Accueil

Librairie

Édition

Actualités

Conférences

Nous

Contact

Recherche

RSS

Plan du site

Maison d'édition et librairie en ligne québécoises sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Service d'éducation populaire: conférences, ateliers et séminaires.

Nouveautés

Titres

Auteurs

Genres littéraires

Livres numériques gratuits

Musique

MP3 audio & DB vidéo

Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance, essai

Pierre JC Allard, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tous les livres de Pierre JC Allard

 

 

Nouvelle société

Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance

 

PIERRE JC ALLARD

 

Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,

Montréal, 2009, 422 pages.

ISBN 978-2-89612-298-1
 

Couvertures

Présentation

Table des matières

Extrait

Biographie

Bibliographie

Obtenir un exemplaire

Suivi média et Internet

Communiquer avec l'auteur

 Partager sur Facebook

 

Pierre JC Allard

Québécois

 

Autres livres du même auteur

 

 

COUVERTURES

Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance, essai, Pierre JC Allard, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Cliquez sur les couvertures pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

Cliquez sur la couverture pour agrandir

-

»»» Lire la présentation du livre

[ Retour en haut de la page ]

 

 

PRÉSENTATION

Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance,

essai, Pierre JC Allard, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

L’histoire de l’humanité est celle de la quête de l’abondance. On n’avait rien, on voulait tout. En 1955, la capacité de production aux USA a excédé la demande. Simple question de temps pour que l’abondance devienne globale. Si on le voulait…


Avec l’abondance, hélas, est apparue dans la société industrielle une petite élite autoproclamée ayant la volonté et le pouvoir de n’octroyer cette abondance à une majorité qu’elle préférait docile qu’en échange de son renoncement à sa liberté. On a réservé ainsi les avantages du progrès à une minorité de l’humanité, traitant le reste comme un cheptel à exploiter, ou pire, comme une masse simplement encombrante.


Cette volonté d’asservir étant contre nature et barrant la voie à l’évolution, il fallait prévoir la fin de la société néo-libérale qui s’en était faite l’outil. Le changement de paradigme résulterait d’une inévitable et imminente crise financière.


Cette crise financière est maintenant là. En laissant savoir que l’argent ne vaut plus rien – et c’est bien le message du 13 octobre 2008 des autorités monétaires américaines promettant aux Banques centrales des dollars en quantité « illimitée » – on a mis un terme à la société que nous avons connue.


Nous sommes désormais à la naissance d’une société nouvelle que nous construirons comme nous le voudrons. Mais c’est une autre histoire…

 

--

»»» Table des matières

[ Retour en haut de la page ]

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance,
essai, Pierre JC Allard, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Droits d’auteur
Présentation
Chapitre 01 − Systèmes et sociétés
Chapitre 02 − La division du travail
Chapitre 03 − Le pouvoir
Chapitre 04 − Réciprocité
Chapitre 05 − La loi et le marché
Chapitre 06 − Les deux fonctions de l'État
Chapitre 07 − Les entrepreneurs
Chapitre 08 − Un temps pour produire
Chapitre 09 − Proprios et entrepreneurs
Chapitre 10 − L'industrie
Chapitre 11 − Le travailleur consommateur
Chapitre 12 − L'inflexible machine
Chapitre 13 − L'abominable satisfaction
Chapitre 14 − Le niveau de consommation globale
Chapitre 15 − L'Équation de la demande effective
Chapitre 16 − Le grand sacrifice
Chapitre 17 − Le libéralisme
Chapitre 18 − Le néolibéralisme
Chapitre 19 − Le postulat des "Deux Richesses"
Chapitre 20 − L'argent pour rire
Chapitre 21 − Le système débonnaire
Chapitre 22 − La compétence
Chapitre 23 − L'ordre de Bretton-Woods
Chapitre 24 − Le bonheur tranquille
Chapitre 25 − La fronde des managers
Chapitre 26 − Les Trente Glorieuses
Chapitre 27 − Russkis et affranchis
Chapitre 28 − La crise perverse
Chapitre 29 − La demande de services
Chapitre 30 − Exclusion
Chapitre 31 − Des hauts et des bas
Chapitre 32 − Le grand dérangement
Chapitre 33 − L'enjeu du pouvoir
Chapitre 34 − La stratégie dilatoire
Chapitre 35 − Produire pour produire
Chapitre 36 − La nouvelle finalité
Chapitre 37 − L'insatisfaction permanente
Chapitre 38 − Le modèle de surproduction
Chapitre 39 − Le plan Pénélope
Chapitre 40 − La société obèse
Chapitre 41 − L'effet chinchilla
Chapitre 42 − Le subtil intangible
Chapitre 43 − Le baccarat des initiés
Chapitre 44 − Les joueurs bien élevés
Chapitre 45 − Le monde irréaliste
Chapitre 46 − Le 4ème travailleur
Chapitre 47 − Coco et l'assistanat
Chapitre 48 − Le chant des sirènes
Chapitre 49 − Eldorado
Chapitre 50 − La fin de la trêve
Chapitre 51 − Hors de l'impasse
Chapitre 52 − La concurrence sélective
Chapitre 53 − Les adieux du Capital
Chapitre 54 − Le fric tous azimuts
Chapitre 55 − Le travail au pouvoir
Chapitre 56 − Le passage à l'acte
Chapitre 57 − Le choix du maternalisme
Chapitre 58 − Le syndrome
Chapitre 59 − Le temps du désordre
Chapitre 60 − La fuite en avant
Chapitre 61 − L'hyperdrive du crédit
Chapitre 62 − Jouer dans l'hyperespace
Chapitre 63 − Le trou noir
Chapitre 64 − Warp 9 !
Chapitre 65 − Le phénix
Chapitre 66 − L'impératif technologique
Chapitre 67 − La métamorphose
Chapitre 68 − Briser le cocon
Chapitre 69 − La société entrepreneuriale
Au sujet de l’auteur
Communiquer avec l’auteur
Du même auteur

6
13
15
21
27
31
35
39
43
47
51
57
63
67
73
79
83
89
95
101
107
111
117
123
129
135
141
147
153
159
165
171
177
183
189
195
201
207
213
219
225
231
237
241
247
253
259
265
271
277
283
289
295
301
307
313
319
25
331
337
343
349
355
361
367
373
379
385
391
397
403
409
413
415

--

»»» Lire un extrait

[ Retour en haut de la page ]


 

 

EXTRAIT

Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance,
essai, Pierre JC Allard, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

CHAPITRE 1
Systèmes et sociétés


On parle d'une Nouvelle Société, mais qu'est-ce qu'une société ? Une société est un système. Le mot "système" est utilisé dans plusieurs disciplines et revêt des sens si différents, que son emploi peut jeter la confusion. Un système, dans le sens où nous l'entendons ici, est un ensemble d'éléments en interaction ; un système est entièrement défini par ses éléments et les interactions qui constituent son fonctionnement. Il existe une immense variété de systèmes : naturels, artificiels, fermés, ouverts... Votre corps est un système. VOUS êtes un système.


Une société est un système dont les individus sont les éléments et dont les interactions sont des activités de production et d'échange, "échange" incluant ici toute forme de transmission de biens, de services ou d'information, avec ou sans contrepartie, consentie ou imposée. Une société est un lieu d'échanges. Échanges d'idées, de connaissances, de sentiments, de bien et services. On y donne, on y prend, on y vend et achète et l'on y troque. On y met aussi en commun les forces et les ressources dont on dispose, ce qui n'est qu'une autre forme d'échange.


Chaque société est un système qui a ses façons de faire, plus ou moins efficaces, plus ou moins satisfaisantes pour ceux qui en sont parties. Efficacité et satisfaction dépendent largement de ce que sont les sociétaires, de leurs valeurs et de ce qu'ils font, mais, si le résultat n'est pas conforme à leurs espoirs, ce sont toujours les façons de faire et surtout les termes des échanges qui seront blâmés, puisque se sont toujours dans les interactions que les insuffisances se manifestent. Critiquer ces façons de faire, c'est critiquer « le système ».


Le Système est donc vu comme le méchant loup dans la bergerie des citoyens innocents, ce qui est loin d'être faux. Les maux qui nous viennent du Système et ceux dont est responsable la simple nature humaine, cependant, se confondent souvent et la confusion est rarement innocente. Les vicissitudes qui nous viennent de la nature sont ainsi imputées au Système par tous les marchands d'illusions, alors que, pour protéger des intérêts acquis, des problèmes qu'il serait facile de résoudre sont parfois présentés comme des fatalités


C'est la première confusion à éviter quand on parle d'apporter des changements fondamentaux à la société. Or, le loup se déguise en Mère Grand, en Chaperon Rouge et même en descente de lit quand ça l'arrange. Dans la pénombre, l'inverse n'est pas non plus exclu. Il est donc vital de diffuser un signalement précis du Système, car nous sommes désormais bien nombreux à dénoncer le "système" et, à défaut de reconnaître le loup de profil comme de face, on risque de plus en plus de se tirer dessus entre chasseurs.


On risque surtout de tirer en l'air, d'imputer à une société en particulier ce qui est commun à toutes les sociétés et dont il est donc oiseux d'accuser le système qui y prévaut. Ainsi, les sociétés que nous connaissons, y compris celle dans laquelle nous vivons, sont des structures qui ont pris forme spontanément, longtemps avant qu'un intello de service ne décide de les appeler "sociétés" et n'en analyse le fonctionnement. Ces sociétés n'ont donc pas été créées sur plan, pour une finalité, mais se sont développées selon les circonstances. Ce sont des sociétés qu'on pourrait dire "naturelles".


Les principes de fonctionnement des sociétés naturelles n'ont pas été créés non plus; ils ont simplement été découverts, de même qu'on n'a pas créé, mais qu'on a simplement découvert la Loi de la gravité, celle de la conservation de l'énergie et autres lois de la nature. Il y a longtemps qu'on a découvert les règles qui régissent le fonctionnement des sociétés naturelles : ce sont celles qui découlent de la nature humaine.


Il y a deux principes fondamentaux qui déterminent l'avènement, le fonctionnement et l'évolution des sociétés qui se sont ainsi créées spontanément.


Le premier est que l'ÉGOÏSME EST PARTOUT. Chaque "sociétaire" tente de retirer tout ce qu'il peut de la société en y contribuant le moins possible. Altruisme, dévouement et abnégation peuvent exister dans une société naturelle - surtout quand, comme l'explique Maslow, l'individu, bien repu, cherche des plaisirs plus subtils ou voit son bénéfice au ciel ou ailleurs - mais le comportement prévalent d'une société, celui qui permet de prévoir son fonctionnement, c'est que chacun tire à soi la couverture. Ceci demeure vrai, même si certains mettent à le faire plus d'élégance et moins de malveillance que d'autres.


Le second est que LA FORCE TRIOMPHE TOUJOURS. Au départ, il y a la simple force physique, à laquelle s'ajoute vite celle des armes; ensuite, il y a l'intelligence, à laquelle vient s'ajouter l'information, prenant la forme de la connaissance; enfin, il y a la richesse, laquelle permet de manier la promesse en plus de la menace. Les circonstances modifient les rapports de force et il faut en tenir compte, mais, dans une situation donnée, le plus fort gagne toujours.
Dans une société idéale, ces principes ne s'appliqueraient pas. Chacun exécuterait avec abnégation et enthousiasme la tâche qui lui est dévolue et l'appartenance au groupe serait joyeusement consentie. C'est la situation qu'on imagine dans un monastère bénédictin. Hélas, les États que l'histoire a connus jusqu'à ce jour n'ont pas été des sociétés idéales. Si on veut que ce soit l'altruisme et la justice qui prévalent, il faut que le système l'impose. Il faut créer un système qui le fera et lui montrer à le faire.
 

-

»»» Suivi médias

[ Retour en haut de la page ]

 

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance,
essai, Pierre JC Allard, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Cliquez sur les logotypes des médias et/ou sites Internet ci-dessous.

 

 

»»» Biographie de l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

BIOGRAPHIE

Pierre JC Allard

 

Avocat (1957), économiste (1965). Premier directeur général de la Main-d'oeuvre au gouvernement du Québec, directeur général de l'Institut de Recherches et de Normalisation Économique et Scientifique (IRNES) et vice-président adjoint (Finance /Administration) du Groupe SNC.

Vice-président aux Affaires internationales de la Société d'Exploitation des Ressources Éducatives du Québec (SEREQ).Collaborateur aux travaux du Conseil Scientifique de l'Évaluation (Paris).
 

Directeur de projet, négociateur ou expert-conseil au sein de nombreux projets privés et publics à financement multilatéral ou bilatéral d'assistance au tiers-monde (OCDE, UNESCO, BIRD, ACDI, BAD, CEE) et membre du conseil d'administration de diverses OSBL : Club 2/3, APCI, Acer International.
 

* * *

 

Présentation de l'auteur par le journaliste Jacques Giroux, Journal de Québec à l'occasion du lancement du livre "Monde ordinaire, c'est à ton tour...", Avril 1993.

 

" Sa vie est un roman d'aventure. Ce globe-trotter, homme d'action et de réflexion, a parcouru plus de 100 pays. Polyglotte, humaniste, formé à l'école des Jésuites, il devient, fin des années 50, moine itinérant en Inde et disciple du gourou Sivananda. Conseiller juridique de Fidel Castro, expert-conseil en Espagne sous le régime Franco, il négocie des contrats en Iran, sous le règne du Shah. Membre du premier conseil exécutif national du NPD, il organise en 1962 la première campagne de financement du Rassemblement pour l'Indépendance Nationale.

 

Témoin privilégié des grands bouleversements politiques et sociaux, il a été plongé dans l'enfer de la guerre civile au Zaîre en 1962 et, 20 ans plus tard, vécu le désespoir du peuple Salvadorien, déchiré par une lutte fratricide. Il est à Paris lors des manifestations de Mai 68, fête en avril 1974 avec les Portugais, la "Révolution des Oeillets" et, quelques mois plus tard, assiste à la chute de la junte des Colonels à Athènes en Grèce.

 

Artiste dans l'âme, rationaliste mais adepte du I Ching, la sagesse millénaire de la Chine qu'il a aussi visitée, l'auteur est multidimensionnel: un homme de la Renaissance, il véhicule des idées du Troisième Millénaire. Il faut avoir vécu bien des "vies" en une, pour parler aussi simplement de choses aussi complexes au Monde Ordinaire.

 

* * *
 

En savoir plus

 

SITE INTERNET PERSONNEL DE L'AUTEUR : http://nouvellesociete.org/ 

 

BLOGUE DE L'AUTEUR : http://nouvellesociete.wordpress.com/accueil/

--

»»» Bibliographie de l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Pierre JC Allard

 

Évangile de l'Autre
BARABAS
(PIERRE JC ALLARD)
Roman de religion fiction,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Montréal, 2006, 132 pages.
ISBN 2-89612-022-X

 

Le printemps de Libertad
PIERRE JC ALLARD
Roman suspense de politique fiction,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Montréal, 2005, 288 pages.
ISBN 2-89612-050-5

 

Crisis and beyond

Second edition
Pierre JC Allard
Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,

Montréal, 2005, 484 pages.
ISBN 2-89612-116-1

 

Nouvelle société
Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance
PIERRE JC ALLARD
Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Montréal, 2009, 422 pages.
ISBN 978-2-89612-298-1

 

Monde ordinaire, c'est à ton tour...
PIERRE JC ALLARD
Essai, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Montréal, 2009, 342 pages.
ISBN 978-2-89612-320-9

 

--

»»» Communiquer avec l'auteur

[ Retour en haut de la page ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEUR
Pierre JC Allard

 

Pierre JC Allard se fera un plaisir
de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

ADRESSE DE COURRIER ÉLECTRONIQUE : pjca@iname.com

 

SITE INTERNET PERSONNEL DE L'AUTEUR : http://nouvellesociete.org/ 

 

BLOGUE DE L'AUTEUR : http://nouvellesociete.wordpress.com/accueil/

 

-

--

»»»  Obtenir un exemplaire

[ Retour en haut de la page ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE

Nouvelle société − Volume 1 − De la pénurie à la crise de l'abondance,
essai, Pierre JC Allard, Fondation littéraire Fleur de Lys
 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)
 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 418-903-5148

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

Exemplaire papier Exemplaire numérique

Résidents du

Canada

 

24.95$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

Résidents

ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

Résidents du

partout dans le monde

 

16.50$ CAD

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

 

 

Versement de votre don par la poste

(chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom (prénom

et nom de famille)


Votre adresse postale complète


Votre adresse électronique


Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :
renee-fournier@bell.net

 


Exemplaire numérique


Partout dans le monde


16.50$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Retour en haut de la page ]

 

PUBLICITÉS

-

 

-

 

 


Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8 Tél.: 418-903-5148

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.
La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.