Pionnier québécois de l'édition en ligne

avec impression à la demande.

LIVRES PAPIER ET NUMÉRIQUEE

À VOTRE SERVICE DEPUIS 2003

Une série de huit romans policiers

signée par Guy Dussault

 

Chaque titre présente une nouvelle enquête

du surintendant Jonathan Elliot

 

Le destin cruel des jumelles Farrell

 

 

 

 

 

Le destin cruel des jumelles Farrell

 

Roman policier

 

Guy Dussault

 

Fondation littéraire Fleur de Lys,

 

Lévis, Québec, 2013, 368 pages.

 

ISBN 978-2-89612-445-9

 

Couverture souple couleur

 

Format 6 X 9 pouces

 

Reliure allemande

 

 

Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)

 

 

Exemplaire numérique : 7.00$ (Partout)

 

 

 

PRÉSENTATION

 

 

Depuis qu’elles avaient convolé en justes noces à trois mois d’intervalle, les jumelles Joyce et Sarah Farrell vivaient dans des mondes fort différents. L’une avait choisi comme époux un homme riche et influent, l’autre avait été choisie comme épouse par un homme simple et sans importance.

 

Alors qu’étant plus jeunes tout les unissait, la vie qu’elles menaient dorénavant auprès de leurs époux les avait séparées et les opposait maintenant en tout.

 

La mort allait se charger de les réunir à nouveau, plongeant le lecteur au cœur de la sixième enquête du surintendant Jonathan Elliot, alors que ce dernier vit des heures tourmentées au sein de la Philippsburg’s Metropolitan Police.

 

 

TABLES DES MATIÈRES

 

 

Description du pays et de sa capitale

 

Les forces policières

 

Personnages identifiés présents dans ce roman

 

Chapitre 1 – Invitations

 

Chapitre 2 – Halloween mortelle

 

Chapitre 3 – La bourse ou la vie

 

Chapitre 4 – Premiers pas

 

Chapitre 5 – Mots d’estomac et maux d’esprit

 

Chapitre 6 – Meurtre en écho

 

Chapitre 7 – Rien ne va plus

 

Chapitre 8 – Amants et maîtresses

 

Chapitre 9 – Discussions en tout genre

 

Chapitre 10 – Points de vue

 

Chapitre 11 – Ombres et lumières

 

Chapitre 12 – Ô, James !

 

Chapitre 13 – Oh ! James !

 

Chapitre 14 – Vérités et mensonges

 

Chapitre 15 – Vérité ou mensonge ?

 

Chapitre 16 – Stupéfaction et réconciliation

 

Chapitre 17 – Cinéma ! Cinéma !

 

Chapitre 18 – D’ores et... d’argent

 

Chapitre 19 – Surprise et jubilation

 

Chapitre 20 – Aveux

 

Chapitre 21 – French Cancan et sacro-seins

 

Chapitre 22 – Dénouement inattendu

 

Au sujet de l’auteur

 

Du même auteur

 

Communiquer avec l’auteur

 

EXTRAIT

 

Extrait du chapitre 1

Invitations

 

Depuis qu’elles avaient convolé en justes noces à trois mois d’intervalle, les jumelles Joyce et Sarah Farrell vivaient dans des mondes fort différents. L’une avait choisi comme époux un homme riche et influent, l’autre avait été choisie comme épouse par un homme simple et sans importance. L’une voyageait à l’étranger régulièrement, l’autre sortait rarement de chez elle. L’une dépensait sans calculer, l’autre calculait chacune de ses dépenses. L’une ne voyait pas le temps passer tellement tout l’intéressait, l’autre passait tout son temps à ne rien voir d’intéressant.

 

La première, Joyce, était l’épouse de maître James Russell, plus jeune associé de la firme légale Barnum, Blooms, Holmes and Associates. La seconde, Sarah, était l’épouse de Chris Webber, comptable sans ambition à la fabrique de verre Imperial Glass Ltd. Alors qu’étant plus jeunes tout les unissait, la vie qu’elles menaient dorénavant auprès de leurs époux les avait séparées et les opposait maintenant en tout. Malgré cela, elles persévéraient à se fréquenter régulièrement pour s’échanger des potins et des confidences, ou simplement pour le plaisir de se revoir.

 

* * *

 

— Dites-moi, James, votre très charmante épouse Joyce a-t-elle prévu quelque chose de spécial pour l’Halloween, cette année ?

 

La question provenait de maître Oliver Holmes, l’un des deux principaux associés, l’autre étant son frère Harry, de la prestigieuse firme légale Barnum, Blooms, Holmes and Associates qui avait pignon sur rue dans la partie historique du district de Westside, au cœur de la capitale Philippsburg. Elle s’adressait au plus récent associé de la firme, maître James Russell, un criminaliste talentueux dont on disait le plus grand bien, mais dont l’ensemble des qualités n’avait tout de même pas été suffisant pour justifier que son nom apparaisse dans la dénomination de l’entreprise.

 

Quelques semaines auparavant, après une discussion à huis clos, le groupe des associés en titre à l’époque avait tranché à l’unanimité que la firme de prestige qu’il dirigeait continuerait, malgré l’ajout d’un nouvel associé, de se nommer Barnum, Blooms, Holmes and Associates plutôt que de changer son appellation en Barnum, Blooms, Holmes, Russell and Associates. L’allégresse de James Russell, lors¬qu’on lui avait annoncé sa nomination comme associé, perdit une part importante de son intensité lorsqu’on lui apprit subséquemment que la firme n’aurait pas à modifier son luxueux papier à en-tête. James Russell trouva néanmoins matière à consolation lorsque ses premiers émoluments à titre d’associé lui furent remis. Mais tout cela faisait déjà partie du passé.

 

En cette fin d’après-midi du 29 octobre 1959, dans le brouhaha de la petite soirée organisée par la firme, dans ses propres bureaux, afin de célébrer les impressionnants résultats financiers de l’année qui s’achevait, James Russell entendit à peine la question de maître Holmes, ce qui ne l’empêcha pas d’y répondre.

 

— Non, pas cette année, mon cher Oliver. Même si la soirée costumée de l’an passé a été une réussite, comme vous vous en souvenez, il semble bien que nous nous contentions cette année d’un tristounet souper à la maison avec la sœur de Joyce et son endormant mari. Bien qu’encore là, je ne serais pas surpris que ce dernier choisisse de ne pas se montrer. Il nous fait régulièrement le coup de se décommander à la dernière minute en prétextant un surcroît de travail.

 

Le visage d’Oliver Holmes se fendit d’un large sourire.

 

— Dommage, nous nous étions si bien amusés. Par contre, vous, vous ne devriez pas vous en plaindre puisque cela vous laissera seul avec votre magnifique épouse à votre droite et son reflet tout aussi magnifique à votre gauche.

 

— Oui, je l’admets. Mais elles ont beau être jumelles, la beauté de Sarah a tout de même moins d’éclat que celle de Joyce. Je dois dire qu’elle a fait un mariage nettement moins intéressant que Joyce, si je puis me permettre. Je l’affirme en toute modestie, bien sûr. Chris Webber est un être absolument insipide. C’est ce qui explique que Sarah perde lentement sa beauté depuis qu’elle est mariée, au contraire de Joyce, alors que dans leur jeunesse, mon épouse et elle étaient absolument identiques, au point que même leurs parents ne pouvaient parfois les distinguer.

 

— Êtes-vous certain, alors, d’avoir marié la bonne fille ? demanda Oliver Holmes, en complétant sa question par un clin d’œil.

 

Le groupe d’hommes et de femmes réunis autour d’Oliver Holmes et de James Russell y alla d’un bruyant concert de rires, la plupart forcés. Tous avaient compris depuis longtemps qu’il valait mieux manifester clairement son appréciation, qu’elle soit sincère ou hypocrite, des blagues humoristiques des frères Oliver et Harry Holmes, aussi douteuses pouvaient-elles être parfois.

 

— Vous posez là une intéressante question, mon cher Oliver, répondit Russell. Il faudra que je m’en assure à nouveau le soir de l’Halloween.

 

* * *

 

— C’est une invitation de Joyce, Chris. Tu ne peux pas toujours les refuser.

 

— Je ne suis pas intéressé, Sarah. Tu iras seule. Tu n’auras qu’à leur dire que je dois aller au bureau pour une urgence.

 

— Bien sûr ! Tout le monde sait qu’à la fabrique de verre Imperial Glass Ltd, il y a toujours des urgences un samedi soir d’Halloween pour un simple comptable.

 

— C’est ça ! Vas-y ! Remets-moi encore sous le nez que je ne suis qu’un petit comptable, alors que ta sœur Joyce a marié un brillant procureur devenu associé du plus prestigieux bureau juridique de la ville.

 

— Oh ! Mais je n’ai pas besoin de te le rappeler, tu passes ton temps à t’en plaindre toi-même. Tu es devenu tout à fait ridicule avec ton complexe d’infériorité. James a beau être un homme riche et influent, il n’en demeure pas moins qu’il est très aimable avec nous. Du moins avec moi, puisque toi, tu trouves toujours un prétexte pour ne pas le rencontrer.

 

— On sait bien. L’aimable James ! Le gentil James ! Attends le jour où il te tripotera les fesses en prétextant qu’il t’a confondue avec Joyce. On verra alors si tu le trouveras aussi charmant. Quoique ça ne te déplairait sans doute pas.

 

— Ce que tu peux être idiot !

 

— C’est ça ! Ridicule, complexé et idiot. Et pauvre. N’oublie pas également pauvre.

 

— J’aurais plutôt tendance à dire jaloux et stupide.

 

— Je sors. J’en ai assez entendu. Je vais aller prendre l’air.

 

— C’est ça. Et pourquoi ne te rendrais-tu pas jusqu'a ton bureau, tant qu’à sortir ? Tu pourrais commencer à travailler sur ton urgence.

 

— Ha, ha ! Très drôle.

AU SUJET DE L'AUTEUR

 

 

Fils unique, Guy Dussault est né à Québec le 18 septembre 1952. Il a fait ses études secondaires au réputé Collège des Jésuites (devenu depuis le Collège Saint-Charles-Garnier) et ses études collégiales au Collège François-Xavier-Garneau.

 

Licencié en droit de l’Université Laval en 1974, il est assermenté comme avocat au Barreau du Québec en décembre 1975.

 

Il a exercé sa profession durant plus de trente ans dans différents organismes du gouvernement du Québec, mais principalement à la Société de l’assurance automobile, d’abord comme avocat puis comme cadre juridique à compter de 1992, pour finalement prendre sa retraite au début de l’année 2009.

 

Il a développé au cours des années plusieurs champs d’intérêts pour des loisirs qui peuvent tout aussi bien être pratiqués en solitaire qu’en groupe, dont plus particulière­ment la généalogie et la photographie. Au début des années 2000, il a renoué avec l’ornithologie à laquelle il s’était adonné quelque peu dans sa jeunesse, en y ajoutant le défi de photographier les oiseaux qu’il peut admirer dans les nombreuses régions du Québec.

 

Avec sa conjointe d’origine vietnamienne, il a par ailleurs effectué divers voyages en Europe qui leur ont permis de visiter ensemble tant les villes importantes comme Paris, Londres, Amsterdam, Rome, Vienne, Athènes et Istanbul que des régions plus romantiques comme la Côte d’Azur, l’Italie du Nord, la Toscane et les îles grecques.

 

Meublant beaucoup de ses heures de loisir par la lecture, particulièrement celle de romans policiers, il s’est laissé tenter par l’expérience de l’écriture, sans pour autant abandonner ses autres champs d’intérêt.

 

 

DU MÊME AUTEUR

 

Toutes enquêtes du surintendant

Jonathan Elliot

 

Cliquez sur les couvertures ou sur les liens

 

 

 

Des oiseaux de mauvais augure

 

GUY DUSSAULT

 

Roman policier,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec, 2009, 310 pages.

ISBN 978-2-89612-292-9

http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.1.htm

 

 

Le Smiling Duck

GUY DUSSAULT

Roman policier,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Laval, Québec, 2009, 394 pages.

ISBN 978-2-89612-295-0

http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.2.htm

 

 

 

Coup double

GUY DUSSAULT

Roman policier,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2010, 424 pages.

ISBN 978-2-89612-346-9

http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.3.htm

 

 

 

Le vol de l'innocence

GUY DUSSAULT

Roman policier,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2011, 482 pages.

ISBN 978-2-89612-375-9

http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.4.htm

 

 

 

Le Justicier

GUY DUSSAULT

Roman policier,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2012, 432 pages.

ISBN 978-2-89612-414-5

http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.5.htm

 

 

 

Le destin cruel des jumelles Farrell

GUY DUSSAULT

Roman policier,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2013, 368 pages.

ISBN 978-2-89612-445-9

http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.6.htm

 

 

 

L'agonie du patriarche

GUY DUSSAULT

Roman policier,

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2014, 414 pages.

ISBN 978-2-89612-470-1

http://manuscritdepot.com/a.guy-dussault.7.htm

 

 

 

OBTENIR UN EXEMPLAIRE

 

PAPIER OU NUMÉRIQUE

 

 

Le destin cruel des jumelles Farrell

Roman policier

Guy Dussault

Fondation littéraire Fleur de Lys,

Lévis, Québec, 2013, 368 pages.

ISBN 978-2-89612-445-9

Couverture souple couleur

Format 6 X 9 pouces

Reliure allemande

 

Cliquez sur votre choix ci-dessous

 

Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)

 

 

Exemplaire numérique : 7.00$

 

Faites un don à la Fondation littéraire Fleur de Lys pour obtenir

votre exemplaire papier ou numérique

 

NOTRE MISSION - On trouve plusieurs éditeurs libraires en ligne sur Internet. Leur mission est strictement commerciale et vise à enrichir leurs actionnaires. Il s'agit d'entreprises « à but lucratif ». Ce n'est pas notre cas. Notre maison d'édition en ligne est la première au sein de francophonie qui soit « à but non lucratif », c'est-à-dire administrée par des bénévoles qui tirent aucun profit financier personnel de leur travail. Autrement dit, nous ne sommes pas là pour nous enrichir personnellement. Toutes les recettes en sus de nos dépenses sont réinvesties dans nos activités. Et chacune de nos activités doit s'inscrire dans notre mission purement humanitaire et socioculturelle. Lire la suite

 

 

EXEMPLAIRE PAPIER

Le destin cruel des jumelles Farrell

Roman policier

Guy Dussault

 

Cliquez sur votre choix :

 

 

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal (carte de crédit)

 

 

Versement de votre don par la poste (chèque ou mandat poste en dollars canadiens)

 

 

Besoin d'aide ?

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com

 

Téléphone (Lévis, Québec) : 581-988-7146

 

 

EXEMPLAIRE PAPIER

 

Carte de crédit ou transfert bancaire avec Internet

Versement de votre don en ligne avec le service PayPal

 

Le destin cruel des jumelles Farrell

Roman policier

Guy Dussault

 

CANADA

 

24.95$ CAD

 

Tout inclus

 

Livraison : 21 jours ouvrables

 

 

 

AILLEURS DANS LE MONDE

 

Le destin cruel des jumelles Farrell

Roman policier

Guy Dussault

 

Écrivez à l'adresse suivante

car des frais de postes s'appliquent.

 

renee-fournier@manuscritdepot.com

 

 

COMMANDE POSTALE - EXEMPLAIRE PAPIER

Le destin cruel des jumelles Farrell

Roman policier

Guy Dussault

1

 

Indiquez sur un papier

Le titre du livre

et le nom de l'auteur

Votre nom

(prénom et nom de famille)

Votre adresse postale complète

Votre adresse électronique

Votre numéro de téléphone

 

2

 

Complétez votre chèque payable à l'ordre de

 

Fondation littéraire

Fleur de Lys inc.

3

Précisez le montant sur le chèque

 

Exemplaire papier

 

Canada

 

24.95$ canadiens

 

Tout inclus

 

Livraison : 21 jours ouvrables

 

Ailleurs dans le monde

 

Écrivez à l'adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s'appliquent :

 

 

renee-fournier@manuscritdepot.com

 

 

4

 

Adressez-le tout à

 

Fondation littéraire Fleur de Lys

31, rue St-Joseph,

Lévis, Québec,

Canada.

G6V 1A8

 

 

 

 

 

EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE

 

Le destin cruel des jumelles Farrell

Roman policier

Guy Dussault

 
Partout dans le monde

PDF

7.00$ CAD

 

Livraison en pièce jointe à un courriel dans les 48 heures

 

 

 

 

 

 

 

Fondation littéraire Fleur de Lys,

 

31, rue St-Joseph, Lévis, Québec, Canada. G6V 1A8

 

Téléphone : 581-988-7146

 

Courriel : contact@manuscritdepot.com

 

Le présent site est géré par la Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

 

La Fondation littéraire Fleur de Lys décline toute responsabilité quant au contenu des autres sites auxquels elle pourrait se référer.

 

 

MENU DE CE SITE WEB

 

ACCUEIL

 

 

LIBRAIRIE EN LIGNE

 

 

MAISON D'ÉDITION

avec impression à la demande

 

 

LIVRES NUMÉRIQUES GRATUITS

 

 

CENTRES D'INFORMATION

 

 

Centre d'information sur les droits d'auteur

 

 

Centre d'information sur l'édition et le nouveau monde du livre

 

 

RECHERCHE SUR CE SITE

 

 

MAGAZINE APPUI-LIVRES

 

 

NOUS

 

 

CONTACT

 

 

PUBLIER VOTRE LIVRE AVEC NOUS