Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Lévis, Québec, 6 août 2018

 

 

La Fédération québécoise du loisir littéraire

est dans le trouble jusqu'au cou

 

 

 

Point de vue exprimé par Serge-André Guay, membre individuel de la Fédération québécoise du loisir culturel et Président de la Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

La FQLL a perdu sa reconnaissance auprès du gouvernement

 

La Fédération québécoise du loisir culturel (FQLL) a perdu sa reconnaissance d’organisme national en loisir culturel parce qu’elle ne répondait plus aux normes édictées par le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ). Du même coup, l’organisme a perdu son financement annuel par le MCCQ, son principal bailleur de fonds. Les membres en ont été informés officiellement lors de l’Assemblée générale annuelle (AGA) le 14 juin dernier à Montréal. La FQLL n’est pas parvenue à mobiliser plus d’une dizaine de ses membres à son AGA sur plus de 280 membres en règle à la fin de l’année financière 2017-2018.

 

 

Un rapport d’analyse dévastateur

 

La débandade de la FQLL a commencé par la publication en août 2017 du rapport d’analyse commandé par l’organisme à monsieur François R. Derbas Thibodeau, consultant et doctorant en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Le rapport révélait la «privatisation des bénéfices directs de certaines activités soutenues par la FQLL» et  «que certaines des pratiques actuelles de la Fédération ne sont pas en phase avec les normes du Conseil du Trésor du Québec» (lire : les normes pour les organismes nationaux de loisir culturel fixées par le MCCQ dans le cadre de programme Aide au fonctionnement et approuvées par le Secrétariat du Conseil du Trésor).

«Il ressort d’abord de nos analyses des propos tenus lors des cafés-rencontres un point d’orientation fondamental qu’il importe de soulever d’entrée de jeu. Le témoignage de plusieurs participants renvoie en effet à un sentiment de privatisation des bénéfices directs de certaines activités soutenues par la FQLL. Que ce soit concernant les services actuels du financement d’activités (les fameux 125$), concernant les mesures de soutien à l’auto-édition, à la publication ou encore à la professionnalisation en général, un ajustement majeur s’impose. Il appert effectivement que certaines des pratiques actuelles de la Fédération ne sont pas en phase avec les normes du Conseil du Trésor du Québec qui demande aux organismes nationaux de loisir culturel de ne pas agir à titre de redistributeur des sommes qui lui sont octroyées. Ce point soulève l’ambiguïté dans laquelle s’est placée, au fil des ans, la Fédération par rapport à ce que devrait être, à un niveau fondamental, une fédération de loisir culturel. La différenciation entre ce qui relève du domaine d’action littéraire professionnel versus du loisir littéraire apparaît donc mériter que l’on s’y attarde ; ce qui est d’autant plus pertinent que la FQLL détient une accréditation d’organisation de bienfaisance de l’Agence du Revenu du Canada pour qui le bénéfice commun ou collectif (vs le bénéfice privé) constitue l’un des critères sine qua non à la reconnaissance comme telle. Lors des cafés-rencontres et en lien, un besoin dans le sens d’activités et services plus «ouverts» a souvent été exprimé. Dans ses orientations autant que dans ses actions, la ligne tracée par la FQLL gagnerait donc à être plus claire.» (Source : R. Derbas Thibodeau, François. Résultats d’analyse et discussion – 1. La fédération du loisir – 1.1 Repositionnement imminent, Pour une Fédération du loisir littéraire renouvelée, Rapport d’analyse produit pour la Fédération québécoise du loisir littéraire, 17 août 2017 p. 4.)

 

 

Un plan d’action stratégique insuffisant

La FQLL a réagi le mois suivant en tenant une Assemblée générale extraordinaire pour adopter un Plan d’action stratégique 2018-2020. Malheureusement, le MCCQ n’a pas jugé ce plan d’action suffisant pour revenir sur sa décision et en financer la mise en œuvre.

 

 

La FQLL va probablement perdre son local

au Stade olympique de Montréal

 

À titre de membre ordinaire du Regroupement Loisir et Sport Québec, la FQLL jouit d’un local gratuit et d’un service téléphonique au Stade olympique de Montréal, d’un programme d’assurances et de nombreux autres avantages. Or, le Regroupement Loisir et Sport Québec exige que ses membres «soient détenteurs d’une reconnaissance en vertu du Cadre d’intervention gouvernementale en matière de loisir et de sport», ce qui n’est plus le cas de la FQLL. Le Regroupement Loisir et Sport Québec prendra une décision dans le dossier de la FQLL d’ici la fin de l’année. Cette décision se fait attendre par le Regroupement Loisir et Sport Québec qui est lui-même en attente d’une décision du gouvernement sur la différence des avantages accordés à ses membres dans le domaine sportif et ceux dans le domaine du loisir. Mais peu importe cette décision du gouvernement, la reconnaissance gouvernementale demeura un critère de base pour les membres du Regroupement Loisir et Sport Québec. Bref, la FQLL perdra sans doute son local d’ici la fin de l’année, car à défaut d’un local gratuit, elle n’a pas les moyens de payer un loyer au Regroupement Loisir et Sport Québec. Lors de l’AGA de la FQLL en juin dernier, la direction a confié aux membres présents qu’il restait à peine 10,000$ dans les coffres de l’organisme.

 

 

La FQLL noyautée par les auteurs entrepreneurs

et les consultants privés au détriment des auteurs amateurs

 

La Fédération québécoise du loisir littéraire est devenue une véritable Chambre de commerce littéraire sous l’impulsion de ses membres auteurs entrepreneurs (en voir de professionnalisation) et consultants privés en quête de contrats auprès des membres de l’organisme. Or, le loisir littéraire se définit comme une pratique culturelle en amateur caractérisée par l’absence d’intérêt pécuniaire.

 

 

Héritage : absence d’infrastructure en loisir littéraire

 

En 1988, l’organisme «confirme sa vocation de loisir littéraire pour tous les âges en changeant son nom pour Fédération québécoise du loisir littéraire (FQLL).» L’organisme cumule 30 ans d’intervention en loisir littéraire au Québec, mais il n’est toujours pas parvenu à implanter et développer une infrastructure durable dans son domaine tant sur le plan local, régional que national. La FQLL a tenu bon nombre d’activités et de partenariats événementiels ou limités le temps d’une saison. Ainsi, elle doit recommencer chaque année sans pouvoir compter sur une quelconque infrastructure de sa création.

 

 

Une gouvernance et un code d’éthique et de déontologie déficients

 

La Fédération québécoise du loisir littéraire est dans le trouble jusqu’au cou en raison de sa gouvernance déficiente à l’instar de son code d’éthique et de déontologie. La culture de l’organisme engendre, notamment, un manque de transparence et des lacunes dans sa vie démocratique. Seuls une nouvelle vision et du sang neuf viendront à bout de cette gestion et d’une offre d’un autre temps. Je demande aux membres actuels et futurs de se mobiliser pour la tenue d’une Assemblée générale extraordinaire le plus tôt possible.

 

 

Cliquez ici pour devenir membre de la Fédération québécoise du loisir littéraire

et ensuite signer la pétition

 

Cliquez ici pour signer la pétition en ligne si vous êtes déjà membre

de la Fédération québécoise du loisir littéraire

 

 

— 30 —

 

 

Pour en savoir plus

 

Les intéressés par l’avenir de la FQLL trouveront de plus amples informations dans le bulletin «Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018» Vol. 1 – No 4 disponible gratuitement en format numérique avec ce lien de téléchargement : http://manuscritdepot.com/loisir-litteraire-vol.1-no.4-05-08-2018.pdf

 

SOURCE

 

Serge-André Guay, membre
Membre de la Fédération québécoise du loisir littéraire
Président éditeur de la Fondation littéraire Fleur de Lys

serge-andre-guay@manuscritdepot.com
581-988-7146
Lévis, Québec, Canada.

 

 

Notre bulletin

Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018

La Fondation littéraire Fleur de Lys entreprend la publication d’un bulletin traitant du loisir littéraire

Téléchargement gratuit (PDF)

Premier numéro : Cliquez ici pour télécharger le premier numéro de notre bulletin Le loisir littéraire aujourd’hui (PDF)

Deuxième numéro : Cliquez ici pour télécharger gratuitement le deuxième numéro du bulletin « Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018 ».

Troisième numéro : Cliquez ici pour télécharger gratuitement le deuxième numéro du bulletin « Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018 ».

Quatrième numéro : Cliquez ici pour télécharger gratuitement le deuxième numéro du bulletin « Le loisir littéraire aujourd’hui – 2018 ».

Lecture en ligne de ce bulletin

Volume 1 – Numéro 1 – 5 février 2018

Volume 1 – Numéro 2 – 5 avril 2018

Volume 1 – Numéro 3 – 5 mai 2018


Nos autres articles au sujet du loisir littéraire

Pour une Fédération du loisir littéraire renouvelée, Rapport d’analyse produit pour la Fédération québécoise du loisir littéraire

L’écriture, l’édition, la distribution, la diffusion et la vente de son livre sont devenus des loisirs

Mon élection au Conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire

Ma démission du conseil d’administration de la Fédération québécoise du loisir littéraire

Je crois dans les activités en loisir littéraire comme un moyen de meubler la solitude, de briser l’isolement social et de soutenir l’engagement social chez les personnes âgées

«Le loisir culturel, bien plus que des arts en amateur» par André Thibault, directeur de l’Observatoire québécois du loisir

Un texte important : Loisir, culture et politique culturelle – Réalité et perspectives par André Thibault, Ph. D. et Daniel Caron, Observatoire québécois du loisir


Document à télécharger

Pour une Fédération du loisir littéraire renouvelée, Rapport d’analyse produit pour la Fédération québécoise du loisir littéraire, François R. Derbas Thibodeau, consultant, Doctorant en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières.

 

 

 

PARTAGER

CETTE PAGE

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

 

Téléphone : 581-988-7146

 

Télécopieur : 418-903-5178

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com

 

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.