Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

 
 

Centre d'information sur l'édition en ligne

(numérique, impression à la demande, ebook,...)

 

Vous êtes dans la SECTION I

Informations publiées sur ce site

SECTION II

Informations publiées sur Internet

SECTION III

Exemples de contrats d'édition

 

 

Initiation à l'édition en ligne

 Partager sur Facebook

 

L’oeuvre ou le livre ?

 

Dans le compte-rendu de sa participation à La Fabrique du numérique (Québec), l’écrivain québécois Dominic Bellavance écrit : « On m’a sermonné quand j’ai parlé de ”livre numérique”, mais il est vrai que l’on doit maintenant utiliser le terme ”œuvre numérique” qui englobe beaucoup plus de possibilités. »Source ] Le chroniqueur Michel Dumais allait dans le même sens en écrivant ce commentaire sur Twitter pendant le même événement : « On a cessé de parler de l’industrie du disque au profit de celle de la musique. On arrête de parler de livre? Industrie de l’œuvre ? » [ Source ]

On  se souviendra également du commentaire de l’auteur français François Bon peu avant l’événement : « ai été surpris retour en force du mot “livre” dans la présentation, pourtant évincé de la phrase principale du chapeau — ça dit bien un des enjeux de la rencontre : c’est comme faire du vélo sans roulettes, on n’est pas encore habitué à l’idée d’aller dans ces zones-là débarrassés de l’idée même du livre qui en a été le support non pas daté, mais datable — en gros : est-ce qu’on n’a pas déjà dépassé le stade d’une “métamorphose” du livre pour être dans l’éclosion d’usages neufs, sur des supports nouveaux aussi, et où transporter notre responsabilité de transmission, de création, d’imaginaire, n’impose pas forcément d’emporter l’ancien équilibre, et ne peut en aucun cas soulager ses marques grandissantes d’incapacité ou d’échec ? »

 

Il est aisé de comprendre cette demande de référence à l’œuvre plutôt qu’au livre chez ceux qui pratiquent de nouvelles formes d’écriture venues du numérique et du web. En effet, difficile d’affirmer qu’une série de billets publiés dans un carnet web (blogue) soit un livre. Difficile aussi de considérer qu’une série de commentaires de 140 caractères maximum chacun publiée sur Twitter (site web d’échange social) soit un livre. À ces deux exemples s’ajoutent l’écriture collective, à plusieurs auteurs, sur un site web, l’écriture en direct sur un site web sous l’influence des commentaires des lecteurs, l’écriture avec des liens hypertextes conduisant à des définitions, des descriptions de lieux et de personnages…, l’écriture avec des vidéos intercalées, l’écriture en mise à jour constante, et que sais-je encore. On veut nous faire comprendre que toutes ces nouvelles formes d’écriture ne sont pas nécessairement des livres et qu’il vaut mieux parler d’œuvres.

 

Certes, allons-y avec œuvre. Mais il faut alors percevoir l’œuvre comme un simple manuscrit, le fruit d’une écriture qui n’est pas encore éditée. Dans le domaine traditionnel du livre, l’œuvre se présente d’abord sous la forme d’un manuscrit et ce n’est qu’une fois éditée qu’elle se présente sous la forme d’un livre. Et puisque l’édition ne se limite pas à une simple reproduction de l’œuvre sous la forme d’un livre, on parle de l’œuvre originale, le manuscrit soumis à l’éditeur, et de l’œuvre finale, c’est-à-dire le livre proposé aux lecteurs.

Si l’on veut parler de l’industrie de l’œuvre plutôt que du livre, il faut savoir que l’œuvre demeure au départ un produit brut. Une industrie de l’œuvre serait alors ni plus ni moins qu’une industrie de la matière première, une simple pile de manuscrits (papier et numériques) en tous genres sans aucun apport des éditeurs. Une industrie de l’œuvre nous ramène donc à un concept bien connu et fort populaire : l’autoédition.

 

Évidemment, il ne s’agit pas là de la vision des tenants de l’œuvre face au livre. La question suivante est posée à l’éditeur : n’y a-t-il pas un nouveau produit de transformation à tirer de ces œuvres nouvelles aux formes d’écriture tout aussi nouvelles, autre chose qu’un livre ? On veut attirer notre attention sur l’œuvre de peur que le livre nous aveugle et ne nous permette pas d’imager le ou les nouveaux produits de transformation de l’œuvre en remplacement du livre.

 

 

Le modèle économique et le contenu

 

Du même coup, on suggère de ne pas s’attarder au modèle économique, comme le rapporte l’écrivain Dominic Bellavance dans son compte-rendu de l’événement La fabrique du numérique : « J’espérais surtout sortir de cette journée en ayant fait prendre conscience aux acteurs du milieu qu’on avait besoin de définir des standards pour le contrat d’édition. Ma première grosse déception de la journée, une suggestion citée par Gilles Herman et qui a été applaudie dans toute la salle : « ne nous concentrons pas sur le modèle économique, il se définira lui-même, mais concentrons-nous sur les contenus ». [ Source ] (Gilles Herman est directeur général et éditeur aux Éditions du Septentrion et il siège au comité du numérique de l’Association nationale des éditeurs de livres (Québec)). On peut comprendre la déception de l’écrivain face à cette suggestion d’autant plus qu’elle fut reléguée par un éditeur.

 

Clément Laberge, vice-président édition numérique chez la firme De Marque (Québec), apporte un bémol à la suggestion : «Exprimée à la fin de la première série d’atelier [citée par Gilles]: ”ne nous concentrons pas sur le modèle économique, il se définira lui-même, mais concentrons-nous sur les contenus”. Je suis d’accord si cela est une invitation à définir les modèles par l’action, en tentant des expériences. Mais très franchement je n’aime pas tellement l’idée que les ”modèles économiques vont se définir eux-mêmes”. Ce n’est pas vrai ! Les modèles économiques ne sont pas neutres, ils rendent compte de rapports de forces et d’interactions complexes entre des acteurs qui poursuivent des objectifs très différents et ils s’appuient sur des valeurs (au sens moral) dont on ne peut pas se désintéresser. Il ne faut pas perdre de vue que les modèles économiques ne seront pas neutres sur la nature de la création littéraire ni sur la nature de ce à quoi les gens s’intéressent au moment de choisir de la lecture. Ne soyons pas candides.» [ Source ]

 

 

Le produit de l’édition

 

Il faut insister : le produit de l’édition, c’est le livre. Et un livre, c’est un livre. L’oeuvre est dans le livre et le livre peut aussi être lui-même une oeuvre d’art. Voilà la réalité du modèle économique actuel et, plus important encore, la réalité du lecteur. Pour guider ce dernier dans le passage au support numérique et électronique, il faut préserver le concept du livre : livre numérique, livre électronique. La résistance naturelle au changement exige que l’on procède par étape, d’abord en ajoutant quelque chose de nouveau à quelque chose de vieux, dans ce cas-ci, le numérique au livre.

 

Ceci fait, on pourra inventer autant d’autres produits que l’on voudra. Mais je vous rappelle que le taux de succès des nouveaux produits de consommation (sans vouloir insulter le livre) ne dépasse pas les 10%. Autrement dit, 90% des nouveaux produits connaissent l’échec, d’où l’importance d’expérimenter, comme le dit si bien Clément Laberge. Mais attention à l’expérimentation sur la place publique car il n’y a rien de plus risqué pour s’attirer de mauvaises critiques ou, pis encore, pour rebuter la population avant même le lancement du nouveau produit. Et c’est plus particulièrement vrai dans le cas du livre, une institution culturelle de grande envergure.

 

Ce n’est que dans la démocratisation de l’accès à l’édition grâce aux nouvelles technologies qu’il y a révolution dans le domaine du livre.

 

Pour le reste, c’est de l’évolution. Le livre passe au numérique comme le téléphone fixe est passé au téléphone mobile. Notez que le produit est encore et toujours appelé « téléphone » et que cela n’a pas empêché le développement de nouvelles applications, bien au contraire. Dans ce contexte, la référence au livre comme le produit de l’édition s’avère essentielle au succès des nouvelles formes d’écriture.

 

 

La mode du moment et l’avenir du livre

 

Et si on mettait nos pupitres en cercle ? Et si on avait un écureuil en classe ? Et si on fabriquait un théâtre de marionnettes ? J’étais en sixième année à l’école élémentaire lorsque la méthode active a fait son entrée dans l’enseignement au Québec. J’en garde un excellent souvenir. Contrairement aux années précédentes, très austères avec ses cours magistraux et ses coups de règles sur les doigts, ma sixième année fut un terrain de jeux.

Cependant, la méthode active ne fut qu’une mode du moment adoptée que par quelques enseignants aventuriers. Qui allait nourrir l’écureuil, les poissons, les tortues, les couleuvres,… pendant les deux mois de vacances estivales ? La réalité a rattrapé bon nombre d’enseignants adeptes des méthodes actives au cours des années 80. Mais l’idée fondamentale a persisté et a influencé tous les programmes pédagogiques au Québec adoptés en réformes successives depuis l’époque. Aujourd’hui, les résultats concrets de l’école moderne de la nouvelle éducation laisse à désirer au chapitre des connaissances. L’intégration de l’activité et, plus récemment, de l’apprentissage par projet dans la pédagogie semblent se faire au détriment de la maîtrise des matières de base dans nos écoles. Curieux n’est-ce pas comme l’euphorie du moment envers une nouvelle mode peut tout faire dérailler à long terme ? Je crains que l’avenir du livre, sans le livre et au profit des œuvres, soit dans une telle euphorie. Comprenez-moi bien, je ne suis pas contre l’expérimentation et l’exploration mais je crains l’altération voire la destruction du déjà su avant même l’arrivée d’un nouveau savoir.

 

 

Les créations collectives et les nouvelles formes d’écriture : le même avenir ?

 

L’euphorie manifeste des opposants à la référence au livre (au profit de l’œuvre) se compare à celle observée lors de l’arrivée des créations collectives dans le milieu théâtral au Québec dans les années 60 et 70. Je me souviens encore de l’engouement suscité par le projet de création collective proposé par l’un des professeurs de théâtre à mon école secondaire.

 

« Dans son usage le plus courant, l’expression désigne une technique permettant de concevoir une pièce en groupe, avec ou sans l’aide d’un dramaturge. Les défenseurs de ce processus de création soutiennent qu’il transforme l’acteur en artiste créateur et l’amène à exprimer sa propre expérience à travers son jeu. » explique Gilbert David dans son article sur le sujet publié par L’Encyclopédie canadienne, offerte en ligne par la Fondation Historica.

 

Malheureusement, on termine souvent sa course dans le décor quand on démarre sur les chapeaux de roues. Des centaines de petites troupes de théâtre adeptes de la création collective tracent leur chemin au cours des années 60 et 70, puis disparaissent.

 

À mon humble avis, c’est un avenir aussi sombre qui frappera à moyen terme les nouvelles formes d’écriture numérique tout comme les œuvres numériques qui en résultent. Pour sa part, le livre numérique traditionnel (avec ou sans lien hypertexte, vidéo intégrée…) gagnera en crédibilité et s’imposera à côté du livre papier.

 

Gilbert David souligne dans L’Encyclopédie canadienne qu’«une fois la dramaturgie canadienne parvenue à un stade où les dramaturges peuvent vivre de leur art, la création collective apparaît moins nécessaire.» Il en sera ainsi dans le domaine du livre. Je paraphrase : une fois l’industrie du livre parvenue à un stade où les auteurs de livres numériques pourront vivre de leur art, les nouvelles formes d’écritures numériques apparaîtront moins nécessaires. Je me réfère ici autant aux auteurs publiés sous la forme de livres papier accompagnés de leurs versions numériques qu’aux auteurs publiés uniquement sous la forme de livres numériques. Notez la répétition du mot « livre » par opposition à la référence imposée à l’œuvre depuis peu.

 

Gilbert David ajoute : « Paradoxalement peut-être, la création collective a conduit à la redéfinition des tâches artistiques au sein des compagnies théâtrales, en pavant la voie à un retour en force de la mise en scène. » Je paraphrase de nouveau : Paradoxalement peut-être, les nouvelles formes d’écriture conduiront à une redéfinition de la chaîne du livre, en pavant la voie à un retour en force de l’édition (et de l’éditeur). Il faut se rappeler que le numérique permet à plusieurs auteurs de contourner l’éditeur voire toute la chaîne du livre traditionnel.

 

En résumé, le jour où un modèle économique rentable pour le livre numérique aura fait ses preuves, la recherche de nouvelles voies dans les nouvelles formes d’écriture numérique cessera ou deviendra une spécialité de quelques universitaires. Il n’est donc pas utile de mettre de côté le livre au profit d’un concept plus large (l’œuvre) mais de travailler très fort à l’émergence d’un modèle économique viable et équitable pour tous les acteurs du livre, industriels et artisans. Il n’y aura pas de nouveaux produits littéraires qui émergeront des nouvelles formes d’écriture numérique.

Des nouvelles formes d’écriture, vraiment ?

 

Doit-on parler de nouvelles formes d’écriture ou de nouveaux supports technologiques ? Est-ce que mettre des liens hypertextes dans un texte constitue une nouvelle forme d’écriture ? Non, car je n’écris pas en fonction des liens que je place dans le texte. Le lien hypertexte est uniquement un nouveau support technologique offert par le numérique pour livrer des références au lecteur. Est-ce que le blogue est une nouvelle forme d’écriture ? Non, le blogue est ni plus ni moins qu’un nouveau support pour les formes d’écriture que l’on connaît déjà : billet, nouvelles, articles… L’écriture «blogue» n’existe pas. Est-ce que l’écriture collective est une nouvelle forme d’écriture ? Non, ce n’est pas d’hier que des gens se réunissent pour écrire une œuvre collective.

 

Où sont-elles ces nouvelles formes d’écriture dont on parle tant ? Sur Twitter, morcelées en 140 caractères ? Aussi bien dire qu’on trouve une nouvelle forme d’écriture dans les 140 post-it collés sur mon réfrigérateur . On ne peut pas parler d’une nouvelle forme d’écriture à l’arrivée de chaque nouveau type de site web. Voyons donc, ce n’est pas sérieux ?

 

Même dans le cas du «journalisme citoyen» on ne peut pas vraiment parler d’une nouvelle forme d’écriture. Si l’expression doit son existence au web, il faut se rappeler que plusieurs citoyens pratiquaient déjà ce type de journalisme dans les médias communautaires et libres (journaux, radio, télévision). Le journalisme citoyen est l’une des déclinations du style journalistique et non pas une nouvelle forme d’écriture.
 

Ah ! Oui, on saura me dire que les nouvelles formes d’écriture sont dans le support lui-même. On n’écrit pas pareil lorsqu’on utilise un clavier et un ordinateur que lorsqu’on utilise un crayon et du papier. Peut-être, mais cela ne donne pas pour autant naissance à une nouvelle forme d’écriture.

 

Je sais, on parle de l’écriture web. Certains fournisseurs de contenu web en font une spécialité. Ils écrivent des textes en fonction des particularités du web. Par exemple, on répète volontairement certains mots-clés dans le texte. Les moteurs de recherche s’attardent au nombre de fois qu’un mot-clé est présent dans un texte pour en déterminer le classement parmi les résultats de recherche. J’utilise parfois cette approche et je la considère davantage comme une technique qu’une nouvelle forme d’écriture.

 

Bref, si le support technologique a le pouvoir d’influencer l’écriture, aucune nouvelle forme d’écriture n’a vu le jour jusqu’à présent. Certains ont peut-être l’impression de réinventer le monde de l’écriture dans l’univers technologique, mais ce n’est qu’une impression. Écrire et publier sur un nouveau support est une chose, inventer une nouvelle forme d’écriture en est une autre. Et si je me trompe, j’aimerais bien qu’on me liste et me définisse ces nouvelles formes d’écriture en prenant grand soin de tenir compte des formes existantes.

 

 

CONCLUSION

 

L’avenir n’est pas dans un détour par l’œuvre

 

Une grande confusion régnerait au sien de la population si toutes les discussions autour de ces soi-disant nouvelles formes d’écriture et au sujet de la remise en question de la référence au livre au profit de l’œuvre trouvaient un écho public étendu. Déjà incité à se familiariser avec le livre électronique et les exemplaires numériques, le bon peuple a déjà plusieurs décisions à prendre dans la balance. S’il faut que des « hippies des pixels » viennent mêler les choses, plusieurs personnes vont tout simplement décrocher et l’avenir du livre souffrira d’une mauvaise réputation, sans doute passagère, mais tout de même néfaste à la campagne d’information en cours depuis quelques années auprès de la population. Forcer un détour par l’œuvre pour ensuite nous rendre compte qu’il faut revenir en force au concept du livre sèmera la confusion.

 

 

L’avenir du livre est dans le livre

 

Qu’il soit imprimé sur papier ou sous la forme d’un fichier numérique, l’avenir du livre est pour longtemps encore dans le concept même du livre. Pour le définir, il faut respecter la perception du livre au sein de la population : un objet de papier imprimé d’une œuvre. Actuellement, le livre papier domine mais le livre électronique et les exemplaires numériques font leur petit bonhomme de chemin dans la culture populaire. La force de l’idée du livre réside dans sa clarté.

 

On peut évaluer l’ampleur de cette force de l’idée du livre dans les différentes histoires du livre. Par exemple, on peut lire : « Les premiers livres ont pour support des tablettes d’argile ou de pierre ». Comment un historien peut-il affirmer que les écritures de ces époques étaient des livres ? Il faudrait savoir comment les gens de ces époques nommaient leurs écrits. C’est sans aucun doute en raison de la domination de l’idée du livre dans son intellect que l’auteur de cette histoire du livre projette dans le passé un produit qui naîtra beaucoup plus tard. Telle est la force de l’idée du livre au siècle dernier et de nos jours. L’industrie du livre ne deviendra pas l’industrie de l’œuvre, comme l’industrie du disque est devenue l’industrie de la musique, car même l’œuvre fait référence au livre au sien de la population.

 

 

L’œuvre fermée et l’œuvre ouverte

 

Enfin, certains justifient la référence à l’œuvre plutôt qu’au livre parce que ce dernier se rapporte à une œuvre fermée dès qu’elle est imprimée. On parle de l’œuvre ouverte, c’est-à-dire en constante évolution, telle que le permettent les nouvelles technologies, notamment le web. L’auteur retouche alors son œuvre librement sur le web, la bonifie, en réécrit des passages, ajoute des liens hypertextes et peut-être même des vidéos. Malheureusement, le public est habitué à la lecture d’œuvre fermée. Le lecteur ne tient pas à relire sans fin la même œuvre pour en apprécier l’évolution constante en décelant ici et là les retouches et les ajouts. Même dans la musique chaque version est fermée. Il en va de même de l’œuvre d’un peintre. Même s’il peut la réaliser sur plusieurs années, un jour ou l’autre, il complète définitivement son œuvre. Et c’est le résultat final, le produit fini, dont l’amateur se porte acquéreur. Assister au travail en direct de l’écrivain sur le web intéressa sans doute certains lecteurs mais ils se lasseront si l’accouchement s’éternise ou en l’absence d’un produit fini.

 

Il y a déjà tant à lire, si nous devons lire et relire sans cesse les œuvres numériques ouvertes, nous abandonnerons… si l’auteur ne baisse pas les bras avant les lecteurs. Chez l’éditeur Robert ne veut pas lire, ce sont les auteurs eux-mêmes qui ont abandonné leurs feuilletons en premier. L’éditeur exige désormais de ses auteurs l’ensemble de l’œuvre, une œuvre complétée, fermée, avant de la publier en feuilletons. Seule l’œuvre fermée a un avenir commercial.

 

Serge-André Guay, président et éditeur

Fondation littéraire Fleur de Lys

 

5 mars 2010


 

Partagez cet article avec vos contacts sur Facebook

 

 Partager

 

 

Commentez : contact@manuscritdepot.com

 

 

Référencement

 

 Communiques de presse

 

 

 

Proposer une information : contact@manuscritdepot.com

 

 

Vous êtes dans la SECTION I

Informations publiées sur ce site

SECTION II

Informations publiées sur Internet

SECTION III

Exemples de contrats d'édition

 

 

 

Nous éditons votre livre en format papier et numérique

En savoir plus

Centre d'information sur les droits d'auteur

Les types de droits d'auteur

La protection et la gestion des droits d'auteur

Centre d'information sur l'édition en ligne

Ce centre d'information se veut une mine de renseignements pour quiconque souhaite découvrir le nouveau monde du livre.

Accueil

Centre de formation

Conférences, ateliers
et séminaires pour
le grand public,
les étudiants
et les enseignants.

Accueil

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 581-988-7146
 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.