Accueil

Librairie

Édition

Formation

Webzine

 Nous

Contact

Recherche

Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys – Montréal, Qc.

Accueil

Actualités

Dossiers

À ne pas manquer

Abonnement

@  Écrivez-nous

 

 

 

Article mis en ligne le 12 juillet 2008

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

 

Politique du deux poids deux mesures de l'Union des écrivaines

et des écrivains québécois face à la liberté d'expression

 

 

L'Union des écrivaines et des écrivains québécois (Uneq) semble avoir deux poids deux mesures face au droit à la liberté d'expression. La question se pose à la lumière de deux événements récents : le remodelage du site Internet de l'Uneq et l'appui de l'Uneq aux auteurs et à l'éditeur de l’ouvrage Noir Canada Pillage, corruption et criminalité en Afrique paru aux Éditions Écosociété.

 

Dans le cas du remodelage de son site Internet, l'Uneq a supprimé le forum qui permettait à ses membres et aux visiteurs de s'exprimer librement sur divers sujets littéraires. [ Voir le communiqué de l'Uneq ]. L'Uneq a également profité du remodelage de son site Internet pour en supprimer son dossier consacré à la liberté d'expression. Le nouveau site de l'Uneq a été annoncé officiellement le 26 mai dernier.

 

Curieusement, un mois plus tôt, le 28 avril 2008, l'Uneq émettait un communiqué en appui aux auteurs et à l'éditeur de l’ouvrage Noir Canada Pillage, corruption et criminalité en Afrique paru aux Éditions Écosociété. Le communiqué fait suite à l'annonce d’une mise en demeure de la compagnie minière Barrick Gold contre les auteurs et l'éditeur de Noir Canada. On peut y lire : «Stanley Péan, président de l’UNEQ, tient à exprimer la solidarité des écrivains membres de l’UNEQ aux victimes de cette attaque frontale contre la liberté d’expression et le droit à l’information et demande au ministre Jacques Dupuis de procéder rapidement à la présentation d’un projet de loi qui limiterait l’usage des «poursuites-baîllons», préservant ainsi les acquis de la société civile.» [ Voir le communiqué de l'Uneq ]

 

Comment l'Union des écrivaines et des écrivains québécois peut-elle dénoncer une atteinte à la liberté d'expression lorsqu'elle limite elle-même la liberté d'expression de ses membres en supprimant de son site Internet son forum et son dossier traitant de la liberté d'expression ? S'il ne s'agit pas d'une politique du deux poids deux mesures face à la liberté d'expression, de quoi est-il question ?

 

 

Serge-André Guay, président éditeur

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

 

Voir aussi sur ce site

 

L'Union des écrivaines et des écrivains québécois appauvrit l'Internet littéraire québécois

 

Subvention du Conseil des arts du Canada pour la refonte du site Internet de l'UNEQ - La Fondation littéraire Fleur de Lys demande Conseil des arts du Canada d'adopter des normes techniques pour ses subventions aux sites Internet

Dossier du débat au sujet de l'enseignement de la littérature - Faut-il enseigner uniquement la littérature québécoise dans les collèges québécois? L'indépendance des professeurs de littérature sous pression
 

 

Liens utiles

 

Conseil des arts du Canada

 

Guide des exigences et recommandations techniques

de Culture canadienne en ligne (CCE), version 4.0

 

Site Internet remodelé de l'UNEQ

 

UNEQ - Communiqué : Lancement du nouveau site de l'UNEQ

 

 

 

Commenter cet article

 

contact@manuscritdepot.com

 

 

 

 

Partager cet article avec vos contacts sur Facebook

 

 Partager sur Facebook

 

 

 

Suivi Internet

 

Hebdo Le Plateau

 

 

 

 

Article mis en ligne le 12 juillet 2008

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

PUBLICITÉ

-

 

-

 


       Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
       La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.