Accueil

Librairie

Édition

Actualité

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys

Menu ci-dessous

Accueil

Actualités

À lire sur Internet

À ne pas manquer

Dossiers

Chaîne YouTube

RSS

 

 

 

Article mis en ligne le 25 octobre 2009

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

Serge-André Guay, président

Fondation littéraire Fleur de Lys

contact@manuscritdepot.com

Fermeture des sites Biblio.fr et Zazieweb

Hommage aux amateurs et aux artisans, par opposition aux professionnels et aux industriels

 

Au départ, les spécialistes n'envisageaient pas que les amateurs et les artisans s'approprieraient les nouvelles technologies, y compris celles de l'Internet.  Autrement dit, on prévoyait plutôt que l'avenir de ces nouvelles technologies serait avant tout l'affaire des professionnels et des industriels.

 

C'est d'ailleurs pourquoi le web n'était qu'une simple vitrine au cours de ses premières années d'existence. Les professionnels et les industriels «se montraient des choses» (textes et images) entre eux, l'accès aux ordinateurs et à l'Internet étant trop dispendieux pour le simple citoyen. Puis, les prix à la baisse aidant, le bon peuple a pu acheter des ordinateurs personnels et se brancher au réseau Internet. Pour les industriels, fournisseurs de produits et de services, la boucle était bouclée. On avait des produits et des services destinés à un marché bien cerné et qui ne cesserait de grandir.

 

Mais au-delà de l'émerveillement instantané du citoyen face à ces nouvelles technologies une déception frappa de plein fouet les amateurs : le web était à sens unique. Seuls les professionnels initiés contrôlaient la technologie et les contenus. Le simple citoyen, amateur ou créateur, ne pouvait pas y contribuer. Il était réduit une fois de plus au statut de simple observateur, comme devant sa télévision. Imaginez la frustration du créateur face au web, une frustration d'autant plus grande qu'il vient d'investir des milliers de dollars dans l'achat d'un ordinateur et des dizaines de dollars de plus pour le brancher au réseau Internet.

 

Une vive protestation a poussé les industriels à développer des logiciels pour le montage d'un site Internet dit «personnel», lire «amateur». C'est ainsi que sont entrés en scène des milliers d'amateurs sur le web. Et ils ont pris les devants sur les professionnels et les industriels hésitant encore à se lancer dans l'aventure du web. Autrement dit, bon nombre de simples citoyens eurent leurs sites Internet personnels avant même plusieurs entreprises.

 

Ce fut le cas d'Isabelle Aveline qui a fondé Zazieweb il y a treize ans, le tout premier site littéraire de la France. «Lancé comme un site personnel, il avait évolué vers le collectif et affichait 250,000 visiteurs uniques par mois, près de 22,000 membres inscrits et près de 20,000 abonnés à la lettre d’information», écrit le journaliste du quotidien français LIBÉRATION, Frédérique Roussel (source). Son article fait écho à une très mauvaise nouvelle : le 24 septembre dernier, Isabelle Aveline a annoncé la fermeture de Zazieweb. «La fondatrice, en quête de soutiens financiers et institutionnels depuis des années, a finalement abandonné. Même si le site avait besoin d’une sérieuse refonte, son potentiel tenait à la générosité collaborative de lecteurs» explique le journaliste.

 

Mais comment un site avec 250,000 visiteurs uniques par mois, près de 22,000 membres inscrits et près de 20,000 abonnés peut-il ainsi fermer ses portes ? Voici l'explication de sa fondatrice :

 

« Une base de données seule ne sert à rien, explique Aveline. C’était un projet de communauté éditorialisée qui partait du lecteur et c’est le lecteur qui est le plus à même de vendre des livres. On parle beaucoup de médiation dans le livre aujourd’hui, mais tout est enfermé dans des catégories : libraires, éditeurs, bibliothèques… »

 

Biblio.fr et Zazieweb dans le tombeau, Frédérique Roussel,

LIBÉRATION, samedi 24 octobre

 

 

Bref, Zazieweb a été victime du corporatisme du milieu du livre : « (...) mais tout est enfermé dans des catégories : libraires, éditeurs, bibliothèques…». Notez que ce corporatisme ne se limite pas à l'entreprise privée du livre puisqu'il s'étend aux institutions publiques tel que les bibliothèques et, pis encore, aux gouvernements qui l'appliquent jusque dans leurs programmes d'aide financière. Il en va de même au Québec. Dommage, car ce sont les amateurs et leurs expériences bénévoles, personnelles ou communautaires, qui font l'originalité du web en plus d'en assurer la démocratisation. Mais pourquoi diable les gouvernements n'encouragent pas les amateurs à poursuivre leur travail de pionniers et d'innovateurs ?

 

Pour comprendre l'importance de l'amateur et de l'artisan,

je vous recommande d'écouter cette conférence :

 

Bernard Stiegler

25 octobre 2009 Conférence à écouter en ligne 47:34 m.

Figure de l'amateur et innovation ascendante (Bernard Stiegler)

Bernard Stiegler, directeur de l'Institut de Recherche et d'Innovation du Centre Georges Pompidou, professeur au  Goldsmiths College (Université de Londres) et  à l'Université de Technologie de Compiègne, est philosophe et docteur de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a été directeur de programme au Collège international de philosophie, directeur de l'unité de recherche Connaissances, Organisations et Systèmes Techniques, qu'il y a fondée en 1993, directeur général adjoint de l'Institut National de l'Audiovisuel, directeur de l'IRCAM, puis directeur du département du développement culturel du Centre Georges Pompidou.

» » » Télécharger le fichier audio de la conférence

 

 

Serge-André Guay, président éditeur

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Téléphone : 581-988-7146 (Lévis, Québec)

Courriel : contact@manuscritdepot.com



ADRESSE POSTALE
Fondation littéraire Fleur de Lys,
31, rue St-Joseph,
Lévis,
Québec,
Canada.
G6V 1A8

ADRESSE ÉLECTRONIQUE
paniers-noel-litteraires@manuscritdepot.com 

SITE INTERNET
http://www.manuscritdepot.com

 

Partager ce communiquer de presse avec vos contacts sur Facebook

 

 Partager sur Facebook

 

Commenter ce communiquer de presse

 

contact@manuscritdepot.com

 

 

Référencement

 

 Communiques de presse

 

Article mis en ligne le 25 octobre 2009

[ Retour à la page d'accueil du magazine ]

 

PUBLICITÉ

-

 

-

 

 

© 2009 Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.