Maison d'édition et librairie québécoises en ligne sur Internet

avec impression papier et numérique à la demande.

Accueil

Librairie

Maison d'édition

Nous

Contact

Recherche

Actualité

LES ŒUVRES DE PÂQUERETTE BÉLAND

Pâquerette est native de la Matapédia. Après des années d’études en piano, elle décida de l’enseigner un an ou deux. Ce fut une longue parenthèse qui se solda dix ans plus tard par un retour à l’Université en Études littéraires, suivi d’une maîtrise en Bibliothéconomie. Lire la suite

Cliquez sur la couverture de votre choix

LES TROIS VALLÉES

LA SAGA DES PRADOV

LE CYCLE DE THÉO

 

Le petit-fils du sorcier, Tome I – Alban à Sayabec,
littérature Jeunesse, Pâquerette Béland,
Fondation littéraire Fleur de Lys, 2017

 

Le petit-fils du sorcier
 

Tome I – Alban à Sayabec

Pâquerette Béland


Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2017, 150 pages.

 

ISBN 978-2-89612-546-3

 

Couverture souple couleur

Format 6 X 9 pouces

Reliure allemande

 

Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)

Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

Couvertures

Présentation

Extrait

Suivi médias et Internet

Au sujet de l'auteure

Du même auteure

Communiquer avec l'auteure

Commander votre exemplaire

-

PARTAGER

CETTE PAGE

 

COUVERTURES

 

Le petit-fils du sorcier, Tome I – Alban à Sayabec, littérature Jeunesse,

Pâquerette Béland, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

 

[ Présentation ]

[ Retour au menu ]

 

PRÉSENTATION

 

Le petit-fils du sorcier, Tome I – Alban à Sayabec, littérature Jeunesse,
Pâquerette Béland, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Bien avant la fondation officielle de Sayabec, Martin, le fils aîné d’un moulineur de Sainte-Angèle, épousa Lantine, une native de l’endroit.


Avant de compléter sa famille par une petite fille prénommée Blanche, le couple eut un premier enfant, Aldé, suivi deux ans plus tard par Alban.


Aldé n’avait pas atteint l’âge de raison que déjà il savait qu’il serait moulineur comme son père et son grand-père paternel.


Pour ce qui était d’Alban…


Suspecté parce que différent, il niait vigoureusement la rumeur qui l’associait à son autre grand-père, celui qu’on avait qualifié de sorcier.


Qui était-il vraiment ?


Vous le saurez en lisant ce roman, Alban à Sayabec.
 

 

[ Lire un extrait ]

[ Retour au menu ]

 

 

EXTRAIT

Le petit-fils du sorcier, Tome I – Alban à Sayabec, littérature Jeunesse,

Pâquerette Béland, Fondation littéraire Fleur de Lys 

 

NOTE

Aspect historique

Ce livre est une fiction et non un ouvrage historique. À l’exception de Pierre Brochu, de deux de ses fils, Jean et Thomas, et de Louis-Édouard Desjardins, médecin, basse chantante et folkloriste de renom, tous les per¬sonnages, institutions, sites et évènements sont des créations imaginaires, y compris les faits concernant la famille Brochu ou les congrégations religieuses. Toute ressemblance ne serait que coïncidence.

 

Aspect linguistique de l'époque

 

Mis à part quelques personnages caractérisés par la graphie de leur langage : icitte, pis, je vas ou des è transformés en é, ou autre, j’ai suivi le conseil de mon institutrice de première année, mademoiselle Desjardins, qui nous répétait souvent : Le français, ça ne s’écrit pas comme ça se prononce.


J’ai aussi utilisé des mots du terroir qui décrivent des réalités spécifiques au Québec du XIXe siècle et parfois encore à celui d’aujourd’hui. Vous les retrouverez dans un Lexique à la fin du livre.

 

PROLOGUE

 

Bien avant que la paroisse de Sayabec ne soit érigée canoniquement et intégrée à l’histoire officielle du développement de la vallée de la Matapédia, une bourgade avait pris naissance au nord de la rivière Noire, appelée à cette époque, Awantjish. Les colons venus de villages voisins ou côtiers s’étaient rapidement transformés en bûcheux et en cantonniers pour défricher le pays. D’autres, plus astucieux, avaient construit sur leur terre des moulins à scie ou à bardeaux pour répondre aux besoins croissants des habitants.


Martin, le fils aîné d’un moulineur de Sainte-Angèle, fut l’un de ceux-là. Il épousa une native de Sayabec, Lantine, et fonda une famille.


Avant de la compléter par une petite fille pré¬nommée Blanche en l’honneur des trèfles qui s’étendaient en damassure devant leur maison, le couple eut un premier enfant, Aldé, suivi deux ans plus tard par Alban.


Aldé n’avait pas atteint l’âge de raison que déjà il savait qu’il serait moulineur comme son père. Il fréquentait régulièrement le moulin pour épier Ti-Moté le scieur de long, pour corder des bardots neufs ou accomplir différentes tâches.


Pour ce qui était d’Alban…
 

 

CHAPITRE 1 -  LA MENACE

 

— Maman ! Alban a parlé, cette nuit, se plaignit Aldé entre deux bouchées de son gruau matinal.


Alban grinça des dents tout en baissant la tête sur son bol. Une fois de plus, il était le sujet de la conversation et cela l’horripilait.


« Je pensais que c’était fini, continuait son frère. Je ne l’avais pas entendu de tout l’hiver. Et voilà que ce printemps, ça recommence. J’en ai assez ! Pourquoi tu veux pas que je couche dans la grande chambre ? »


— C’est ma chambre de réserve. Elle doit rester propre.


— Ouais ! Celle du père Chrisse.


— Père Christophe, Aldé ! Sors de table et repens-toi pour ce mauvais mot.


Aldé grimaça en lançant sa cuillère dans son bol ; il se leva en repoussant sa chaise.


— J’avais fini de toute façon, bougonna-t-il sans s’excuser. Il se dirigea vers la porte arrière et fonça dans son père qui entrait.


— Aldé ! Reviens ici ! ordonna Lantine.


Martin referma derrière son aîné qui s’enfuyait.


— Qu’est-ce qu’il a, ce matin ? Ça ne lui arrive pas souvent d’être dans cet état, nota son père en s’assoyant au bout de la table.


— Il a passé une mauvaise nuit. Alban, dit Lantine en pointant son deuxième, a recommencé à parler en dormant. Je ferais peut-être bien de le confier au père Christophe quand il reviendra. J’ai peur qu’il soit possédé.


— Voyons Lantine ! C’est un enfant. Il vit une période difficile, avec les examens, l’instruction religieuse, la première communion... puis il fait des cauchemars. Ça va passer, supposa Martin en lui ébouriffant les cheveux. Pas vrai, mon blond ?


Alban hocha la tête sous cette caresse.


Au moins, lui, il me comprend, se dit-il.


— Je peux me lever de table ? J’ai fini.


— Oui, acquiesça Martin. Va jouer dehors.


— Prends ta veste et abrille-toi bien, recommanda sa mère. Il fait frais à cette heure-ci.


Alban se réfugia sous l’appentis, au bout des cordes de bois, pour rabâter. Cela faisait plus ou moins trois ans qu’elle lui parlait. La nuit. L’été. C’était son amie. Elle lui avait même confié son nom. Lamurmurante.
— Alban ! Où es-tu ? cria Aldé en contournant l’appentis.


Sans répondre, il délaissa son abri pour rejoindre son frère.


« Viens-tu au chantier de l’oncle Ernest ? Papa va y aller avec une cargaison de bois de finition. On pourra distribuer l’eau et les galettes du boulanger pour l’arrêt de huit heures et demie, pis retourner à onze heures pour le dîner. Il fit une courte pause. « Ça avance vite, la construction. As-tu remarqué que le charpentier se prend pour un boss depuis qu’il est entouré de tous ces apprentis ? » Et il commenta encore les travaux du quotidien.


Alban marchait à côté de son aîné. Il acquiesçait à ses dires d’un signe de tête. Il aurait pu lui en vouloir d’avoir révélé sa récente conversation nocturne. Mais c’était fait. Il n’y pouvait plus rien.


Après leur corvée, des courses dans les broussailles et un concours de ricochet sur la rivière, les deux frères regagnèrent la maison, épuisés et affamés.


— Lavez vos mains et assisez-vous en attendant votre père, ordonna Lantine. Ce n’est pourtant pas dans ses habitudes d’être en retard, contrairement à vous deux ! J’ai un mauvais pressentiment. Je suis certaine qu’il y a eu un accident.


Aldé sortit une paire de dés de sa poche et Alban accepta son invitation à jouer. Et pendant que Lantine, inquiète, battait les cent pas entre les portes, ils multi¬plièrent les parties en les ponctuant d’éclats de rire.

* * *

— Ah ! Te voilà ! s’exclama Lantine dès que Martin eut mis un pied dans la porte. Qu’est-ce qui s’est passé ?


— Calme-toi. Je n’ai rien. C’est L’Pit qui est tombé d’une échelle. Il avait une démanchure à l’épaule. Il a fallu attendre l’arrivée du rebouteux. Il l’a ramanché. Pis je les ai reconduits chacun chez eux.


— Tant mieux ; ça me soulage. Venez manger, les garçons, appela-t-elle en remplissant les assiettes.

— Je vais repartir tout de suite après le repas, la prévint Martin. On va profiter de la lumière jusqu’au bout. Tu sais, si on maintient notre cadence, la maison d’Ernest sera terminée une semaine avant son mariage. Ça permettra à Rosa de placer ses affaires d’avance. Tu te rappelles, dans le temps... Ton père nous avait apporté plein de choses, juste au moment où on achevait la finition du haut.


— Ne parle plus de lui. Je te l’ai déjà dit.


Silencieux, il avala quelques cuillérées de soupe à l’orge.


— Et vous, les gars, ça vous plait de participer à la corvée ?


— Ah oui ! éclata Aldé. Quand le moment sera venu, je bâtirai moi-même ma maison, comme l’oncle Ernest.


— Tu as encore le temps d’y penser, mon grand, rétorqua Martin.


Alban resta muet. Il ne savait que dire. Tête baissée, il engouffrait sa soupe avec appétit.


Le père compléta son repas d’une omelette et d’un thé noir, décrocha sa casquette et enfila son blouson de travail.


— Est-ce que tu m’accompagnes ?


La question était pour Aldé. Alban tourna la tête vers son frère qui s’essuyait la bouche du revers de la manche.
— N’oublie pas ta veste, conseilla sa mère.


La porte refermée, Lantine ramassa les assiettes avant de zieuter Alban.

— T’as pas fini ? Dépêche-toi ! Elle patienta quelques secondes. « Bon, t’as assez niaisé. Donne-moi ton plat et va soigner les poules en m’attendant. Pis fais attention en prenant les œufs ; ne fais pas comme l’autre fois. »


— Oui, maman. Je sais, répliqua Alban, agacé par ce rappel.


Il rendossa la veste usée qu’avait portée Aldé et chemina jusqu’à l’étable. Il plongea une écuelle dans le seau à grains et pénétra dans le poulailler. Il donna d’abord une bonne portion au coq, puis il répandit consciencieusement les grains de façon à ce que chaque volatile ait sa part. Il n’y avait pas d’œufs dans les nids ; il referma soigneusement la porte et rangea l’écuelle sur le seau.


Il entra ensuite dans l’étable, décrocha la fourche du mur et transporta du fourrage au veau. Il ouvrit le clapet donnant accès à la conduite d’eau ; une fois l’auge remplie, il le ferma bien fort. Le veau qu’il appelait affectueusement Émi en lapa une bonne ration et lui lécha les mains.


— Émi ! Quand vas-tu cesser ce jeu ? Tu es grand maintenant.


Le veau se moqua effrontément de ses remontrances en le poussant d’un coup de tête.


« Je t’aime bien, même si t’es malcommode », l’assura Alban en lui caressant la nuque.


La porte s’ouvrit. Lantine se dirigea vers la vache, un banc dans une main et une chaudière dans l’autre. Elle avait à peine avancé de quelques pas que le manche d’un râteau oublié dans la paille l’assomma d’un coup sec. Elle bascula sur le dos, le front ensanglanté.


— Maman !
 

 

[ Suivi médias et Internet ]

[ Retour au menu ]

 

SUIVI MÉDIAS ET INTERNET

Le petit-fils du sorcier, Tome I – Alban à Sayabec, littérature Jeunesse,

Pâquerette Béland, Fondation littéraire Fleur de Lys

Cliquez sur les logos ci-dessous

 

À VENIR À VENIR

 

 

 

[ Au sujet de l'auteure ]

[ Retour au menu ]

 

 

AU SUJET DE L'AUTEURE

 

Pâquerette Béland

 

 

Il y longtemps déjà, Pâquerette est née à Sayabec, un village de la Matapédia. Elle fréquenta l’école des Filles de Jésus où des cours de piano lui permirent de découvrir l’amour de la musique. Quand elle entra au secondaire, une autre passion l’attendait, celle de la littérature. Et c’est celle-ci qui influença son choix d’études collégiales.


À la fin de son Cégep, elle décida d’aller sur le marché du travail, un an ou deux, pour enseigner le piano. Une parenthèse qui se solda dix ans plus tard par un retour à l’Université de Rimouski en études littéraires, suivi d’une maîtrise en Bibliothéconomie, à Montréal.


Cette nouvelle profession lui permit de travailler dans des milieux différents, – Rimouski, Jonquière, St-Hubert – et l’amena aussi à rencontrer plein de gens intéressants, – libraires, éditeurs et bien sûr écrivains.  Mais ce fut surtout la présence continuelle des livres autour d’elle et de tous les mondes qu’ils renferment qui déclenchèrent son envie d’écrire. Et comme source d’inspiration, rien de mieux que la vallée qui la vue grandir et les pays qu’elle a visités.


Elle se mit à la tâche en février 2001 et depuis, l’écriture fait partie de son quotidien pour son plus grand plaisir.

 

 

[ Du même auteure ]

[ Retour au menu ]

 

 

DU MÊME AUTEURE

 

Pâquerette Béland

 

 

LE CYCLE DE THÉO

Sakpédiak, mission de routine

Premier cycle de Théo


PÂQUERETTE BÉLAND


Roman, fantastique, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 322 pages.
ISBN 978-2-89612-278-3

 

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.1.htm

À la rencontre d'Ôhn Ké Tou

Deuxième cycle de Théo


PÂQUERETTE BÉLAND


Roman, fantastique, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 322 pages.
ISBN 978-2-89612-278-3

 

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.1.htm

Les traces d'un dieu

Troisième cycle de Théo


PÂQUERETTE BÉLAND


Roman, fantastique, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 322 pages.
ISBN 978-2-89612-278-3

 

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.1.htm

LA SAGA DES PRADOV

La saga des Pradov

Tome I - Un héritage envoûtant

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman, Saga familiale, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 274 pages.
ISBN 978-2-89612-291-2


http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.2.htm 

La saga des Pradov

Tome II - Le chant du coucou

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman, Saga familiale, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 274 pages.
ISBN 978-2-89612-291-2

 

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.3.htm

La saga des Pradov

Tome III - Le nid de l'étranger

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman, Saga familiale, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, 2009, 274 pages.
ISBN 978-2-89612-291-2

-

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.4.htm

La saga des Pradov

Tome IV - Le Roussaillon

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman, Saga familiale, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2012, 286 pages.
ISBN 978-2-89612-404-6

-

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.5.htm

Les trois Vallées - Les Chroniques de Jéléna

Tome I - Vallée de Flavia

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman - Série fantastique, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2014, 336 pages.
ISBN 78-2-89612-459-6

-

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.8.htm

Les trois Vallées - Les Chroniques de Jéléna

Tome II - Vallée d'Angéla

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman - Série fantastique, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 416 pages.
ISBN 978-2-89612-471-8

-

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.9.htm

Les trois Vallées - Les Chroniques de Jéléna

Tome III - Vallée de Lucia

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman - Série fantastique, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2015, 460 pages.
ISBN 978-2-89612-493-0

-

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.10.htm  

Les trois Vallées - Les Chroniques de Jéléna

Tome IV - Magicinum

PÂQUERETTE BÉLAND

Roman - Série fantastique, Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2016, 448 pages.
ISBN 978-2-89612-521-0

-

http://manuscritdepot.com/a.paquerette-beland.11.htm  


 

 

[ Communiquer avec l'auteure ]

[ Retour au menu ]

 

 

COMMUNIQUER AVEC L'AUTEURE

 

Pâquerette Béland

 

Pâquerette Béland se fera un plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de correspondance électronique : paquerettebeland@yahoo.ca

 

 

[ Obtenir un exemplaire ]

[ Retour au menu ]

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE PAPIER OU UN EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE

 

Le petit-fils du sorcier, Tome I – Alban à Sayabec, littérature Jeunesse,

Pâquerette Béland, Fondation littéraire Fleur de Lys

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir votre exemplaire papier

ou numérique du livre annoncé sur cette page.

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

Faites votre choix :

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com   

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 418-903-5148

 

 

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

EXEMPLAIRE PAPIER
CANADA AILLEURS DANS LE MONDE

 

24.95$ CAD

 

Tout inclus

 

Livraison : 21 jours ouvrables

 

 

 

Écrivez à l'adresse suivante

car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@bell.net

 

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE
Partout dans le monde
PDF

7.00$ CAD

 

Livraison en pièce jointe à un courriel dans les 24 heures

 

 

 

 

Commande postale

UNIQUEMENT POUR LES EXEMPLAIRES PAPIER

1 2 3

Indiquez sur un papier

 

 

Le titre du livre

et le nom de l'auteur


Votre nom

(prénom et nom de famille)


Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire
Fleur de Lys inc.

Précisez le montant
sur le chèque

 

Exemplaire papier


Canada


24.95$ canadiens

Tout inclus
Livraison : 15 jours ouvrables

 


Ailleurs dans le monde


Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :


renee-fournier@bell.net

 

 

4

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys
31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

[ Exemplaire numérique ]    [ Exemplaire papier ]

[ Retour au menu ]

 

Fondation littéraire Fleur de Lys, 31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

Téléphone : 418-903-5148 (interurbain gratuit abonnés au service téléphonique Vidéotron)

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu

des autres sites auxquels elle pourrait se référer.