Accueil

Librairie

Édition

Formation

Webzine

 Nous

Contact

Recherche

 
 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys – Montréal, Qc.

Accueil

Actualités

Dossiers

À ne pas manquer

Abonnement

@ Écrivez-nous

Dernière modification : 13/01/15 à 13:55

16 décembre 2007

 

La durée du droit d'auteur devrait être raccourcie drastiquement

et au fur et à mesure que la technologie progresse

 

 

(Exact Editions, 14 décembre 2007) Rufus Pollock, chercheur à l'université de Cambridge, a réalisé un exercice brillant mais assez difficile, parce que la preuve est formelle et mathématique (tout en consacrant encore de nombreuses propositions empiriques), duquel il conclut que la durée du droit d'auteur devrait être beaucoup plus bas qu'elle ne l'est maintenant, et qu'elle devrait en général raccourcir au fur et à mesure que la technologie progresse. Il suggère que la meilleure durée du droit d'auteur devrait être d'environ 15 ans à compter de la création. L'argument est complexe, mais il donne des orientations informelles vis soigné:

 

(...) Examiner la situation en ce qui concerne les livres, la musique, ou le cinéma, aujourd'hui, un homme pourrait passer toute une vie entière à lire uniquement les plus grands auteurs du XIXe siècle, à regarder uniquement les classiques du cinéma hollywoodien (et européen) de l'âge d'or ou à écouter uniquement la musique enregistrée avant 1965. Cela ne signifie pas que les récentes productions n'ont pas de valeur mais elles sont sûrement moins précieuses que celles apparues au moment où ces médias ont d'abord surgi dans l'histoire. En outre, si nous augmentons la protection non seulement nous restreindrons l'accès aux œuvres à venir, mais aussi à celles du passé.


En conséquence, le niveau optimal de protection doit être inférieur à ce qu'il était au départ, en fait, il doit diminuer progressivement avec le temps, selon notre magasin de l'activité créatrice des générations passées s'accumule progressivement à long terme.

 

Source : Forever minus a day? Some theory and empirics of optinal copyright, Rufus Pollock, CAMBRIDGE UNIVERSITY, July 25, 2007.

 

Lire ce document

 

 

Pollock ne considère pas la question connexe: comment optimiser l'efficacité et la tarification des services d'information répondant à l'évolution des technologies qui réduisent les barrières de l'accès? Et alors que de plus en plus d'informations seront disponibles si un fournisseur d'informations commerciales c'est-à-dire d'un éditeur, comment déterminera-t-il le prix de son de l'abonnement à ses services? Combien d'informations devrait être gratuites et à quel prix vendre les autres?

 

 

Source

 

 

Cette actualité nous a été transmise par Alain Pierrot. Merci!

 

Voir aussi : Centre d'information sur l'édition en ligne
 

 

16 décembre 2007

Flux RSS

 

 
 

 

 


       Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
       La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.