Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

 

LES ROMANS DE YOLANDE VINNAC

Vers un autre horizon

Journal d'une renaissance

Un roman signé

Yolande Vinnac

Fondation littéraire
Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2012,

184 pages.

ISBN 978-2-89612-399-5

Tu seras
mes yeux

Un roman signé

Yolande Vinnac

Fondation littéraire
Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2013,

180 pages.

ISBN 978-2-89612-427-5

 

Tu seras mes yeux

Un roman signé Yolande Vinnac

Au sujet de l'auteur

Communiquer avec l'auteur

Obtenir un exemplaire

 Partager sur Facebook

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2013,

180 pages.

ISBN 978-2-89612-427-5

Couvertures

Photographies du lancement

Présentation

Extrait

Suivi médias et Internet

 

COUVERTURES

 

Tu sera mes yeux, roman,
Yolande Vinnac, Fondation littéraire Fleur de Lys

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

 

▼Cliquer sur la couverture pour agrandir▼

▲Cliquer sur la couverture pour agrandir▲

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Tu sera mes yeux, roman,
Yolande Vinnac, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Après une courte visite dans sa famille à l'île d'Orléans, Bianca 15 ans et ses parents reprennent la route vers Montréal. C'est l'hiver, le trajet semble long et monotone. Bianca se souvient avoir été coupée du monde il y a deux ans lors d'un accident d'auto, plongée dans le coma à cette époque pour une dizaine de jours. Tout au long du voyage elle laisse aller son imagination qui l'expose à de troublants souvenirs et l'abandonne à un véritable dialogue intérieur.


De retour à Montréal elle se fait une joie d'être invitée à une fête d'anniversaire organisée par son amie Christine. À ce "party" elle est surprise de rencontrer Evelyne 15 ans, aveugle de naissance.
Bianca cherche à comprendre comment Evelyne perçoit le monde sans couleur ni lumière et comment elle parvient à se faire une représentation mentale de la réalité du monde qui l'entoure.


Toutes deux apprivoisent des univers différents. C'est au cours de plusieurs activités et d'un voyage particulier en train qu'elles réussiront à dépasser leurs limites d'adaptation donnant naissance à une amitié profonde.

 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT
 

Tu sera mes yeux, roman,
Yolande Vinnac, Fondation littéraire Fleur de Lys



Extrait 1

Un frisson soutenu me surprend et me pétrifie. C’est une mémoire d’accident qui refait surface. Je me souviens avec affolement de cet accident d’auto meurtrier vécu il ya deux ans avec mon oncle alors que la tempête de neige battait son plein, comme en ce moment. Des flashs resurgissent de mon passé : une poudrerie, ah ! Voilà cette blancheur qui revient ! Un vent déportant des voitures, sur l’autoroute 10 vers Magog, nous terrasse.


Un carambolage de huit voitures vient de tuer mon oncle et de me faire entrer dans une autre dimension. Une catastrophe désastreuse, si grave qu’elle venait d’interrompre le déroulement normal de ma vie. Le souvenir que j’en ai est celui d’un choc incontrôlable où j’essayais de respirer. Je voulais crier mais le souffle ne sortait pas. Je poussais un gémissement de désespoir. Je ressentais une sensation d’étouffement. Des secousses continues faisaient vibrer mon corps démontrant la violence du choc. J’étais en train de perdre le sentiment d’exister. Je m’enfonçais dans un langage incohérent de paroles incompréhensibles, un discours décousu. Je quittais la motricité et la sensibilité au profit d’une vague léthargie, une sorte de torpeur, d’abattement. La surdité semblait vouloir s’emparer de moi. Je franchissais sans effort, petit à petit, le monde de l’inconscience. J’entrais de plein pied dans un sommeil profond et prolongé appelé coma. Aucune image, aucune douleur. Déconnectée du monde je commençais une rencontre avec moi-même.
 


Extrait 2

Mes yeux allaient à la rencontre d’un regard désert, ils cherchaient chez ceux d’Evelyne un indice, une ouverture, une vue sur le monde. Ma vision s’accrochait à une réalité curieuse, attentive, admirative même. Au lieu de cela mon regard se butait au vide, à celui du regard d’Evelyne : éteint, dépourvu de profondeur. J’avais un sentiment d’absence. Je croyais obtenir une réponse visuelle, je venais de croiser un regard invisible. Cette étrange impression augmentait vraiment mon intérêt à mieux la connaître. Comment devenir plus proche d’elle ? Comment rendre accessible à sa pensée ce qui est présent à ma vue et au-delà de ma vue ? Comment réduire la distance qui nous sépare ? Tout m’apparaît impossible mais j’essaie de garder mon calme, je ne sais pas comment me comporter. Garder mes yeux ouverts, aller vers elle, ne pas l’éviter car elle doit certainement tout sentir : ma présence, les chuchotements, les odeurs… tout comme moi lorsque j’étais dans le coma. Pour moi c’est le choc mental doublé d’une satisfaction à découvrir son mystère. Même si je sens que cette rencontre me demande de fournir un effort particulier, je suis prête à le faire, à l’approcher, à chercher à la comprendre, à saisir son monde. Je suis curieuse et attirée comme un aimant par une telle fascination. C’est comme si Evelyne avait quelque chose à m’apprendre et qu’à mon contact elle avait reconnu et accueilli le bonheur. Cette situation me semble être une porte ouverte sur l’inconnu mais aussi une force pour donner du ressort à ma vie.


L’ambiance est aux rires et aux exclamations. Les filles parlent fort, elles poussent même de petits cris stridents.


— On y va Bianca ? Il doit y avoir moins de filles au punch maintenant.


— Oui. Catherine vient de quitter la table, dis-je en la prenant par le bras.


— Non, dit-elle, c’est moi qui prend ton bras c’est plus sûr pour moi.


— D’accord !


Je la laisse faire, j’ai l’impression d’avoir fait une boulette. Je me sens si maladroite. Evelyne me dit :


— Prends un verre pour toi et dis-moi ce que ça goûte, d’accord ?
— Oui...


Fabuleux test ! Je n’aurais jamais songé faire la goûteuse. Je pensais à cet instant précis au film « Le Goûteur » qui m’avait laissé à l’âme la saveur d’un noble métier. Puis avec attention je m’applique à dire :


— je crois que c’est une boisson au kiwi, à l’ananas et aux agrumes.


— Vas-y verse-moi un bon verre, s’il te plait, j’adore les agrumes.


Puis découvrant avec précaution le verre que je place en contact avec sa main, elle sourit, se penche vers moi, porte son nez au bord de la coupe, goûte et murmure : « ah Bianca ! Tu as oublié la banane ».


— La banane ?


— Oui dans le punch il y a aussi de la banane.
 
 

 

Extrait 3

— Tu vas voir je vais les faire sursauter, prépare-toi, bouche tes oreilles ou remonte car là je mets Justin Bieber.


— Oh je remonte ! Tu viens me dit-elle en s’empressant de reprendre l’escalier. Elle connaissait maintenant le nombre de marches.


Cette fois Youshka est restée près de Camille pour un savoureux festin canin.


— Il y a une bonne ambiance : les rires, les blagues, les excitations, la musique aussi dit-elle en remontant.


— C’est « Baby » de Justin Bieber qui vient de partir en folie. Savais-tu Evelyne que ce Justin est un chanteur ontarien de 18 ans qui rafle tous les succès ici, en Europe et aux États depuis 2 ans. Il est même le Lauréat cette année du prix « Kids’choice Awards ». Musique Rock Pop que nous aimons toutes. Il a eu l’audace de se faire connaître sur « YouTube » et tu as vu où il est rendu ?


— Oui, c’est assez incroyable !


— Dis-moi Evelyne quel sentiment t’apporte cette musique ? Une libération ?


— Non ! J’apprécie davantage la musique classique, celle qui éveille en moi de belles émotions. Tu vois Bianca lorsque j’écoute une pièce de violoncelle jouée par Stéphane Tétreault en particulier, j’ai le sentiment de m’effacer, de sentir une douceur, une légèreté comparable au duvet d’un oiseau. D’ailleurs ma tante Cécile m’a décrit comment sur scène ce musicien faisait corps avec son instrument et de quelle manière, par moments, il donnait l’impression d’être le grand héron, cet oiseau magnifique qui déploie ses ailes et étire son long cou en prenant son envol.


— Tu te sens transportée par sa musique !


— Plus que ça ! C’est sa grande sensibilité qui frissonne le long de son Stradivarius et alors la musique s’introduit en moi, pénètre et inonde mon univers.


— Wow, c’est très fort.

 

 

Extrait 4

 

En route pour l’amphithéâtre de Saratoga. Ce soir nous sommes invitées par nos pères à écouter le « Philadelphia Orchestra » dirigé par David Robertson, au programme : « Date Night » avec la virtuosité du violoncelliste renommé : Yo-Yo Ma. Les hommes ont pensé à tout, il est vrai que le père d’Evelyne est un habitué des concerts en plein air. Nous installons nos chaises de jardin sur la pelouse en pente dont bénéficie le Centre d’art et posons sur les genoux de légères couvertures qui seront appréciées lorsque le soleil sera couché. Mon père a aussi apporté des jumelles, superflues pour Evelyne mais si précieuses pour moi afin de lui décrire en détails les instruments du fabuleux orchestre et les expressions de Yo Yo Ma à son violoncelle. Il me faudra parler à son oreille entre les pièces pour ne pas déranger les spectateurs autour. L’auditoire installé, le calme et la discrétion remplacent les rumeurs jusqu’ici tolérées. Mais lorsque l’orchestre débute ses premières mesures c’est le silence par excellence. On croirait que le public retient son souffle pour laisser toute la place à l’écho musical, incomparable sensation d’une envolée sublime des sons dans l’atmosphère. Evelyne immobile semble baigner dans l’harmonie du rythme et l’ampleur des sonorités. Sa concentration toute tournée vers la musique fait foi d’une profonde alliance entre la musique et elle. Je pense même que mes commentaires n’ont plus leur place. Je renonce aux jumelles. Je ne la quitte plus des yeux. Je discerne chez elle cette disposition musicale où s’imprime sur son visage quelque chose comme la trace éternelle d’un fossile sur une pierre précieuse. Les mouvements vibratoires, le jeu musical du violoncelle, les tonalités les plus subtiles paraissent la rejoindre et la lumière de son visage laisse couler la douceur, la mélodie, le bonheur. J’ai l’impression que ce qui est insaisissable pour moi devient perceptible, clair et distinct pour elle. Cette soirée musicale sous la voûte céleste produit chez moi une sorte de vague à l’âme. Cette capacité à percevoir le plus infime son, me ferait-elle cruellement défaut ? Je voudrais tant partager avec Evelyne cet ineffable don, cette jouissance de l’âme, cette extase qu’elle semble posséder. Je fermai alors les yeux pour le reste du concert.

 

Obtenir un exemplaire

 

 

[ Album du lancement ]

[ Retour au menu ]

 

 

ALBUM DE PHOTOGRAPHIES DU LANCEMENT

 

Tu sera mes yeux, roman,
Yolande Vinnac, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Samedi, 6 avril 2013, Salon de coiffure Nathalie Brosseau coiffure

4285 Beaubien est, Montréal, QC H1T (coin de la 25eme avenue)
 

 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

 

Tu sera mes yeux, roman,
Yolande Vinnac, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les logotypes des médias et/ou site Internet ci-dessous

 

À VENIR

À VENIR
À VENIR À VENIR

 

 

[ Au sujet de l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEUR
 

Yolande Vinnac

 

Née en 1947, l’auteure a vécu sa petite enfance en Allemagne puis a regagné la France avec sa famille pour y vivre son adolescence. À l’âge de 15 ans elle suit les siens qui s’installent à Montréal, ville qui lui est chère et qu’elle adoptera pour toujours.


Elle poursuit ses études secondaires au Collège Français puis obtient un baccalauréat en Sciences infirmières à l’Université de Montréal. En 1971 elle débute comme infirmière en chirurgie à l’Hôpital St-Luc de Montréal. Elle complète sa formation académique par l’obtention d’une maîtrise en Sciences infirmières option éducation et entreprend une carrière d’enseignante sur une période de plus de 30 ans. Son parcours la propulse en recherche sur l’étude des milieux cliniques pour le compte de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. À travers son cheminement, elle participe à l’élaboration de différents programmes éducatifs et à la formation de plusieurs professeurs.


Parallèlement l’auteure s’oriente vers les médecines douces. Dans les années 80, elle devient praticienne en massothérapie et réflexologue. Dans ses dernières années de professorat, son vaste champ d’intérêt dans le domaine de la santé l’amène à se mettre à l’épreuve en soins psychiatriques. L’auteure développe son expertise en relation d’aide comme intervenante en milieu psycho carcéral.


Au fil des ans, elle a développé divers intérêts notamment en matière artistique. Les musiques du monde comblent son univers en démarquant la fluctuation de ses émotions. Son immense besoin de créer la pousse à s’introduire à la peinture et à faire quelques expositions à St Jean-Port-Joli. Elle apprécie également la cinématographie qui lui révèle des scènes de beauté naturelle aux dialogues et aux images simples et émouvants. De plus, l’auteure reste sensible à la littérature qui la transporte ailleurs et qui la fait voyager soit à travers le temps ou découvrir des lieux étranges comme celui de Nicholas Vanier dans son livre « Le voyageur du froid », passionné pour la découverte du grand nord.


Outre sa passion pour les arts, l'auteure affectionne spécialement la nature. Cette tendance l’entraîne à suivre la migration des oiseaux notamment des oies blanches d’abord à Cap Tourmente près de Québec puis à Baie-du-Febvre. Cette démarche place l’auteure en contact avec la culture et la littérature des premières nations envers laquelle elle témoigne un profond respect. Les parcs, les espaces verts et les fontaines attirent particulièrement l'auteure où elle aime passer des heures à voir les enfants s’exclamer et rire.


Adepte de l’humour elle fortifie, auprès de ses petits enfants, son sens de la fantaisie en partageant avec eux des jeux de rôles imaginaires et farfelus.


Elle raffole aussi des promenades en ville : les boutiques de la rue St Denis à Montréal, la vie animée du centre-ville, celle du vieux port aux premières heures du jour. Elle aime découvrir l’âme de chaque ville à travers ses habitants.


Maintenant à la retraite l’auteure dispose de plus de temps pour écrire et partager la joie, le plaisir et la satisfaction des événements de la vie vus sous le jour de la réflexion et de la réjouissance.
Elle souhaite par ce roman reconnaître et faire partager à ses lecteurs la simplicité de la vie, l’ouverture à la différence et la clairvoyance de l’esprit face à la communication relative à la diversité humaine.
 

 

[ Communiquer avec l'auteur ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR

 

Yolande Vinnac

 

Yolande Vinnac se fera un plaisir de lire
et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : venusunev@hotmail.ca

 

 

[ Obtenir un exemplaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE OU PAPIER

 

Tu sera mes yeux, roman,
Yolande Vinnac, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 418-903-5148

 

 

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

7.00$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Commande postale
1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom

(prénom et nom de famille)


Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone

 

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


7.00$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 418-903-5148 (interurbain gratuit abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.