Accueil

Librairie

Édition

Formation

Webzine

 Nous

Contact

Recherche

 
 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys – Montréal, Qc.

 

Accueil

Actualités

Dossiers

À ne pas manquer

Abonnement

@ Écrivez-nous

Dernière modification : 13/01/15 à 13:55

7 novembre 2007

 

Réflexions au sujet du Forum sur la littérature nationale du 1er novembre 2007 à Montréal

 

Forum sur la littérature nationale... industrielle

 

Dans un communiqué de presse publié sur Marketwire le 22 octobre dernier, on pouvait lire : «L'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) et l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) rendront publiques les conclusions du Forum sur la littérature nationale au Centre d'archives de Montréal, le 1er novembre prochain.» En fait, il fut uniquement question de la littérature nationale «industrielle».

 

Nous en avons pour preuve la présentation exclusivement économique de cette «littérature nationale» signée par

l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) et l'Union des Écrivaines et des Écrivains Québécois (UNEQ), les organisateurs du forum:

 

 

Le livre, "un poids lourd" de la culture québécoise

 

L'industrie du livre est en pleine croissance au Québec. Chaque année, 4 400 titres sont édités. Quant aux revenus attribuables à la vente de livres, ils étaient de 731 M$ en 2005 par rapport à 616,2 M$ en 2001. C'est bien supérieur à ceux que génèrent le disque (288 M$, en 2001) et le spectacle de variétés (127,6 M$, en 2005). Le marché du livre équivaut à celui du film dont le chiffre d'affaires est d'environ 800 M$ par an (les recettes en salles et les revenus du DVD). Soulignons également qu'on comptait 4 300 professionnels de l'écriture au Québec en 2003-2004, dont près de 1 400 écrivains, et que 10 552 emplois dépendaient de l'industrie du livre, en 1998.

 

Source

 

 

Les écrivains dont il est question ci-dessus sont nul autre que les 1,389 membres de l'UNEQ, d'où que l'on affirme dénombrer «près de 1 400 écrivains». On se souviendra que l'UNEQ n'accorde pas le titre d'écrivain à «toute personne qui compose des ouvrages littéraires», comme le font les dictionnaires. L'UNEQ a sa propre définition de l'écrivain liée aux conditions de son membership:

 

 

Membre titulaire

Si vous êtes le seul auteur d'au moins deux livres – d'un minimum de 48 pages – publiés par une maison d'édition reconnue et que ces deux livres appartiennent à l'un ou l'autre des genres suivants : le roman, le récit, la nouvelle, le conte, la poésie, le théâtre, l'essai. On entend par maison d'édition reconnue une maison d'édition subventionnée ou qui fait partie d'une association d'éditeurs.

 

Cotisation annuelle - Membre titulaire : 140 $

 

Source

 

 

Si vous ne correspondez pas cette définition, par exemple, parce que vous êtes l'auteur ou le coauteur d'un seul livre ou parce que vous êtes un auteur autoédité, on vous offre de devenir «membre associé» plutôt que «membre titulaire».

 

 

Membre associé
  • Si vous êtes le seul auteur ou le coauteur d'un livre – d'un minimum de 48 pages – publié par une maison d'édition reconnue et que ce livre appartient à l'un ou l'autre des genres suivants : le roman, le récit, la nouvelle, le conte, la poésie, le théâtre, l'essai, l'étude (littéraire, artistique, psychologique, scientifique, historique, sociologique, politique) ; la thèse, le mémoire ; le pamphlet ; la biographie ; le recueil d'articles, d'entretiens ou d'entrevues ; le recueil de paroles de chansons ou de monologues.
     

  • Si vous avez publié au moins un livre – d'un minimum de 48 pages – qui est : un livre autoédité ; un livre d'artiste, un livre-objet, une bande dessinée ; un cahier de paroles et musique de chansons, un recueil d'histoires drôles ; un catalogue d'exposition ; un dictionnaire, un atlas, une encyclopédie ; un guide ou un manuel (pédagogique, scolaire, religieux, de psychologie populaire, etc.) ; un livre pratique (recettes de toutes sortes), un cahier d'exercices ; un répertoire, un index, une compilation, une bibliographie, une chronologie, une généalogie ; un rapport, une enquête.
     

  • Si vous êtes le seul auteur ou le coauteur de la traduction ou de l'adaptation d'un livre – d'un minimum de 48 pages – publié par une maison d'édition reconnue dans les genres précédemment nommés.
     

  • Si vous êtes le directeur ou le codirecteur de publication des actes d'un colloque, d'un congrès ou d'un séminaire.
     

  • Si vous avez publié un livre pour enfants d'au moins 24 pages.

Cotisation annuelle - Membre associé : 115 $

Source

 

 

Seul le membre titulaire a droit au titre d'écrivain tandis que les autres y sont uniquement associé.

 

Les auteurs édités par une maison d'édition en ligne sur Internet ne peuvent pas devenir membres titulaires parce que cette maison d'édition ne correspond pas à la définition d'une maison d'édition reconnue selon l'UNEQ: «On entend par maison d'édition reconnue une maison d'édition subventionnée ou qui fait partie d'une association d'éditeurs.» L'édition en ligne au Québec n'est pas subventionnée et il n'y a aucune association d'éditeurs auquel l'éditeur en ligne peut se joindre car on prend pour acquis que pour être reconnu comme éditeur, ce dernier doit distribuer ses livres en librairies, ce qui n'est pas le cas des éditeurs en ligne sur Internet.

 

Aussi, les auteurs édités à compte d'auteur ne peuvent pas devenir membres de l'Union des Écrivaines et des Écrivains Québécois et les éditeurs à compte d'auteur ne peuvent pas devenir membres de l'Association nationale des éditeurs de livres (article 6.1 des Règlements généraux).

 

Somme toute, lorsque l'UNEQ et l'ANEL parle de «littérature nationale», elles font principalement allusion aux livres dont l'édition est subventionnée par l'état et qui se retrouvent en librairies, bref, de la littérature nationale industrielle. La préoccupation n'est pas littéraire mais économique. C'est de prospérité dont parle Stanley Péan, président de l'Union des Écrivaines et des Écrivains Québécois:

 

 

"De ce chemin de Damas qui est le nôtre et au bout duquel nous arrivons donc aujourd'hui, nous espérons le changement d'attitude radical qui nous permettra de relever tous les défis que posent notre projet de conquête d'un espace tenu pour nécessaire à la prospérité de notre littérature... "

 

Stanley Péan, président de l'UNEQ

 

Source

 

 

 

L'Association nationale des éditeurs de livres

confond une fois encore l'histoire de la littérature québécoise avec sa propre histoire
 

 

Quand le président de l'Association nationale des éditeurs de livres se réfère à «la courte histoire de notre littérature», il fait sans doute allusion à la courte histoire de «l'industrie québécoise du livre» née au cours des années 60 grâce aux subventions gouvernementales, comme le fait d'ailleurs le Gouvernement du Québec dans son portail international.

 

 

«Littérature

La littérature québécoise est relativement jeune. Vers la moitié du 19e siècle, on voit apparaître les premiers écrits québécois. Ces derniers s'inscrivaient dans un courant nationaliste dépeignant une société rurale, axée sur la famille, la terre et la religion. Parmi les romans du terroir on trouve « Menaud, maître-draveur » (1937) de Félix Antoine Savard, « Le survenant » (1945) de Germaine Guèvremont et « Trente arpents » (1938) de Louis Ringuet (pseudonyme de Philippe Panneton). Cette tendance se maintient jusqu'à la Seconde Guerre mondiale où, durant l'après-guerre, on remarque une préférence pour les romans de mœurs urbaines. Cette littérature d'observation, réaliste et contestatrice, compte parmi ses grands titres « Les Plouffe » (1948) de Roger Lemelin. C'est en 1960, avec la Révolution tranquille, que l'industrie de la littérature québécoise commence à se doter de véritables structures. Sortant de la période dite de « grande noirceur », les écrivains québécois revendiquent leur identité culturelle. C'est le foisonnement de nouveaux auteurs. Aujourd'hui, au Québec, il se publie environ 4 000 titres par année.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec vous permettent d'accéder aux richesses du patrimoine documentaire québécois et universel.»

 

Source : Portail international du gouvernement du Québec

 

 

En fait, l'histoire de notre littérature ne remonte pas «vers la moitié du 19e siècle» mais à au moins 1757, année où on a relevé l'existence d'un cercle littéraire à Québec. (Source) Il faut lire l'insignifiante «Brève histoire du livre» publiée sur le site de l'Association nationale des éditeurs de livres pour comprendre à quel point cette organisation d'industriels du livre confond l'histoire de notre littérature avec sa propre histoire... économique.

 

La littérature est une chose, l'économie qui l'exploite en est une autre. L'écrivain n'attend pas qu'une librairie ouvre ses portes dans son village ou son quartier pour se lancer dans la composition d'une oeuvre littéraire. C'est en son âme et conscience que naît et vit la littérature, qu'importe l'économie du livre.

 

L'UNEQ et l'ANEL nous laissent croire que la littérature nationale québécoise vit et vivra que si l'économie du livre se porte bien, d'où leurs demandes d'investissements sans cesse répétées. La dernière en liste à l'occasion de ce forum sur la littérature nationale:

 

 

Plus forts et solidaires que jamais, les acteurs du milieu du livre lancent maintenant la balle aux gouvernements pour qu'ils annoncent à leur tour les mesures qu'ils entendent prendre pour appuyer ces efforts considérables qui ont été déployés dans le milieu.

 

Source

 

 

Dans les sociétés affairistes où l'économie de la littérature prime sur la littérature elle-même, l'écrivain veut faire de l'argent avec son livre. Les nouveaux auteurs sont plus particulièrement vulnérables à cette motivation mercantile. On se met à l'écriture pour en faire un loisir... payant. Plusieurs rêvent de vivre de leurs écrits avant même de jeter sur papier le premier mot de leurs oeuvres. Ils se voient déjà accorder des entrevues aux médias et animer des conférences pour mousser la vente de leurs livres. En bout de ligne, la littérature devient un simple accessoire pour faire de l'argent, être reconnu et aimé du plus grand nombre de «consommateurs».

 

Certes, on mettra de l'avant d'autres intentions soigneusement anoblies mais très vites trahies par le comportement sur le terrain, notamment, par les demandes adressées à l'éditeur. L'auteur voudra une redevance plus élevée pour faire plus d'argent sur la vente en librairies, un rabais plus substantiel sur les exemplaires qu'il achète pour faire plus d'argent à la revente à ses contacts, voire une redevance sur ces exemplaires qu'il achète à rabais pour lui-même, un plus grand nombre de copies médias gratuites, des signets, des affiches, des annonces dans les médias, une place plus vendeuse en librairies, un plus grand nombre d'invités au lancement pour vendre un plus grand nombre d'exemplaires,...

 

Certaines personnes associeront mon propos au soit disant fait que les Québécois perçoivent négativement les gens qui font ou qui cherchent à faire plus d'argent que les autres. Mais ce n'est pas mon cas, même à l'égard de l'industrie du livre et de ses acteurs.

 

Ce que je dénonce ici, c'est l'appropriation de la littérature par l'industrie du livre. Cette industrie laisse croire aux auteurs et aux lecteurs que son produit est la littérature, que la littérature à défendre et digne d'une aide gouvernementale est uniquement celle qu'elle édite, distribue et vend. Or, cette industrie refuse plus de 90% des manuscrits soumis à son attention! En d'autres mots, quand un lecteur visite une librairie, il y trouve moins de 10% des ouvrages littéraires québécois parce que les éditeurs en rejettent 90%. Et ces refus sont principalement motivés par des critères commerciaux ou purement économiques. Vous n'allez tout de même pas me dire que seulement 10% des ouvrages littéraires québécois méritent de faire officiellement partie de la littérature, à moins d'admettre qu'il s'agit ici uniquement de la littérature industrielle!

 

 

L'industrie du livre brandit encore et toujours
le spectre de la pauvreté en ses rangs même si elle soutire déjà 40 M$ de nos taxes et de nos impôts aux gouvernements
 

L'industrie du livre n'est dépositaire que de 10% de la littérature québécoise mais elle s'accapare 100% de l'aide gouvernementale. En 2005-2006, cette industrie a obtenu une aide financière de 15,124,099 $ de la So-

ciété de développement des entreprises culturelles du gouvernement Québec (SODEC), soit la plus grande aide accordée par une province ou un territoire du Canada à son industrie du livre(Source). Elle aussi reçu 14,200,000 $ dans le cadre du du volet «Aide aux éditeurs» du «Programme d'aide au développement de l'industrie de l'édition» du ministère du Patrimoine canadien du gouvernement du Canada, 4,216,319 $ du Conseil des arts du Canada dans le cadre du programme «Aide à l'édition de livres : Subventions globales» (Source), 2,945,752 du Conseil des arts et des lettres du Québec (Source) et 4,271,200 $ des «Projets de développement des collections des bibliothèques publiques autonomes» réservés à l'achat de livres (Source). Au total, l'industrie du livre puise 40,757,370 $ des taxes et des impôts que nous versons aux gouvernements du Québec et du Canada.

 

Évidemment, l'industrie du livre ne se contente pas de ces aides nationales; elle gruge aussi tout ce qu'elle peut sur les scènes régionales et municipales, notamment une part des 6,116,400 $ dans le cadre des «Ententes de développement culturel» entre les villes et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec (Source). Par exemple, l'industrie du livre va chercher 402,000 $ au Conseil des arts de la ville de Montréal (Source), 72,500 $ au Conseil des arts de la ville de Québec (Source) et ainsi de suite auprès de 64 autres villes ou municipalités régionales de comté (Source).

 

 

Avec plus de 40 millions de dollars en subventions et en crédits d'impôt gouvernementaux qui lui permettent de réaliser bon an mal an un chiffre d'affaires dépassant les 730 millions de dollars, l'industrie du livre a osé se dire pauvre et crier famine lors de ce forum sur la littérature nationale.

 

 

Forum sur la littérature nationale - Des mesures dispersées pour en finir avec la pauvreté du milieu du livre

 

Les acteurs du milieu littéraire québécois sont pauvres. Gaston Bellemare, le président de l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), va jusqu'à parler à leur sujet d'«anorexie». «Les [petits] éditeurs doivent souvent exercer un autre métier pour vivre», souligne-t-il, ce qui est d'ailleurs aussi largement le cas des auteurs. C'est ce constat qui a lancé les discussions au forum sur la littérature nationale, qui se concluait hier au Centre d'archives de Montréal, rue Viger.

 

Le Devoir, Caroline Montpetit, Édition du vendredi 2 novembre 2007
 

Source

 

La littérature québécoise représente tout de même 40 % des ventes du genre; certains industriels visent 60 %. Entre-temps, «les éditeurs partagent la pauvreté de leurs auteurs», prétend Gaston Bellemare qui partageait aussi avec un auteur la présidence de ce forum : Stanley Péan, président de l’Union des écrivains québécois (UNEQ), qui réclame des intervenants «un changement radical d’attitude garant de la suite du monde».

 

La presse, Daniel Lemay, Édition du vendredi 2 novembre 2007

 

Source

 

 

Qu'on me nomme un seul éditeur si pauvre qu'il est bénéficiaire de l'aide sociale et doive fréquenter les banques alimentaires, les Magasins-Partage ou Jeunesse au Soleil. Depuis plusieurs années, l'industrie du livre a pris la très mauvaise habitude de brandir le spectre de la pauvreté pour soutirer une part toujours plus importante des taxes et des impôts que nous versons aux gouvernements. Elle en vient ainsi à banaliser la pauvreté.

 

Que les petits éditeurs qui ne parviennent pas à générer suffisamment de profit pour s'assurer le salaire d'un employé permanent et «doivent souvent exercer un autre métier» n'est pas une tare. Il y a des centaines d'aspirants entrepreneurs dans la même situation, à une différence près: ils n'ont généralement pas droit à une aide gouvernementale en raison de leur statut ou du secteur d'activités, contrairement aux petits éditeurs.

 

Quant aux auteurs, seuls ceux qui se retrouvent sur l'aide sociale parce qu'ils misent exclusivement sur l'écriture pour vivre sans y parvenir sont réellement à plaindre. S'il est vrai que la très grande majorité des auteurs québécois ne vivent pas de leurs écrits, ils ne sont pas pour autant «pauvres» puisque l'écriture est pour eux un loisir en marge de leur emploi ou une activité de leur retraite.

 

Si l'industrie du livre se soucie réellement de la pauvreté, qu'elle viennent elle-même en aide aux auteurs assistés-sociaux en partageant ses subventions et ses revenus avec eux. Mais qu'importe l'augmentation des subventions gouvernementales à l'industrie du livre, les redevances aux auteurs demeurent à toutes fins pratiques les mêmes depuis plusieurs années: 10%.

 

 

Les statistiques qui suivent sont tirées de l'étude Les chiffres des mots - Portrait économique du livre au Québec, Marc Ménard, Société de développement des entreprises culturelles, gouvernement du Québec, 2001, page 133, pp 149-150.

 

Source

 

 

Or, l'éditeur touche en moyenne 3,802 $ d’aide publique par titre édité  et, le cas échéant, un crédit d'impôt de 1,517 $ représentant 20 % du coût de préparation et 10 % des frais d’impression du premier tirage, pour un grand total de 5,319 $ d'aide financière gouvernementale par titre édité.

 

En moyenne, pour lancer un livre de littérature générale, un éditeur devra avancer 12,360 $. Le gouvernement versera une aide de 5,319 $ et couvrira ainsi 43% de ces coûts de production du livre. En fin de compte, l'éditeur déboursera seulement 7,041$ ou 57% de ses coûts totaux.

 

Trouvez moi une industrie qui ose se dire pauvre alors que le gouvernement assume 43% des coûts de production.

 

Le revenu net de l'éditeur par exemplaire est de 7.43 $ et celui de l'auteur est de 1.97$. Avec des ventes moyennes de 2,437 exemplaires, l'éditeur aura un revenu net de 18,108$ et celui de l'auteur sera de 4,801$. Mais les ventes atteignent rarement la moyenne de 2,437 exemplaires. En poésie, le tirage moyen est de 445 exemplaires et le prix de vente moyen par exemplaire est de 16,51$, ce qui procurera au poète un revenu net de seulement 734.69$ (10% X (445 X 16.51$), si les 445 exemplaires imprimés sont vendus.

 

Ce qu'il faut comprendre de ces statistiques, c'est que vivre de ses écrits au Québec est une utopie. Les plus récentes données indiquent que seulement 200 personnes vivent de leurs écrits au Québec. Et par «écrits», on n'entend pas uniquement la littérature mais aussi les articles vendus aux médias écrits, les textes rédigés pour des entreprises privées,... Au Québec, l'écriture est un loisir pour la très grande majorité des auteurs. Et ce loisir rapporte financièrement contrairement à la plupart des autres loisirs. De plus, ces redevances ne sont pas imposables au Québec; le gain de l'écriture est clair d'impôt au Québec. C'est là un loisir intéressant. Un auteur ne peut pas réellement espérer se sortir de l'aide sociale avec un tel revenu. De plus, si les redevances que l'auteur assisté-social reçoit ne sont pas imposables, le ministère de la solidarité sociale voit la chose d'un autre oeil. Il réduira la prestation de l'auteur assisté-social du même montant des redevances qu'il reçoit de la vente de son livre. Les auteurs assistés-sociaux sont rares mais il n'en demeure pas moins les seuls réellement concernés par la pauvreté contrairement aux prétentions de Gaston Bellemare, le président de l'Association nationale des éditeurs de livres.

 

 

 

Démocratisation de l'accès à l'édition :
un sujet oublié

 

Comment l'Association nationale des éditeurs de livres peut-elle prétendre que son tout premier objectif est de «défendre la liberté d’expression» alors que ses membres refusent plus 90% des manuscrits soumis par nos auteurs?

 

Et comment l'Union des Écrivaines et des Écrivains Québécois peut-elle lutter pour la liberté d'expression (source) alors qu'elle censure les auteurs édités à compte d'auteur en se refusant à les représenter? Or, on sait que les auteurs édités à compte d'auteur ou qui décident de payer pour se faire éditer sont souvent ceux que l'industrie du livre a refusé d'éditer. C'est quoi l'affaire: est-ce que l'UNEQ croit que l'auteur qui a les moyens financiers de retenir les services d'un éditeur à compte d'auteur se trouve ni plus ni moins qu'à acheter le titre d'écrivain et, ce faisant, on le refuse? Est-ce à dire qu'un écrivain est digne de ce titre que s'il est édité par un éditeur traditionnel ou s'autoédite? Par cette contrainte, l'Union des Écrivaines et des Écrivains Québécois viole la Déclaration universelle des droits de l'homme en raison du libre choix du moyen d'expression, ce qui inclut le livre à compte d'auteur.

 

 

Déclaration universelle des droits de l'homme

Article 19

«Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.»
 

Source

 

 

L'industrie du livre et les gouvernements qui la supportent financièrement sont discriminatoires. C'est le thème de la démocratisation de l'accès à l'édition qui aurait du être au coeur de ce Forum sur la littérature nationale québécoise. Mais notre industrie du livre a beaucoup trop de préjugés pour le reconnaître et s'impliquer.

 

 

 

 

Serge-André Guay, président

Fondation littéraire Fleur de Lys

contact@manuscritdepot.com

 

 

 

7 novembre 2007

Flux RSS

 

 

 
 

 

 


       Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
       La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.