Accueil

Librairie

Édition

Formation

Webzine

 Nous

Contact

Recherche

 

Accueil

Mission

Valeurs

Historique

Charte

Logotype

Drapeau

Devise

Organisation

Statistiques Internet

Statistiques livres

États financiers

Financement

Nétiquette

Confidentialité

Mention légale

© Site Internet

Vie privée

Équipe

Revue de presse

Édition écologique

Impression à la demande

Vidéo

 

Paniers de Noël littéraires

Relations gouvernementales

Informations additionnelles

Faire un don

 

Dernière modification : 22/11/13 à 11:56

Relations gouvernementales

Introduction

2002

2003

2004

2005

2006

2007

 

 

Contrairement à la plupart des pays européens, les gouvernements du Canada et du Québec n'ont pas encore pris position face au nouveau monde du livre sur Internet, y compris face à l'édition en ligne. Nos gouvernements accusent donc un retard considérable qui est devenu au fil des ans rien de moins que de l'immobilisme à l'égard de la nouvelle économie du livre.

 

C'est dans ce contexte que fut lancée officiellement la Fondation littéraire Fleur de Lys en juin 2003 après une étude de marché de 9 mois. Aujourd'hui, la fondation est reconnue comme le pionnier de l'édition en ligne au Québec. On lui attribue ce titre parce qu'elle fut :

  • la première à opérer avec un véritable contrat d'édition;

  • la première à offrir à la fois des exemplaires numériques et des exemplaires papier;

  • la première à opter pour l'impression à la demande, c'est-à-dire, l'impression d'un exemplaire à la fois à la demande expresse de chaque lecteur, comme cela se fait là où l'édition en ligne s'est développée.

On doit aussi reconnaître que la Fondation littéraire Fleur de Lys est :

  • le premier éditeur librairie francophone en Amérique du Nord;

  • le premier éditeur libraire à but non lucratif dans le monde de la francophonie.

Le titre de pionnier dans un domaine donné annonce rarement un développement facile. À l'image de l'explorateur, le pionnier avance souvent dans un jungle intense et hostile. Ce fut et c'est encore le cas de la Fondation littéraire Fleur de Lys même après cinq ans de travail acharné. Le retard des gouvernements du Québec et du Canada à adopter des politiques favorables au développement de l'édition en ligne demeure le principal obstacle rencontré depuis notre lancement en juin 2003. La Fondation littéraire Fleur de Lys ne peut compter uniquement que le support financier de ses auteurs et de leurs lecteurs.

 

Cette section vous présente l'histoire détaillée de nos relations gouvernementales, question de ne pas laisser le temps en altérer le souvenir.

 

 

Résumé

  • 2002

    • Étude de marché.

    • La SODEC par la voie de Louis Dubé affirme qu'il n'y a pas de demande au Québec pour un éditeur en ligne.

  • 2003

    • JUIN - Lancement du projet par la mise en ligne d'un site d'information

    • JUIN - Demande d'une subvention discrétionnaire de 10,000$ à la ministre de la Culture et des Communications du Québec, madame Lyne Beauchamp. Refusée.

    • JUILLET - Claude Fournier, directeur général de la conservation, Bibliothèque nationale du Québec, répond à notre lettre de demande d'appui: «Votre projet, qui présente beaucoup d'intérêt, vise à répondre à des besoins réels dans le monde de l'édition». Monsieur Fournier refuse la reproduction de sa lettre sur notre site. Nous la publions tout de même, et ce, en nous appuyant sur la loi d'accès à l'information.

    • JUILLET - Hélène Bernier, directrice des arts visuels, des arts médiatiques et de la littérature, Conseil des arts et des lettres du Québec, répond à notre lettre de demande d'appui: «D'entrée de jeu, permettez-moi de vous féliciter pour une telle initiative: le milieu des lettres ne peut que profiter de telles perspectives de promotion et diffusion. Qui plus est, l'accent que vous semblez mettre sur la relève est tout aussi prometteur. (...), je vous réitère toute mon admiration pour votre entreprise et vous souhaite le plus grand succès.» Madame Bernier refuse la reproduction de sa lettre sur notre site. Nous la publions tout de même, et ce, en nous appuyant sur la loi d'accès à l'information.

    • OCTOBRE - Demande d'une subvention de 80,831$ dans le cadre du programme Culture canadienne en ligne du ministère Patrimoine canadien du gouvernement du Canada.  Refusée.

    • DÉCEMBRE - Incorporation sur la Troisième partie de la loi des compagnie du gouvernement du Québec.

    • DÉCEMBRE - Lettre ouverte adressée aux gouvernements et publiée dans le quotidien Le Soleil de Québec.

    • DÉCEMBRE - Rencontre avec Kim Fontaine-Skronski, conseillère politique responsable du livre et de la lecture, auprès de la ministre de l'époque, Lyne Beauchamp. Cette dernière nous informe que notre demande de subvention discrétionnaire de juin dernier a été perdue.

    • DÉCEMBRE - Nouveau dépôt de la demande de subvention discrétionnaire de 10,000$ à la ministre de la Culture et des Communications du Québec, madame Lyne Beauchamp. Refusée.

  • 2004

    • FÉVRIER - Refus de la demande de subvention discrétionnaire de 10,000$. Raison donnée: absence de programme d'aide l'édition en ligne.

    • JUIN - Rencontre avec la ministre du Patrimoine canadien, madame Hélène Scherrer, à son bureau de circonscription à Québec en prévision d'une nouvelle demande de subvention dans le cadre du programme Culture canadienne en ligne de son ministère.

    • OCTOBRE - Demande d'une subvention de 188,150$ dans le cadre du programme Culture canadienne en ligne du ministère Patrimoine canadien du gouvernement du Canada.  Refusée.

  • 2005

    • JANVIER - Lettre ouverte adressée aux gouvernements et publiée dans le quotidien Le Soleil de Québec.

    • JANVIER - FÉVRIER - MARS - Protestation du refus de notre demande de subvention dans le cadre du programme Culture canadienne en ligne du ministère Patrimoine canadien du gouvernement du Canada

      • Plusieurs conversations téléphoniques à ce sujet avec Jean-François Del Torchio responsable politique du programme Culture canadienne en ligne au cabinet de la ministre Frulla

      • Téléphone à Hélène Scherrer, conseillère spéciale du Premier ministre Paul Martin, afin qu'elle nous organise une rencontre avec sa collègue Lisa Frulla au ministère du Patrimoine canadien. Elle transfert le dossier à Lucie Santoro, secrétaire particulière du Premier ministre Paul Martin.

      • Rencontre avec Lucie Santoro, secrétaire particulière du Premier ministre Paul Martin à son bureau de Montréal le 2 mars.

      • Lettre à Steven Harper lui demandant d'appuyer notre demande de révision du refus de notre projet par la ministère du Patrimoine canadien.

      • Lettre à Gilles Duceppe lui demandant d'appuyer notre demande de révision du refus de notre projet par la ministère du Patrimoine canadien.

      • Lettre à Steven Harper lui demandant d'appuyer notre demande de révision du refus de notre projet par la ministère du Patrimoine canadien.

      • Démission du chef de cabinet de Lisa Frulla dans la foulée du scandale des commandites.

      • Nous abandonnons notre contestation du refus de notre demande de subvention.

    2006

    • JANVIER - Publication de notre bilan littéraire 2005 dans le quotidien Le Soleil.

    • MARS - Déménagement à Montréal pour notre projet de librairie café

    • JUIN - La Corporation de développement économique et communautaire Centre-Sud/Plateau Mont-Royal refuse notre projet de librairie café lors d'une simple conversation téléphonique

    • JUIN - La Corporation de développement économique et sociale d'Ahuntsic/Cartierville nous reçoit en rendez-vous et se montre intéressée par notre projet de librairie café.

    • SEPTEMBRE - Contestation de l'événement «Vitrine technologie - Imaginons notre culture au futur» qui se tenait à Montréal le 31 août 2006 à la Société des arts technologiques organisé par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Cette dernière confond le contenant avec le contenu. Nous envoyons un texte sur le sujet à tous les membres du cabinet de la ministre et à tous les directeurs du ministère car nous croyons qu'ils induisent la ministre en erreur.

    • SEPTEMBRE - En réponse à la question «Connaissez-vous la Fondation littéraire Fleur de Lys?» posée par le journaliste David Patry, la ministre Beauchamp répond: «Oui, ils viennent de commencer leur lobbying». La ministre fait allusion à notre texte au sujet de sa confusion entre le contenant et le contenu.

  • 2007

    • FÉVRIER - Nous profitons du déclenchement de la campagne électorale le 21 février pour lancer une campagne d'intervention auprès de la ministre Line Beauchamp afin qu'elle subventionne la Fondation littéraire Fleur.

    • FÉVRIER - Sylvie Desrosiers, Attachée politique et adjointe à l'administration au cabinet de la ministre Line Beauchamp transfère un courriel d'intervention d'un de nos auteurs à Louis Dubé de la SODEC.

    • AVRIL - La réponse de Louis Dubé au courriel de l'un de nos auteurs transféré par le cabinet à son attention nous apprend que la SODEC vient d'accorder sous notre nez une subvention à l'Association nationale des éditeurs de livres pour réaliser une étude sur la numérisation.

    • FÉVRIER - Dépôt d'une demande de subvention dans le cadre du programme «Accueil de projets» du ministère de la Culture et des Communications.

    • MARS - Le journaliste David Patry du Journal de Montréal donne écho à notre communiqué dans un double article intitulé «Le pionnier de l'édition numérique ferme ses portes» et «Le Québec traîne de la patte» publié dans l'édition du 15 mars 2007.Réactions négatives du ministère, plus spécifiquement, de la conseillère en développement culturel chargé d'étudier notre demande de subvention pour notre projet «Initiation à l'édition».

    • MARS - Communiqué de presse

    • MARS - Lettre adressée à Madame Véronik Aubry, Attachée de presse de la ministre Beauchamp, en réponse à ses propos rapportés par le journaliste David Patry dans l'édition du 15 mars du Journal de Montréal.

    • AVRIL - Refus de notre demande de subvention dans le cadre du programme «Accueil de projets» du ministère de la Culture et des Communications, et ce, pour notre projet «Initiation à l'édition».

    • MAI - Réponse du ministère à la demande de précision. Pierre Aubry, directeur du ministère pour la région de Montréal attaque nos compétences et nos expériences professionnelles.

    • JUIN - Protestation face aux précisions du refus de notre demande de subvention

    • JUIN - Campagne contre la discrimination des auteurs - Le gouvernement du Québec contrevient à la Déclaration universelle des droits de l'Homme en excluant l'édition en ligne de ses programmes d'aide à l'édition

    • JUIN - Étude au sujet de l'Internet littéraire québécois

    • JUILLET - Rencontre avec le directeur du ministère à Montréal, Pierre Aubry. Il compare notre site à un YouTube. Il nous promet un suivi.

    • JUILLET - Rencontre de sensibilisation avec le député du Bloc Québécois, M. Réal Ménard (circonscription de la fondation).

    • SEPTEMBRE - Rencontre de sensibilisation Michel Vincent, Attaché politique de la député du Parti Québécois Rita Dionne-Marsolais (circonscription de la fondation). Il nous promet une rencontre avec le porte-parole en matière de culture et communications du Parti Québécois, M. Pierre Curzi.

    • NOVEMBRE - Contestation de l'attitude de l'Association nationale et des éditeurs et de l'Union des Écrivaines et des Écrivains Québec lors du Forum sur la littérature nationale.

    • DÉCEMBRE - Découragés par le protectionnisme de la chaîne québécoise du livre et par le corporatisme du ministère québécois de la Culture et des Communications, nous nous replions sur nous-mêmes, nous rompons toutes relations avec les gouvernements et nous déclarons la Fondation littéraire Fleur de Lys un organisme privé.

 

 

Relations gouvernementales 

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 

 


       Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
       La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.