son père derrière lui. Ce dernier le regarda s’avancer et voulut l’en empêcher, mais son interlocuteur lui fit un signe de la main, lui ordonnant de ne rien faire. Pendant ce temps, l’homme à l’épée offrit son verre au paysan qui le remercia de sa générosité.

— J’ai pu voir leur nombre, dit le garçon, baissant le regard vers le sol.


— N’aie crainte, jeune homme, me regarder dans les yeux ne t’apportera aucune souffrance, crois-moi, expliqua l’homme. Maintenant, peux-tu me dire à combien s’élevait ce nombre ?

Le jeune enfant leva les yeux vers lui.

— Il y en avait plus d’une cinquantaine, répondit-il.

Sur ces mots, l’homme qui n’avait pas pris la parole depuis le début, se leva aussitôt. Celui-ci était plus costaud que les trois autres et ses longs cheveux bruns se déposaient sur ses larges épaules.

— Qu’attendons-nous ô roi Doméron ? Nous devons alerter la garde royale.


— Il en sera ainsi, approuva le roi. Wilmur, dit-il en se retournant vers l’homme aux cheveux blonds, dirigez-vous vers le palais et alertez les soldats. Le prêtre et moi irons sommer les gens de se barricader dans leur demeure.


— Mais nous ne savons pas qui sont ces créatures, rajouta l’homme qui venait tout juste de parler. Il se peut que ce soit ces monstres de l’enfer dont tant de villages racontent leur histoire.


— Écoutez-moi, soldat Xarlan, nous ne pouvons savoir si ces créatures de l’enfer existent vraiment. Plusieurs histoires sont racontées à leur sujet, mais aucune n’a été vérifiée. Nous nous défendrons donc comme à l'accoutumée. Wilmur, je veux des soldats aux quatre coins des palissades. Celles-ci arriveront dans quelques heures et nous devons être prêts à les repousser. Exécution… et que les Dieux nous protègent, dit-il en regardant le prêtre.

Il s’approcha du jeune homme et s’agenouilla à sa hauteur. Il plaça ses mains sur chacune de ses épaules.

— Tu as été très brave, jeune homme, le complimenta le roi. Maintenant, toi et ton père allez retourner dans votre demeure afin de vous barricader.


— Nous habitons sur la colline, maugréa le père agité. Ce sera le premier endroit où ces créatures passeront avant de se rendre au village. Nous ne pouvons y retourner.


— Qu’il vienne se battre, rétorqua Xarlan, en se dirigeant vers la porte.


— Venez tous les deux avec nous, répondit le monarque en détournant le regard de son chevalier intrépide. Nous vous réfugierons dans ma demeure.

L’homme le remercia et somma son fils de revenir à ses côtés. Puis, tout le monde quitta le clocher et se dirigea à leur endroit respectif, le cœur battant à maintes répétitions.



Wilmur et Xarlan arrivèrent dans un grand bâtiment en bois. Ce dernier démontrait bien sa solidité et sa grandeur renfermait son pesant d’or. Les deux chevaliers poussèrent alors les doubles portes et pénétrèrent à l’intérieur.


Le sol était à la fois sablonneux et terreux. Aucun toit ne protégeait l’endroit. Le soleil surplombait le bâtiment et éclairait son intérieur. Plusieurs enclos avec, dans certains, des chevaux noirs ou bruns constituaient une grande partie de la construction. Près d’une centaine d’hommes s’affairaient soit à s’entraîner, en combattant, ou en chevauchant sur les bêtes, ou bien soit tout simplement à jacasser et à discuter de sujets différents. Cependant, lorsqu’ils virent les deux chevaliers pénétrer dans le bâtiment en vitesse, ils arrêtèrent tous de parler et les regardèrent. Wilmur avança parmi les hommes, lançant de gauche à droite ces paroles :

— Vous devez immédiatement enfiler votre armure. Nous serons bientôt attaqués. Soyez prêts ! Je reviendrai vous chercher dans quelques minutes et nous nous dirigerons vers les palissades. Xarlan choisira certains d’entre vous qui resterez dans le village afin de défendre les paysans si jamais nos envahisseurs réussissaient à pénétrer nos murailles. C’est un ordre du roi ! Exécution.

 

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR
 

Tom Rock

 

 

Né d’une famille de deux enfants et élevé dans une petite île située dans Lanaudière tout près de Sorel, ce jeune homme a toujours eu le retrait du calme en sa faveur lui permettant d’y épanouir son développement intellectuel et imaginatif. Vu la tranquillité de cette paroisse ainsi que sa faible population, les gens y habitant n’avaient nul autre choix que de s’approprier des activités solitaires.


Avide des jeux vidéo, des séries télé d’action telles les Tortues Ninja et les Power Rangers, son enfance se caractérisa par l’évasion et le rêve dans un monde virtuel. Au début de son adolescence, le jeune homme s’intéressa beaucoup à la musique, son passe-temps était alors la guitare et la composition de chansons ainsi que de très beaux textes. Il a donc remarqué dès son jeune âge, l’attrait qu’il avait envers la composition et par le fait même le français et la littérature. Son passe-temps lui permit donc de développer son sens artistique. Il fonda quelques petits groupes avec ses amis pour pratiquer et approfondir son expérience musicale sans toutefois vouloir en faire carrière. De plus, lors de son passage au secondaire, il découvrit un jeu qui le passionnait, Donjon & dragons. Ce jeu se déroulait à l’époque médiévale, ère qui avait toujours fasciné l’adolescent et qui englobait imagination, fantastique, monstres et interaction.


Puis fut venu le temps où le jeune homme devait faire son choix de carrière. Toujours captivé lors de son enfance par les séries policières, il termina son secondaire en 2004 dans l’idée de devenir un jour ce grand homme de pouvoir et de justice en uniforme. Il fit alors une demande afin de faire des études policières qu’il acheva en 2008 au Cégep de Trois-Rivières. Les cours plus avancés du niveau collégial lui permirent d’acquérir et d’apprivoiser la langue française et son goût pour la littérature. Ces années et son passé lui ont alors inspiré la création d’un livre portant sur le monde médiéval et fantastique. Cependant, avec les nombreux devoirs et les activités à préparer il fut obligé de laisser son livre de côté.


À la fin de tout, lorsqu’il obtint finalement son diplôme, il voulut laisser le stress des études et commencer à voyager afin d’alléger le poids des responsabilités et de l’autonomie qui lui pesait lourd sur les épaules et sur la conscience. C’est lors de ces moments en paix avec lui-même qu’il réalisa que l’artiste avait été enterré par ce métier où il n’y avait de place que pour le conventionnel et le monde réel. C’est pourquoi il assuma le choix de cesser cette carrière qui l’empêcherait d’être ce qu’il était vraiment. La beauté des paysages qu’il voyait lors de ses voyages ainsi que les parfums de l’air pur qui humectaient ses narines lui inspirèrent un monde fantastique et imaginaire. C’est alors que l’homme décida de dépoussiérer son manuscrit. Il entama la réécriture de son roman qu’il avait déjà trop longtemps laissé de côté. Lorsqu’il acheva son premier tome, il avait déjà des idées pour le second. Il voulut donc publier le fruit de ses efforts. Après quelques tentatives sans succès, il décida de perfectionner son style littéraire en s’inscrivant, en 2010, à un certificat en création littéraire à l’Institution de Formation professionnelle. En 2011, il a également débuté un Baccalauréat à l’Université de Montréal en création littéraire.

 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Tom Rock

 

Tom Rock se fera un plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : tom_rock@hotmail.ca 

 

 

[ Obtenir un exemplaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

Au temps de la Lypsir - Tome 2 - Trahisons,
roman fantastique, Tom Rock, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 418-903-5148

 

 

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Commande postale
1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom

(prénom et nom de famille)


Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone

 

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 418-903-5148 (interurbain gratuit abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.