Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

ACTUALITÉ SPÉCIALE - JUIN 2018

 

 

 

Mon élection au Conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire

 

 

 

NOTE IMPORTANTE : Je ne m’exprime pas ici au nom du conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire mais en nom nom personnel et à titre d’administrateur élu audit conseil.

 

 

 

Bonjour, je vous annonce mon élection au conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire (FQLL) lors de l’Assemblée générale annuelle de l’organisation tenue à Montréal le jeudi 14 juin dernier (2018). Je représente la région de Chaudière-Appalaches.

J’ai été surpris par la très faible participation des membres de la FQLL à leur assemblée générale. Moins d’une quinzaine de membres se sont déplacés pour l’événement. Après réflexion, je comprends cette faible participation.

Je l’explique par le fait que cette assemblée générale se tenait un jeudi soir, une très mauvais choix puisque la plupart des gens travaillent le le jour suivant, c’est-à-dire vendredi. Il faut aussi prendre en considération que les membres de la FQLL proviennent de toutes les régions du Québec et qu’une participation à cette assemblée générale impliquait de prendre congé de ses activités le lendemain pour se rendre à Montréal. Un retour à la maison le lendemain n’était pas possible pour plusieurs. Bref, tenir une assemblée générale un jeudi soir pour une fédération nationale fut une très mauvaise idée, voire un manque de respect des membres en région.

De plus, il faut rapporter que la FQLL n’a pas informé adéquatement ses membres de l’importance de cette Assemblée générale. En effet, la Fédération québécoise du loisir littéraire est dans le trouble jusqu’au cou apprenions-nous lors de l’assemblée générale.

 

Cliquez ici pour télécharge ne numéro de la revue Le Passeur

 

 

Déjà dans le numéro 42 – Année 2017-2018 – de la revue Le Passeur de la FQLL, on pouvait lire :

«Périodes d’incertitude et de doutes, mais aussi de rêves et d’espoir, la Fédération québécoise du loisir littéraire vogue sur une mer agitée, en ce moment.

Le plan d’action élaboré à l’aide des consultations qui ont eu lieu dans 7 régions a été présenté le 20 septembre dernier, aux membres de la FQLL. Il est disponible sur notre site internet. Ce document donnera une direction aux différentes activités menées par la FQLL. Il aidera aussi à répondre plus adéquatement aux besoins des membres et du grand public en matière de loisir littéraire. Il représente l’espoir.

Néanmoins, cette phase d’optimisme est atténuée par l’instabilité financière. En effet, la FQLL est toujours en pourparlers avec son bailleur de fonds principal. Les activités sont mises sur la glace en attendant une réponse, on l’espère, positive qui permettra de mettre en branle le plan d’action.»

La FQLL avait le devoir d’alerter davantage ses membres sur cette situation en livrant tous les détails utiles à la mobilisation de ses membres.

 

Lors de l’Assemblée générale le mois dernier, nous avons appris que la Fédération québécoise du loisir littéraire a perdu définitivement sa subvention du ministère de la Culture et des Communications du Québec dans le cadre de son programme Aide au fonctionnement pour les organismes nationaux.

 

Plus encore, le ministère de la Culture et des Communications a retiré à la Fédération québécoise du loisir littéraire son statut d’organisme nationale l’excluant du même coup de son programme d’Aide au fonctionnement pour les organismes nationaux.

 

Cliquez ici pour télécharger ce document

 

 

Dans le Rapport annuel de l’organisme, on peut lire :

«La coordination a continué cette année son contrat jusqu’à la fin mars 2018 afin de conclure la fin de l’année financière. À partir de février 2018, les heures de la coordination ont été diminuées de 25 heures à 14 heures/semaine.»

Aujourd’hui, il n’y a plus personne à la permanence de la FQLL si ce n’est un membre du Conseil d’administration, et ce, un jour par semaine.

 

Au sujet de ce Conseil d’administration élu lors de l’Assemblée générale annuelle du mois dernier, seulement trois des sept postes d’administrateurs furent comblés. Deux membres du CA de l’année dernière furent réélus, Lisa D’Amico (Montréal) et Carmen Ostiguy (Montérégie), et un nouveau membre, moi-même pour la région de Chaudière-Appalaches.

 

Un mois plus tard, la nomination des officiers (président, trésorier, secrétaire,…) n’a toujours pas été faite.

 

Habituellement, la nomination des officiers s’effectue à la suite de l’élection des membres du CA en marge de l’Assemblée générale afin que les participants à l’événement connaissent qui sera à la présidence, à la trésorerie et au secrétariat mais les trois membres élus ne sont pas parvenus à s’entendre.

 

À l’ordre du jour de cette assemblée générale, un point se lisait comme suit : «8. Résumé de l’état du dossier judiciaire FQLL et Al. contre Danielle Shelton». Une affaire juridique compliquée.

 

Je suis arrivé à cette assemblée générale avec les meilleures intentions du monde, c’est-à-dire donner un coup de pouce à cette organisation qui en a grandement besoin.

 

J’étais précédé par ma critique du rapport d’analyse commandé par la Fédération québécoise du loisir littéraire à François R. Derbas, consultant Doctorant en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières, et ce, en vue d’une planification stratégique et d’un plan d’action.

 

Cliquez ici pour lire le rapport suivi de ma critique

 

Ce rapport intitulé «Pour une Fédération du loisir littéraire renouvelée» invitait la FQLL à ne pas s’impliquer dans l’autoédition qui, à mon avis, fait pourtant partie intégrante du loisir littéraire aujourd’hui et des attentes de plusieurs membres de la FQLL.

Dans le même axe d’idées, face à la proposition qui a été reçue de développer une expertise absolue en d’auto-édition, nous émettons une réserve majeure : pas que la prise de leadership en la matière soit impertinente. Seulement, dans l’intérêt d’harmoniser l’offre de services et d’activités de la Fédération avec celles des autres organisations, nous pouvons croire qu’il serait stratégique de laisser cette opportunité à d’autres – ou tout au plus, de participer à la mise sur pied d’une autre organisation qui y est expressément dédiée. Nous avons vu qu’en matière de loisir littéraire, il y a déjà amplement de quoi faire sans jouer dans cette zone grise au cadre notablement flou et qui plus est, à haut potentiel conflictuel, entre le loisir et la commercialisation. Idem pour le financement du lancement de livres, d’ailleurs.

 

SOURCE : Pour une Fédération du loisir littéraire renouvelée, Rapport d’analyse produit pour la Fédération québécoise du loisir littéraire, François R. Derbas Thibodeau, consultant Doctorant en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières

Lors de la petite réunion avec les deux autres administrateurs élus afin de procéder à la nomination des officiers en marge de cette assemblée générale, j’ai proposé ma candidature à la présidence de la FQLL. On m’a répondu : «Pourquoi voulez-vous devenir président d’une organisation que vous critiquez ?»

 

On m’a aussi demandé : «Est-ce que vous avez lancé votre bulletin LE LOISIR LITTÉRAIRE AUJOURD’HUI – 2018 pour créer une confusion entre la FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DU LOISIR LITTÉRAIRE et votre organisation, la FONDATION LITTÉRAIRE FLEUR DE LYS ?»

 

Bref, dès le départ, la discussion fut à la suspicion à mon égard. J’ai tout de même fait valoir mon point de vue le plus calmement possible au deux autres administrateurs. Mais sans succès. La discussion s’allongeait et tournait en rond. Deux administrateurs se proposaient à la présidence, ce qui forçait le troisième à trancher par son vote pour l’un ou pour l’autre. Le troisième administrateur n’a pas voulu prendre position pour l’un ou pour l’autre.

 

J’ai quitté la discussion sans que la nomination des officiers soit faite. J’ai laissé mon numéro de téléphone aux deux autres administrateurs et leur proposant de m’appeler le lendemain pour la suite de l’échange. Mais je n’ai pas reçu d’appel le lendemain, pas plus que durant la semaine suivante.

 

 

À SUIVRE : Ma démission du Conseil d'administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire.

 

 

 

NOTE IMPORTANTE : Je ne m’exprime pas ici au nom du conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire mais en nom nom personnel et à titre d’administrateur élu audit conseil.

 

 

VOIR AUSSI

 

Nouvelle politique culturelle du Québec – Enraciner davantage la culture dans la vie de la population – Mieux soutenir les artistes, les organisations et les entreprises

 

L’UNEQ accueille favorablement la nouvelle politique culturelle québécoise

 

Notre bulletin

Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018

La Fondation littéraire Fleur de Lys entreprend la publication d’un bulletin traitant du loisir littéraire

Téléchargement gratuit (PDF)

Premier numéro : Cliquez ici pour télécharger le premier numéro de notre bulletin Le loisir littéraire aujourd’hui (PDF)

Deuxième numéro : Cliquez ici pour télécharger gratuitement le deuxième numéro du bulletin « Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018 ».

Troisième numéro : Cliquez ici pour télécharger gratuitement le deuxième numéro du bulletin « Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018 ».

Lecture en ligne de ce bulletin

Volume 1 – Numéro 1 – 5 février 2018

Volume 1 – Numéro 2 – 5 avril 2018

Volume 1 – Numéro 3 – 5 mai 2018


Nos autres articles au sujet du loisir littéraire

Pour une Fédération du loisir littéraire renouvelée, Rapport d’analyse produit pour la Fédération québécoise du loisir littéraire

L’écriture, l’édition, la distribution, la diffusion et la vente de son livre sont devenus des loisirs

Mon élection au Conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire

Ma démission du conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire

Je crois dans les activités en loisir littéraire comme un moyen de meubler la solitude, de briser l’isolement social et de soutenir l’engagement social chez les personnes âgées

«Le loisir culturel, bien plus que des arts en amateur» par André Thibault, directeur de l’Observatoire québécois du loisir

Un texte important : Loisir, culture et politique culturelle – Réalité et perspectives par André Thibault, Ph. D. et Daniel Caron, Observatoire québécois du loisir


Document à télécharger

Pour une Fédération du loisir littéraire renouvelée, Rapport d’analyse produit pour la Fédération québécoise du loisir littéraire, François R. Derbas Thibodeau, consultant, Doctorant en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières.

 

 

 

 

 

PARTAGER

CETTE PAGE

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

 

Téléphone : 581-988-7146

 

Télécopieur : 418-903-5178

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com

 

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.