Accueil

Librairie

Édition

Actualité

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys

Menu ci-dessous

Accueil

Actualités

À lire sur Internet

À ne pas manquer

Dossiers

Chaîne YouTube

RSS

 

 

 

Article mis en ligne le 27 mars 2009

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

 

Serge-André Guay, président

Fondation littéraire Fleur de Lys

contact@manuscritdepot.com

Réponse au billet

-

«Les éditeurs ne comprennent vraiment rien (croient certains)»

-

Clément Laberge, 10 mars 2009,

blogue «Du cyberespace à la cité éducative…»

 

Prière de lire ce billet avant de lire cette réponse.

 

Monsieur Laberge écrit : «Je suis évidemment d’accord pour dire que les éditeurs ne comprennent pas tout, ni individuellement ni collectivement d’ailleurs, mais peut-on pour autant leur faire la leçon sans nuance sans présumer qu’il y a sans doute quelques aspects de leur profession qui nous échappent parfois? Une partie de leur réalité économique aussi? Et qu’ils ne sont pas plus cons que nous et que leurs actions sont aussi guidées par des réflexions — qu’on a par ailleurs tout à fait le droit de ne pas partager.»

 

Monsieur Laberge a raison de souligner que les éditeurs ont le droit de ne pas partager leurs réflexions. Après tout, les maisons d'édition sont des entreprises privées. Cependant, nos éditeurs se doivent d'aborder ce droit avec une certaine éthique parce qu'ils reçoivent des deniers publics, c'est-à-dire une part des taxes et des impôts des Québécois. À titre de bénéficiaires de l'aide gouvernementale, les éditeurs devraient appliquer une politique de transparence face à la population.

 

Plus souvent qu'autrement, quand les éditeurs prennent publiquement la parole, par le biais de leur association, c'est pour justifier l'aide gouvernementale qu'ils demandent et reçoivent, sans protestation voire avec l'appui de la population.

 

Il n'en demeure pas moins que le monde de l'édition a la réputation d'être un milieu fermé et difficile d'accès pour le commun des mortels. Pour preuve, une attention médiatique quasi exceptionnelle lors de la sortie du roman «Catastrophes» de Pierre Samson levant le voile sur le milieu littéraire québécois. Rares, très rares, sont les ouvrages traitant du milieu de l'édition et de la littérature. Et encore faut-il ici ne pas oublier qu'il s'agit d'un roman. Le simple lecteur ne dispose pas de tous les éléments pour distinguer la fiction de la réalité à la lecture de ce roman.

 

L'évolution des dernières années dans le monde du livre avec l'arrivée de l'ère numérique et de l'Internet est une opportunité en or pour les éditeurs d'impliquer la population en faisant preuve de plus de transparence. Le monde du livre se transforme, la population veut avoir des nouvelles. Malheureusement, les Québécois doivent se rabattre sur ce qui se passe à l'étranger pour en savoir plus puisque nos éditeurs demeurent une fois de plus silencieux ou nébuleux.

 

La conférence de presse de l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) du 25 février dernier (2009) nous donne un bel exemple de l'hermétisme du milieu de l'édition ou, si vous préférez, de son manque de savoir-faire pour impliquer la population. Cette conférence de presse avait pour but de présenter à la population, par le biais des médias, la plateforme numérique développée sous l'égide de l'ANEL pour l'ensemble de la production littéraire francophone du Québec et du Canada (Lire le communiqué de presse - PDF). Malheureusement, on ne retrouve aucune information qui pourrait impliquer la population dans ce communiqué.

 

Alors, qu'est-ce qu'on apprend à la lecture de ce communiqué de presse ?

 

1. On apprend que l'ANEL a mis en place «un agrégateur de contenus numériques pour l’ensemble de la production littéraire francophone au Québec et au Canada». C'est bien. Mais est-ce que le lecteur moyen sait ce qu'est un «agrégateur» ?

 

2. On apprend qu'il est question d'«une plateforme informatique composée d’un entrepôt numérique, destiné à regrouper les fichiers correspondants aux livres qui sont publiés en français au Québec et au Canada, et d’un ensemble de passerelles grâce auxquelles des partenaires et des clients pourront acheter ces fichiers.» C'est bien. Mais c'est quoi une «passerelle»? Et qui sont les partenaires ? Et, quand on parle des «clients», est-ce qu'on fait allusion aux lecteurs ?

 

3. On apprend qu'il s'agit de «vente de livres numériques pour des e-readers, par exemple.» Ça, c'est un peu plus clair. Mais on peut tout de même reprocher à cette association d'éditeurs francophones l'usage du terme anglais «e-readers» au lieu de son équivalent français, livre électronique ou livrel.

 

4. On apprend aussi que «l’agrégateur travaillera prioritairement à la mise en marché auprès d’organismes susceptibles de faire des achats de contenus numériques.» Des exemples de tels organismes nous aideraient à saisir beaucoup mieux la clientèle cible dont l'ANEL tente de parler.

 

5.On apprend que «L’ANEL a choisi comme collaborateur De Marque, une société spécialisée en éducation qui développe et met en marché des médias, des contenus et des applications pédagogiques qui favorisent l'acquisition des connaissances et la maîtrise des apprentissages grâce aux technologies de l'information.» Faut-il comprendre que les institutions scolaires sont la principale cible des livres numériques québécois puisqu'on parle d'une société «spécialisée en éducation» ?

 

6. On apprend : ««La firme De Marque est fière de s’associer à l’ANEL au développement de la littérature d’ici, déclare Marc Boutet, président. En près de 20 ans, la compagnie a développé une expertise en technologie de l’information qu’elle met aujourd’hui au profit des éditeurs. L’entrepôt numérique qu’elle a développé, en étroite collaboration avec l’ANEL, représente un outil de promotion et de diffusion exceptionnel qui permettra aux éditeurs et auteurs québécois de bénéficier des revenus de ventes de contenus numériques.»» On veut des chiffres et des prévisions? Est-ce qu'une étude de marché cerne les revenus potentiels? Est-ce que l'auteur touchera les mêmes redevances sur la vente de son livre sur support papier que sur support numérique? Ça, le lecteur moyen l'aurait compris.

 

7. On apprend aussi que «Selon l’entente convenue entre ANEL et De Marque, l’ensemble des fichiers déposés dans l’agrégateur sera hébergé ici au pays.» Et «''Nous tenions à ce que les oeuvres des auteurs d’ici soient hébergées chez nous'', précise Daniel Desjardins, président du Comité de l’ANEL sur la numérisation.» La fibre nationaliste, ça marche toujours quand on parle de la littérature québécoise. Mais où ça au pays, où ça chez nous ? Au Québec ou ailleurs au Canada ?

 

8. On apprend que «L’objectif initial était – et il le demeure – de conquérir notre juste part des ventes de contenus numériques aux consortiums d’achats.» Quelle est cette juste part ? On veut des chiffres. Et on veut des exemples de «consortiums d’achats».

 

9. On apprend que «Ce projet a été rendu possible grâce à l’appui du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et du Ministère du Patrimoine canadien au titre du Programme d'aide au développement de l'industrie de l'édition (PADIÉ).» On veut savoir comment le projet a coûté et coûtera aux contribuables ? On veut les chiffres ? C'est la moindre des choses que de préciser les montants quand on annonce que tout un chacun a contribué à même ses taxes et ses impôts !

 

10. On apprend, au commencement du communiqué de presse que «Près d’un millier de fichiers ont déjà été déposés ou sont en voie de l’être» mais on ne donne aucun exemple. Ça, c'est vraiment une occasion manquée d'impliquer le lecteur qui se serait reconnu dans quelques noms d'auteurs et quelques titres de livres.

 

Bref, un communiqué de presse à l'image de notre milieu de l'édition : hermétique.

 

Quand on veut partager, on partage clairement et avec pédagogie, ce qui implique obligatoirement de donner des exemples clairs et précis, compréhensibles par tous. Une chose est certaine, ça les éditeurs n'y comprennent rien, même appuyés par une firme spécialisée en éducation.

 

Franchement, monsieur Laberge, comment pouvez-vous demander aux gens d'être positifs et constructifs, de faire des propositions au lieu de se limiter à des critiques, de nuancer leurs propos pour prendre en considération la réalité du monde de l'édition avant de se prononcer ? Pour vous exaucer, il nous faut d'abord savoir qu'est-ce qui se passe réellement, être informé adéquatement, faire partie de la réflexion. Comment ne pas être offusqué face au monde de l'édition lorsque vous écrivez qu'il a tout à fait le droit de ne pas partager ses réflexions ? On ne peut pas brandir ce droit et ensuite dicter les règles du débat, surtout lorsque ce dernier se déroule à l'extérieur de l'enceinte de l'édition entre simples observateurs.

 

Lorsque les auteurs décident de faire sauter la chaîne du livre pour entrer directement en communication avec leurs lecteurs grâce au Web, c'est souvent pour se sortir du nébuleux monde de l'édition, de son manque de transparence. Vous écrivez qu'il revient «à chacun de trouver la manière de valoriser son expertise», c'est cela que certains auteurs font sur le Web. Aussi, valoriser son expertise est possible uniquement lorsque tous les acteurs font preuve de la plus grande transparence possible.

 

Personnellement, j'observe que de plus en plus d'auteurs ne soumettent même plus leurs manuscrits à l'industrie traditionnelle du livre et se tournent d'emblée vers les éditeurs libraires en ligne sur Internet et ce comportement n'est pas étranger au fonctionnement hermétique du milieu de l'édition et au secret qui l'entoure.

 

Il faut plus de démocratie dans le milieu de l'édition et ça commence par la transparence. L'esprit positif et le dialogue suivront. C'est donnant-donnant.

 

 

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Partager cet article avec vos contacts sur Facebook

 

 Partager sur Facebook

 

Commenter cet article

 

contact@manuscritdepot.com

 

 

Référencement

 

 Communiques de presse

 

Article mis en ligne le 27 mars 2009

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

PUBLICITÉ

-

 

-

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.