Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

 
 

Centre d'information sur l'édition en ligne

(numérique, impression à la demande, ebook,...)

 

Vous êtes dans la SECTION I

Informations publiées sur ce site

SECTION II

Informations publiées sur Internet

SECTION III

Exemples de contrats d'édition

 

 

Initiation à l'édition en ligne

 Partager sur Facebook

 

 

Serge-André Guay, président

Fondation littéraire Fleur de Lys

contact@manuscritdepot.com

 

Mon aventure

sur l’Internet littéraire

 

L’an 2000 fut pour moi une occasion en or pour faire le point sur ma vie. Âgé de 43 ans, marié et père de quatre adolescents, je venais de tout perdre dans la faillite de ma firme de recherche en marketing. Jamais je n’aurais cru entrer dans le nouveau millénaire le cul sur la paille et plongé dans une profonde dépression.

 

Mes convictions les plus profondes vacillaient sur leur base et les questions sur la vie et son sens fusaient de toutes parts, sans réponse.  Mon esprit emporté par le courant et mon cœur noyé dans le chagrin, j’appréhendais une fin toujours plus tragique. Il me fallait absolument trouver un moyen pour rejoindre la rive, sécher mes larmes et reprendre possession de mes moyens.

 

L’écriture, voilà sans doute l’une des meilleures thérapies pour dresser un bilan et entrevoir à nouveau l’avenir d’un bon œil. Fidèle compagne de mon adolescence à travers la poésie, j’avais alors choisi l’alphabet comme d’autres préfèrent les nombres. J’ai donc écrit toute ma vie dans le cadre de ma carrière en communication et en marketing. Il me fallait revenir à une écriture purement personnelle pour en tirer les bénéfices d’une thérapie. Je voulais passer en revue toutes mes connaissances personnelles pour comprendre mon évolution dans l’espoir de retrouver le nord. J’eu alors l’idée de témoigner de ma vie dans d’un essai de gouvernance personnelle. Douze chapitres, chacun dédié à un type de pensée : la pensée certaine, la pensée malheureuse, la pensée heureuse, etc. L’ouvrage trouvera son titre deux ans plus tard lors d’une soirée du temps des Fêtes à la suite du commentaire d’un voisin invité devant les 350 pages imprimées du manuscrit. « Vous aimez ça penser », me dit l’homme. Le livre fut baptisé « J’aime penser ».

La thérapie de l’écriture avait fait son effet et je souhaitais désormais la partager avec d’autres, c’est-à-dire être édité. Mais je n’encaissais qu’un refus après l’autre des éditeurs sollicités. Ce fut tout un choc d’apprendre que les éditeurs refusent plus de 90 % des manuscrits soumis à leur attention. Autrement dit, nos librairies, aussi grandes puissent-elles être, nous offrent seulement 10 % des écrits de nos auteurs, amateurs et professionnels. Le choc fut double lorsque j’appris que la durée de vie d’une nouveauté en librairie dépassait rarement trois mois. Au terme de cette trop courte période, le livre passe dans la catégorie des invendus et les exemplaires sont retournés à l’éditeur. Ce dernier passe ensuite à l’étape du « pilonnage », la destruction pure et simple des exemplaires invendus ou leur mise en vente dans les circuits du solde. Cette étape sera précédée par un appel téléphonique de l’éditeur à l’auteur où il lui offre d’acheter à rabais des exemplaires de son livre. Certains estiment qu’un cinquième de la production de livres subit le « pilon ». On parle aussi d’un taux global de retour de 31 % au Québec. Bref, le rêve de l’auteur de voir son livre en vitrine des librairies peut vite se transformer en cauchemar. C’est là une réalité plutôt choquante que je découvrais dans ma quête d’un éditeur.

J’eus l’idée de contourner cette industrie du livre en publiant mon livre sur Internet. Déformation professionnelle oblige, une étude du marché s’imposait, d’autant plus que je ne connaissais strictement rien à l’Internet et encore moins le nouveau monde du livre dont on parlait. Pour tout vous dire, je n’avais même pas un ordinateur suffisamment à jour pour me brancher au réseau Internet. Ma découverte de l’Internet littéraire se passa à un poste informatique de ma bibliothèque municipale.
 


J’imprimais tout ce que je trouvais sur le sujet pour une lecture attentive à la maison. Neuf mois et dix milles pages plus tard, je concluais mon étude de marché sur ce constat : il y a un marché pour le livre édité sur Internet, sur support numérique (PDF) et sur support papier imprimé à la demande (un exemplaire à la fois à la demande expresse de chaque lecteur). J’avais dénombré pas moins d’une trentaine de cyberéditeurs dans la grande Europe, dont une quinzaine de langue française en France. Mais je ne voulais pas confier mon manuscrit à un éditeur d’outremer. Malheureusement, on ne trouvait aucune alternative du genre au Québec. À l’époque, j’avais compté près de trois cents cyberéditeurs aux États-Unis, tous de langue anglaise alors que je préférais échanger avec mon futur éditeur en français.

Je me retrouvais tout fin seul avec mon projet. Et je n’avais pas les connaissances techniques pour y parvenir seul. Le montage d’un site Internet et le commerce en ligne m’apparaissaient d’une complexité extrême et je ne disposais pas des moyens financiers pour retenir les services d’experts en la matière.

Seul, certainement pas. Mais en groupe, tout est possible. J’ai décidé d’ouvrir mon projet personnel d’édition en ligne à tous les intéressés, auteurs et lecteurs d’ici et d’ailleurs. Je me suis alors donné la mission de doter le Québec de son premier cyberéditeur, avec impression papier à la demande. En janvier 2003, j’entrepris de me familiariser avec le montage d’un site Internet. Un ordinateur usagé à 200.00 $ ferait l’affaire. Et, après trois longs mois d’essais et d’erreurs, j’avais confectionné un site Internet d’information avec un sondage d’orientation du projet. La mise en ligne du site sur le réseau Internet a eu lieu à une date symbolique, le 23 juin, veille de la fête nationale des Québécois. J’étais raccordé au réseau et la campagne d’information pouvait commencer.

J’ai repéré des centaines d’auteurs sur le web et envoyé des milliers de courriels avec un lien vers le site Internet du projet tout au long de l’été. En septembre, nous étions plus de 150 auteurs intéressés au projet et déjà quelques-uns d’entre eux me pressaient de réaliser l’édition de leurs livres à temps pour les offrir en cadeaux de Noël.

Le sondage à compléter pour démontrer son intérêt au projet indiquait que la majorité des auteurs souhaitait que la maison d’édition en ligne soit doublée d’une librairie en ligne. Les auteurs demandaient également que l’entreprise soit à but non lucratif. Mais le nom que j’avais donné au projet ne plaisait pas à tous : « Manuscrit dépôt ». En novembre, le temps venu d’incorporer l’entreprise, le projet fut rebaptisé « Fondation littéraire Fleur de Lys » pour le plus grand bonheur de tous.

Si le travail d’édition ne me causait pas trop de problèmes en raison de mes expériences professionnelles et de ma maîtrise des logiciels utiles à la mise en page et à la confection des maquettes pour l’imprimeur, le commerce en ligne revenait me hanter et me presser. Mes appels à tous restaient vains. Personne ne s’y connaissait. Puis, quelques jours avant Noël, un nouvel auteur se joignit au groupe et proposa de mettre son expertise du commerce en ligne à notre service. Le stress tomba à plat et nous fûmes alors capables de vendre les premiers exemplaires de nos premiers livres pour Noël, avec livraison pour le Jour de l’An. Ouf!

Évidemment, il y avait eu un autre problème de taille à régler : trouver un imprimeur qui accepterait de produire un seul exemplaire à la fois. Le Québec ne possédait aucun appareil d’impression à la demande et le seul disponible à l’époque coûtait plus d’un million de dollars. Notre projet était trop embryonnaire pour qu’un imprimeur investisse une telle somme. Il nous fallait absolument trouver un imprimeur qui accepterait de nous offrir l’impression à la demande de façon artisanale. Et ce n’est qu’à la dernière minute que notre recherche fut fructueuse.

Véritable fait d’armes, La Fondation littéraire Fleur de Lys parviendra à autofinancer ses dépenses avant même son premier anniversaire, et ce, avec pour seule source de revenus, les ventes dans sa librairie en ligne. Par contre, les années passèrent et ne se ressemblèrent pas toutes. Ainsi, une contribution financière fut imposée à l’auteur pour assurer la pérennité de l’organisme en l’absence d’aide financière gouvernementale.

Pris dans le train-train quotidien de la Fondation, ce n’est qu’après la première année d’activités que j’ai procédé à l’édition de mon propre livre, «J’aime penser», avec une nouvelle idée en tête : offrir la version numérique (PDF) gratuitement. Plusieurs auteurs de la Fondation ont emprunté le même chemin. Depuis, mon livre a été téléchargé gratuitement plus de 5 000 fois et il se classe en tête du palmarès des livres numériques gratuits les plus populaires de notre site Internet. Je voulais être lu et c’est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour atteindre mon but.

Aujourd’hui, six ans après son lancement, la Fondation compte 350 titres en différents genres littéraires à son catalogue. Le site a reçu plus d’un million de visites uniques depuis son lancement. Au départ, le site comptait 50 pages. Il en totalise maintenant plus de 2 800, une pour chacun des livres édités et les autres pour informer et former les visiteurs à l’édition en ligne, aux droits d’auteurs, au nouveau monde du livre et à l’Internet littéraire.
 

 

 

Serge-André Guay, président et éditeur

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

9 septembre 2009

 


Partager cet article avec vos contacts sur Facebook

 

 Partager sur Facebook

 

Commenter cet article

 

Référencement

 

 Communiques de presse

 

 

SECTION I

Informations publiées sur ce site

SECTION II

Informations publiées sur Internet

 

Nous éditons votre livre en format papier et numérique

En savoir plus

Centre d'information sur les droits d'auteur

Les types de droits d'auteur

La protection et la gestion des droits d'auteur

Centre d'information sur l'édition en ligne

Ce centre d'information se veut une mine de renseignements pour quiconque souhaite découvrir le nouveau monde du livre.

Accueil

Centre de formation

Conférences, ateliers
et séminaires pour
le grand public,
les étudiants
et les enseignants.

Accueil

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.