Accueil

Librairie

Édition

Actualité

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys

Menu ci-dessous

Accueil

Actualités

À lire sur Internet

À ne pas manquer

Dossiers

Chaîne YouTube

RSS

 

 

 

Article mis en ligne le 18 avril 2009

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

Serge-André Guay, président

Fondation littéraire Fleur de Lys

contact@manuscritdepot.com

Le nouve@u monde du livre

 

Une révolution historique

 

Certains se demandent si les changements au sein du monde du livre à l'ère du numérique seront interprétés par les historiens comme une simple évolution ou une révolution. En fait, la réponse à cette question est fort simple. Il y a évolution dans la chaîne traditionnelle du livre et il y a révolution dans la naissance d'une nouvelle chaîne du livre. Bref, nous sommes à la fois en présence d'une évolution et d'une révolution.

 

C'est indéniable, il y a une nouvelle chaîne du livre née avec le numérique, la cyberédition et l'impression à la demande. Les caractéristiques de cette nouvelle chaîne du livre sont si opposées à celles de la chaîne traditionnelle du livre qu'il faut bel et bien parler d'une révolution.

 

Dans le cas de la chaîne traditionnelle du livre, il faut parler d'une simple évolution. L'objectif des éditeurs intéressés consiste à mettre en marché des versions numériques de leurs livres papier. Cet objectif ne remet pas en cause le fonctionnement éditorial et industriel de chaîne traditionnelle du livre. Autrement dit, la chaîne traditionnelle du livre procède à la mise au point et au lancement d'un nouveau produit pour s'adapter à la réalité du numérique.

 

C'est du moins l'état de la situation au Québec. Ailleurs dans le monde, c'est parfois différent mais là n'est pas mon propos. Ici, la chaîne traditionnelle du livre ne fait pas la révolution, elle évolue. Et ce n'est pas un choix libre. La rigidité de son fonctionnement, établi en système, ne permet pas à la chaîne traditionnelle du livre d'envisager une révolution.

 

En revanche, c'est tout à fait le contraire pour les gens en dehors du système établi. Plusieurs ont vu dans le numérique, la cyberédition et l'impression à la demande une révolution, une «transformation complète (avec l'idée de grands changements dans la société, mais sans idée de brusquerie, ni de violence)» (Le grand Robert de la langue française). Notez bien qu'il ne s'agit pas de révolte, d'insurrection et de rébellion ou encore de renversement du pouvoir établi. Il est plutôt question d'un NOUVEAU monde du livre et non pas d'une guerre livrée à la chaîne traditionnelle du livre.

 

Pour certains, toute révolution est négative. Clément Laberge, de la firme DeMarque et coordonnateur du projet d'entrepôt numérique pour l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), écrit dans son billet «De l’audace sans la révolution: le rôle de passeur» :

 

«(...) Je ne crois toujours pas dans la révolution — ni dans le monde du livre, ni dans la vie en général, d’ailleurs. Et je ne crois pas que cela soit contradictoire avec l’audace, le fait d’être fonceur ou de jouer un rôle de pionnier.

 

Je ne crois pas dans la révolution parce que j’ai confiance dans l’être humain — dans chaque être humain — et que je refuse de me poser comme celui qui sait devant celui qui ne sait pas. Je réfute la posture d’autoritarisme qui accompagne la perspective révolutionnaire. Il n’y a pas « mon projet » contre « l’autre projet » — il n’y a pas « ce que je propose » devant « ce qui existe » — seul le dialogue compte, celui qui nous permettra de passer d’une « situation vécue » à une « situation désirée » (s’appuyant sur un désir qui, dans une perspective sociale, doit forcément faire l’objet d’une négociation).»

Source

 

Monsieur Laberge a tout à fait le droit de ne pas croire dans la révolution. C'est une croyance comme une autre. Cependant, faire la révolution, ce n'est pas imposer sa vérité à l'autre et encore moins faire preuve d'autoritarisme, du moins dans la révolution qui a donné naissance au nouve@u monde du livre. Dans sa révolution, le nouve@u monde du livre s'est proposé comme une alternative à la chaîne traditionnelle du livre. Les révolutionnaires du nouve@u monde du livre n'avaient pas et n'ont jamais eu pour but de remplacer la chaîne traditionnelle du livre mais d'ouvrir une nouvelle voie pour les auteurs et les lecteurs. C'était cette nouvelle voie qui constituait en soi une révolution car, auparavant, il n'y avait point de salut en dehors de la chaîne traditionnelle du livre.

 

Quand monsieur Laberge écrit «seul le dialogue compte», faut-il lire que les pionniers du nouve@u monde du livre auraient dû discuter de leur révolution avec la chaîne traditionnelle du livre avant de la proposer en alternative aux auteurs et aux lecteurs ? Personnellement et à titre de président fondateur de la Fondation littéraire Fleur de Lys, j'ai tendu la main à la chaîne traditionnelle du livre lors du lancement de notre maison d'édition et de notre librairie en ligne en 2003 mais aucun dialogue a suivi. C'est dans les rangs même de la chaîne traditionnelle du livre qu'il y a un manque de dialogue, notamment avec l'extérieur, par exemple, avec les artisans du nouve@u monde du livre.

 

J'ai l'impression que la chaîne traditionnelle du livre se pose en contre-révolutionnaire au Québec. Si tel est le cas, voici une preuve de plus que le nouve@u monde du livre est une révolution historique incontournable.

 

 

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys

 

TEXTE & DIAPOSITIVES DE LA CONFÉRENCE

«Le nouve@u monde du livre»

Didier Fessou

Chroniqueur littéraire

28 avril 2009
 

«J'ai lu le texte de votre conférence et j'ai regardé les illustrations

passionnant ! et extraordinairement précis et bien informé !
je vous félicite
c'est un document de référence que j'ai l'intention de conserver.»

 

Didier Fessou,

chroniqueur littéraire, LE SOLEIL

TEXTE & DIAPOSITIVES DE LA CONFÉRENCE

«Le nouve@u monde du livre»

 

Maintenant disponibles gratuitement - Le texte et les diapositives de la conférence «Le nouve@u monde du livre» présentée dans le cadre de la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur le 23 avril 2009 à la Bibliothèque municipale de Lévis, Québec, Canada.

Le texte de la conférence (PDF)

Les diapositives de la conférence (PDF)

 

Partager cet article avec vos contacts sur Facebook

 

 Partager sur Facebook

 

Commenter cet article

 

contact@manuscritdepot.com

 

 

Référencement

 

 Communiques de presse

 

Article mis en ligne le 18 avril 2009

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

PUBLICITÉ

-

 

-

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.